Corenc : Jean-Damien Mermillod-Blondin et Claude Francillon rejouent le duel

Corenc : Jean-Damien Mermillod-Blondin et Claude Francillon rejouent le duel

FOCUS – Dimanche 15 mars à Corenc, les élec­teurs devront choi­sir entre la liste du maire sor­tant, Jean-Damien Mermillod-Blondin, et celle de Claude Francillon, conseiller muni­ci­pal de l’op­po­si­tion. Un choix, sur un seul tour, tout comme 2014.

Corenc vue de la rivière © Wikipedia

Corenc vue de la rivière © Wikipedia

60/30. La vic­toire de Jean-Damien Mermillod-Blondin était sans conteste en 2014 à Corenc. Claude Francillon, ancien cor­res­pon­dant local du Monde et cofon­da­teur du mas­ter jour­na­lisme de Sciences-Po Grenoble, avait alors essuyé des cri­tiques sur son choix de s’es­sayer à la politique.

Une majo­rité d’é­lec­teurs lui avait notam­ment repro­ché sa trop grande indul­gence avec le parti socia­liste, lors­qu’il s’é­tait engagé à la tête d’une liste divers gauche. Aujourd’hui, après six ans de man­dat, qu’en est-il ?

Des pro­grammes similaires ?

À l’ou­ver­ture des deux pro­grammes, la pré­do­mi­nance de la tona­lité verte frappe. « Corenc Autrement », la liste de Claude Francillon, se veut « soli­daire et éco­lo­giste ». « Corenc Ensemble », quant à elle, parle en prio­rité de « déve­lop­pe­ment durable ».

Claude Francillon © Dauphiné Libéré

Claude Francillon © Dauphiné Libéré

De fait, leurs enga­ge­ments prio­ri­taires se res­semblent. « Lors du pre­mier conseil muni­ci­pal, nous éli­rons un adjoint à l’é­co­lo­gie », déclarent les premiers.

« Dès notre élec­tion, nous nom­me­rons un adjoint au déve­lop­pe­ment durable », pro­mettent les seconds.

Tous deux veulent pro­mou­voir le bio dans les can­tines. Améliorer les trans­ports doux. Mettre en place des pistes cyclables. Quid de l’ur­ba­ni­sa­tion, une thé­ma­tiques impor­tante dans la com­mune qui a par­fois été qua­li­fiée de « ghetto des gotha » ? Les deux listes se pro­noncent contre l’ur­ba­ni­sa­tion actuelle, incar­née par le plan local d’ur­ba­nisme inter­com­mu­nal (PLUI).

Des pra­tiques sociales divergentes

Mais là où la liste du maire sor­tant insiste sur l’a­mé­lio­ra­tion du patri­moine, la réno­va­tion des bâti­ments publics et des routes à Corenc, celle de Claude Francillon s’in­té­resse plu­tôt à l’in­di­vidu. C’est ainsi que, mal­gré l’u­ni­cité des thèmes, on remarque des diver­gences sub­tiles dans les pro­grammes concurrents.

Le patrimoine historique de Corenc © Wikipedia

Le patri­moine his­to­rique de Corenc © Wikipedia

Construction de loge­ments sociaux, dis­cus­sion des per­mis de construire en com­mis­sion d’ur­ba­nisme, réno­va­tion du patri­moine ancien sont les enga­ge­ments de « Corenc Autrement ».

Avec une focale toute par­ti­cu­lière sur les loge­ments sociaux, un des enjeux clés de la ville. Qui est nota­ble­ment absent du pro­gramme de « Corenc Ensemble ».

Cette der­nière a fait le choix de trai­ter les pro­blé­ma­tiques sociales sous un autre angle. Dans la lignée du der­nier man­dat, l’é­quipe de Jean-Damien Mermillod-Blondin sou­haite pour­suivre la réor­ga­ni­sa­tion et l’a­mé­lio­ra­tion du ser­vice sco­laire. Dans la même veine, l’é­quipe sor­tante avait redy­na­misé la rési­dence auto­no­mie Le Verger et révisé les quo­tients familiaux.

L’accent est donc mis sur les aînés et les enfants – « l’é­du­ca­tion des éco­ci­toyens de demain ». Avec, éven­tuel­le­ment, l’ins­tau­ra­tion d’une aide d’accès aux infra­struc­tures des com­munes voi­sines et des par­te­na­riats avec les CCAS de celles-ci.

Et le budget ?

Elections législatives. Soirée électorale à la Préfecture de l'Isère. 11 juin 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Jean-Damien Mermillod Blondin© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Sur le thème de l’argent, le débat autour du loge­ment social se cris­tal­lise. En effet, si le maire sor­tant annonce que, « comme lors du pré­cé­dent man­dat, nous gére­rons les finances de la mai­rie en bon père de famille », il semble que les impôts coren­çais soient un enjeu de taille.

