Crise sanitaire : l’avenir des colonies de vacances en danger, redoute Michel Savin

sep article



 

FIL INFO – Pour Michel Savin, sénateur de l’Isère, les colonies de vacances et les classes découvertes sont en danger à cause de la crise sanitaire. Dans une lettre adressée au ministre de l’Éducation nationale, le parlementaire demande à l’État de soutenir financièrement le secteur. Ainsi que les familles qui pourraient renoncer à inscrire leurs enfants cet été.

 

 

Les jolies colo­nies de vacances mena­cées par la crise sani­taire et les mesures de confi­ne­ment ? C’est ce que redoute Michel Savin. Dans un cour­rier adressé à Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation natio­nale et de la Jeunesse, le séna­teur de l’Isère tire la son­nette d’a­larme sur la situa­tion des colo­nies et des classes de décou­verte. Un sec­teur déjà en crise et pour qui l’im­pact du coro­na­vi­rus pour­rait être « dra­ma­tique » sans sou­tien de l’État.

 

Michel Savin, sénateur de l'Isère © Nils Louna - Place Gre'net

Michel Savin, séna­teur de l’Isère. © Nils Louna – Place Gre’net

 

Si leur fré­quen­ta­tion connaît une baisse notable depuis plus de dix ans, « plus de 1,4 mil­lion de jeunes ont néan­moins pu béné­fi­cier de départs en vacances col­lec­tives » en 2019, rap­pelle Michel Savin. Dont, com­plète-t-il, 855 444 pour des séjours de plus de cinq jours. Outre les pro­fes­sion­nels, une crise grave du sec­teur tou­che­rait donc de nom­breuses familles. Dont beau­coup issues « des classes moyennes et popu­laires ».

 

 

Une aide aux familles touchées par la crise ?

 

Le séna­teur sou­ligne plu­sieurs points. D’abord, les pertes engen­drées par les mesures de confi­ne­ment. « De nom­breuses dépenses enga­gées sont per­dues, tant pour les séjours qui n’ont pas eu lieu que pour ceux qui sont d’ores et déjà annu­lés pour l’été », sou­ligne le par­le­men­taire. Et ceci alors que des charges fixes sont tou­jours à régler. « Comment l’État compte-t-il venir sou­te­nir ces acteurs qui font face à de nom­breuses dif­fi­cul­tés de tré­so­re­rie ? », inter­roge-t-il.

 

Outre les colonies de vacances, la crise sanitaire peut-elle impacter la Journée des oubliés des vacances du Secours Populaire ? © Secours Populaire

Outre les colo­nies de vacances, la crise sani­taire va-t-elle impac­ter la Journée des oubliés des vacances du Secours popu­laire ? © Secours popu­laire

 

D’autres pro­blé­ma­tiques touchent de plein fouet les per­son­nels. Ceux dont les pro­messes de recru­te­ment n’ont pas pu être hono­rées et qui sont pri­vés de chô­mage par­tiel. Ceux aussi qui n’ont pas pu suivre de for­ma­tions à l’a­ni­ma­tion volon­taire. « Des cen­taines de ses­sions Bafa et BAFD ont été annu­lées depuis le 16 mars, et ce sont autant d’encadrants qui ne seront mal­heu­reu­se­ment pas for­més pour l’été », fait savoir Michel Savin.

 

Reste enfin à visua­li­ser l’a­ve­nir. « À quelle date le gou­ver­ne­ment pren­dra-t-il des déci­sions concer­nant l’organisation des séjours de vacances pen­dant l’été ? », inter­roge le séna­teur. Avant de plai­der pour un accom­pa­gne­ment à leur mise en place. Et pour une aide aux familles qui, tou­chées par la crise, pour­raient renon­cer à ins­crire leurs enfants en colo­nies. Alors que celles-ci repré­sentent par­fois « les seules et uniques vacances annuelles ».

 

Florent Mathieu

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2207 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.