En Chartreuse, 80 couturières bénévoles s’attellent à la réalisation de masques barrières

sep article



 

FIL INFO – La communauté de communes Cœur de Chartreuse coordonne une chaîne bénévole de production de « masques barrières » destinés aux particuliers pour éviter la propagation du coronavirus. Après 1 600 masques réalisés en une semaine par les 80 couturières partenaires de l’opération, la communauté table sur la production d’au moins 4 000 à 5 000 masques d’ici la fin de la crise sanitaire.

 

 

Pas moins de 1 600 « masques bar­rières » fabri­qués en l’es­pace d’une semaine ? Tel est le bilan affi­ché par la com­mu­nauté de com­munes Cœur de Chartreuse, qui coor­donne la fabri­ca­tion de masques tex­tiles réa­li­sée par des béné­voles. Le pro­fil des per­sonnes impli­quées ? Des entre­prises locales, des pro­fes­sion­nels médi­caux et 80 cou­tu­rières non pro­fes­sion­nelles qui tra­vaillent depuis leur domi­cile.

 

Des masques en attente de finition © Cœur de Chartreuse

Des masques en attente de fini­tion. © Cœur de Chartreuse

 

Des cou­tu­rières qui, les pre­mières, ont donné l’im­pul­sion de l’i­ni­tia­tive. Une dou­zaine de cou­tu­rières de Saint-Pierre-de-Chartreuse sont ainsi à l’o­ri­gine de la démarche, aux côtés de l’in­gé­nieur tex­tile Pierre Laval, de la com­mune, du méde­cin de ville et de la PME Ultime Sport. La société Payen a par la suite été sol­li­ci­tée pour la pro­duc­tion de tis­sus, tan­dis que les Transports Combaz « dis­patche gra­tui­te­ment les kits auprès de chaque réfé­rent muni­ci­pal ».

 

 

Produire au minimum de 4 000 à 5 000 masques

 

Quid de la Communauté de com­munes ? Outre la coor­di­na­tion de l’o­pé­ra­tion, qui implique aujourd’­hui dix com­munes de Cœur de Chartreuse, c’est éga­le­ment elle qui finance les matières pre­mières néces­saires à la réa­li­sa­tion des masques. Ceux-ci sont par la suite remis aux pro­fes­sion­nels médi­caux locaux, des phar­ma­ciens aux aide-soi­gnants en pas­sant par les méde­cins et l’hô­pi­tal de Saint-Laurent-du-Pont.

 

Des couturières bénévoles se chargent de la réalisation des masques © Cœur de Chartreuse

Des cou­tu­rières béné­voles se chargent de la réa­li­sa­tion des masques. © Cœur de Chartreuse

Cœur de Chartreuse se veut pru­dent : si les masques pro­cèdent des recom­man­da­tions du CHU, ils n’ap­portent pas la même pro­tec­tion qu’un masque chi­rur­gi­cal. Ils peuvent être uti­li­sés dans le cadre de dépla­ce­ments pri­vés ou au tra­vail pour qui ne peut pas res­ter confiné à son domi­cile.

 

Objectif ? Économiser les masques chi­rur­gi­caux qui, eux, doivent reve­nir en prio­rité aux soi­gnants et autres per­sonnes ayant des contacts rap­pro­chés avec des per­sonnes à risque.

 

Quelles pers­pec­tives ? « Le pro­jet a pour objec­tif de pro­duire 4 000 à 5 000 masques au mini­mum pour les besoins de Chartreuse. Elle en pro­duira cer­tai­ne­ment plus en fonc­tion de la demande et des capa­ci­tés d’approvisionnement en ces temps de pénu­rie », écrit la com­mu­nauté de com­munes. Qui table sur un « per­fec­tion­ne­ment tech­nique » de la pro­duc­tion, y com­pris via des tests en labo­ra­toires réa­li­sés par les ser­vices de l’État.

Florent Mathieu

 

Aides aux commerçants
commentez lire les commentaires
2512 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.