Ainsi, « Corenc Autrement » insiste sur le fait que « les coren­çais n’auront plus à payer les 210 000 euros de péna­li­tés annuelles, comme ce fut le cas en 2017, 2018 et 2019 ».

Et rap­pelle, en qua­li­fiant la mesure de « puni­tion » faite au contri­buable, qu”« en 2018, la majo­rité muni­ci­pale a aug­menté les taux d’imposition de 8% ». Cette impor­tante aug­men­ta­tion d’impôts devait « payer les 210 000 euros de péna­li­tés infli­gées par le Préfet pour insuf­fi­sance de loge­ments sociaux. » Les Corençais éco­no­mi­se­raient donc si ces loge­ments étaient créés.

L’ancien maire, qui a obtenu en 2017 la palme de « can­di­dat le plus dépen­sier » aux légis­la­tives, annonce cepen­dant que le sou­hait de son équipe est « de ne pas aug­men­ter les impôts »… sauf élé­ments exceptionnels.

Pas de Corexit pour ce mandat !

Parmi ceux-ci : « la néces­sité d’ac­cé­lé­rer la trans­for­ma­tion éner­gé­tique de nos équi­pe­ments, une baisse dras­tique des dota­tions de l’État et/ou une aug­men­ta­tion de notre contri­bu­tion à la Métropole ainsi que la néces­sité d’un réamé­na­ge­ment urbain. Nous ne lève­rons jamais d’impôts pour des dépenses de fonc­tion­ne­ment. »

La contri­bu­tion à la Métropole, elle, n’est d’ailleurs pas remise en ques­tion. Les deux can­di­dats sont pro-Métro, à la dif­fé­rence de Christian Cloitre, qui n’a au final pas déposé de liste et avait déclaré en conseil muni­ci­pal que « s’il rem­por­tait les élec­tions muni­ci­pales de 2020, il sou­hai­tait que Corenc sorte de la Métropole consi­dé­rée par lui comme « une pieuvre ».

Selon le Dauphiné Libéré, il avait alors entre­pris de voter contre « pra­ti­que­ment toutes les déli­bé­ra­tions fai­sant appa­raître un lien quel­conque entre la com­mune de Corenc et la Métro. » Le Corexit ne se fera donc pas cette fois-ci !

Laure Gicquel

Laure Gicquel

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tribune libre du collectif Stop Métrocâble: "Cette séquence du métrocâble n'a que trop duré. Il est urgent de la clore."
Tribune libre du col­lec­tif Stop Métrocâble : « Cette séquence du métro­câble n’a que trop duré. Il est urgent de la clore. »

TRIBUNE LIBRE - Alors que des "acteurs économiques grenoblois" ont publié une tribune dans Le Dauphiné libéré pour soutenir le projet de Métrocâble malgré l'avis Lire plus

Législatives 2024 : 6 900 à 8 500 per­sonnes ont défilé à Grenoble pour « la mani­fes­ta­tion uni­taire contre l’ex­trême droite »

REPORTAGE - Entre 6 900 et 8 500 personnes (selon la police ou les syndicats) ont défilé dans les rues de Grenoble, samedi 15 juin 2024, Lire plus

Hémicycle de l'assemblée nationale CC-BY-SA 3.0 Richard Ying et Tangui Morlier
Législatives 2024 : Front popu­laire, Renaissance, LR, RN… Les pre­mières can­di­da­tures confir­mées en Isère

FOCUS - À deux jours de la date limite de dépôt des candidatures, dimanche 16 juin 2024, les candidats investis pour les élections législatives des Lire plus

Viol en réunion d’une étu­diante à Bordeaux : le pro­cès aux assises des cinq ex-rug­by­men du FCG sera-t-il reporté ?

FOCUS - Cinq anciens joueurs du FCG doivent comparaître à partir de lundi 17 juin 2024 devant la cour d'assises de la Gironde, sept ans Lire plus

Été sur les quais, Été Oh ! Parc, la Ville de Grenoble déploie sa programmation d'animations estivales
Été sur les quais, Été Oh ! Parc, 14 juillet… Le retour des ani­ma­tions esti­vales à Grenoble

ÉVÉNEMENT - La Ville de Grenoble a préparé comme à l'accoutumé des animations estivales, qu'il s'agisse de l'Été sur les quais dès le samedi 15 Lire plus

Aux Bouffes pon­toises : le fes­ti­val gas­tro­no­mique de retour à Pont-de-Claix avec l’Allemagne en invité d’honneur

ÉVÈNEMENT - Pont-de-Claix accueille la deuxième édition du festival gastronomique international Aux Bouffes pontoises, samedi 15 juin 2024, de 16 heures à 22 h 30, sur Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !