UNE Collège Münch à Grenoble, fermé comme tous les établissements d'Isère et de France pour cause de crise sanitaire de coronavirus, vendred 24 avril 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Retour à l’école « facul­ta­tif » : une usine à gaz qui sou­lève de nom­breuses questions

Retour à l’école « facul­ta­tif » : une usine à gaz qui sou­lève de nom­breuses questions

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

DÉCRYPTAGE - En mai prochain, l’Éducation nationale va devoir recoller les pots cassés. Nombre d’élèves au niveau scolaire faible n’ont pas bien vécu « l’école à la maison ». Mais reviendront-ils seulement en classe jusqu'à la fin des cours, arrêtée au 4 juillet ? Pas sûr. Eux pas plus que les autres car le retour à l'école a été décrété facultatif au vu de la crise sanitaire. Quels seront alors les critères pour évaluer l'assiduité qui doit peser dans l'obtention des diplômes ? Des questions en suspens.

 

 

Collège Münch à Grenoble, fermé comme tous les établissements d'Isère et de France pour cause de crise sanitaire de coronavirus, vendred 24 avril 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Collège Münch à Grenoble fermé comme tous les établissements de France pour cause de covid-19. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Le retour à l’école courant mai est censé permettre aux élèves au niveau scolaire chancelant de rattraper leur retard.

 

Encore faudrait-il que les établissements soient effectivement rouverts, que les professeurs soient au rendez-vous, que les collectivités organisent le nettoyage des classes, les transports en commun… Et, enfin, que les élèves qui en ont le plus besoin soient de retour en classe. Car il revient aux parents de décider de remettre ou pas leurs enfants à l’école…

 

En théorie, un certain nombre de classes devraient ainsi pouvoir se tenir jusqu’au 4 juillet, tous les examens ayant été suspendus à l’exception du Bac de français. Et, toujours en théorie, les élèves pourraient bénéficier de quelques semaines pour se remettre dans le bain et rattraper les connaissances non acquises.

 

 

Des contenus pédagogiques encore flous

 

Autre inconnue : le contenu pédagogique, qui demeure à peaufiner. « Il va falloir mettre en place un travail pédagogique innovant car les enfants n’auront pas vécu l’école à la maison de la même façon », estime Hélène Insel, rectrice de l’Académie de Grenoble.

 

Le retour en classe "facultatif" : une usine à gaz. Hélène Insel, Rectrice de l'académie de Grenoble explique, vendredi 13 mars, comment l'éducation nationale appréhende cette expérience inédite d'école à la maison à l'échelle nationale, en réaction à l'épidémie du virus covid-19 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Hélène Insel, rectrice de l'académie de Grenoble. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

« Ce que l’on demande c’est que l’on reprenne les enseignements là où ils ont été arrêtés », tient à souligner Gilles Nogues, trésorier de la Fédération des conseils de parents de l’Isère (FCPE).

 

Considérer la période de confinement comme une simple parenthèse ? Ce n'est pas le point de vue de Jean-Pierre Lasserre. « On ne repartira pas de zéro », affirme le proviseur du lycée général technologique et professionnel Édouard Herriot à Voiron, syndiqué au Syndicat national des personnels de direction de l'Éducation nationale (SNPDEN).

 

Il faut dire que ses élèves ont plutôt bien accusé le coup du confinement, avec un taux de décrochage relativement faible. Ce qui est loin d'être le cas de tous les établissements, que ce soit dans les collèges ou lycées. Une période tampon sera toutefois nécessaire, admet le proviseur, « pour évaluer ce qui aura été retenu ou pas ».

 

 

Le retour redouté des élèves « déscolarisés »

 

Pour les filières professionnelles, les ateliers et stages en entreprises devraient reprendre, à condition que soient levées toutes les interrogations qui planent au-dessus de leur mise en place.

 

Le retour en classe "facultatif" : une usine à gaz. Lycée professionnel Guynemer à Grenoble

Lycée professionnel Guynemer à Grenoble

« Ces ateliers et les stages sont de véritables soupapes, reconnaît ce proviseur d'un lycée de l’agglomération grenobloise. Et c’est le moyen pour ces élèves d’apprendre vraiment leur métier », rappelle-t-il.

 

Mais, dans la pratique, il s’attend à de l’absentéisme accru par la période du ramadan. « Les élèves déscolarisés se sont déshabitués des contraintes scolaires et ont parfois mal vécu leur confinement ». Le proviseur redoute même « une explosion des violences dans les lycées ».

 

 

L'assiduité et la motivation scrutées… mais avec quelle loupe ?

 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 55 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Séverine Cattiaux

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Manifestation 26 janvier 2021 des étudiants et des enseignants. © Tim Buisson – Place Gre’net
Grenoble : ensei­gnants, étu­diants et lycéens dans la rue pour récla­mer plus de moyens pour affron­ter la crise

  REPORTAGE – Les syndicats de l’Éducation nationale appelaient à manifester mardi 26 janvier partout en France. À Grenoble, le cortège a été rejoint par Lire plus

Pancarte contre la loi LPR dans le cortège de la manifestation du samedi 28 novembre 2020. © Tim Buisson – Place Gre’net
UGA : la com­mis­sion for­ma­tion et vie uni­ver­si­taire vote une motion contre la LPR et une pour la reprise des cours

  EN BREF - La commission formation et vie universitaire (CFVU) de l'Université Grenoble Alpes a voté, fin novembre, deux motions à l’unanimité. Une première Lire plus

Isère : les assis­tants d’é­du­ca­tion en grève pour obte­nir de meilleures condi­tions de travail

  FOCUS - Les assistants d'éducation (AED) manifestaient partout en France, mardi 1er décembre, pour dénoncer les conditions d'exercice de leur métier. Alors que la Lire plus

Une cinquantaine de personnes étaient présentes sur le campus de l'UGA pour protester contre la LPR. © Tim Buisson – Place Gre’net
Campus de Grenoble : une cin­quan­taine de mani­fes­tants ras­sem­blés contre la loi de pro­gram­ma­tion de la recherche

  FOCUS - Une cinquantaine de manifestants se sont rassemblés sur le campus, ce mardi 24 novembre, dans le cadre de la journée nationale d'action Lire plus

L'académie de Grenoble recrute 86 "médiateurs de lutte anti-Covid"
Bac 2020 : le Snes-FSU appelle à la grève et réclame le report des épreuves anti­ci­pées sur l’a­ca­dé­mie de Grenoble

  FIL INFO - À quelques jours des épreuves anticipées du bac 2020, le syndicat national des enseignements de second degré a déposé un préavis de Lire plus

Des AESH de l’Isère pleins d’a­mer­tume et de colère devant le rec­to­rat de Grenoble

  FOCUS — Une trentaine d'AESH (accompagnants d'élèves en situation de handicap) et de militants syndicaux ont pris part à un rassemblement devant le rectorat Lire plus

Flash Info

|

10/08

13h33

|

|

10/08

10h05

|

|

08/08

19h10

|

|

08/08

12h16

|

|

07/08

10h59

|

|

07/08

10h36

|

|

06/08

16h39

|

|

06/08

14h57

|

|

05/08

11h49

|

|

05/08

9h50

|

Les plus lus

Environnement| Sécheresse : Éric Piolle pointe du doigt les « greens » de golf qui conti­nuent d’être arrosés

Abonnement| Sécheresse en mon­tagne : le pas­to­ra­lisme en Belledonne en pre­mière ligne face au dérè­gle­ment climatique

Environnement| Sécheresse et cani­cule : les annonces du ministre de la Transition éco­lo­gique Christophe Béchu depuis l’Isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin