Culture, sport, politique, économie : Grenoble au rythme des annulations et reports sur fond de coronavirus

sep article

 

FOCUS – Alors que l’épidémie de coronavirus s’étend sur le territoire, un nombre croissant d’événements et de rendez-vous – dont certains prévus de longue date – sont annulés ou reportés depuis une semaine. Mais plus encore depuis les annonces présidentielles de ce jeudi 12 mars au soir. De la Foire des rameaux aux meetings de campagne, en passant par Tomorrowland ou le Festival de géopolitique de Grenoble, état des lieux non exhaustif des annulations et reports qui touchent la région.

 

 

Les annulations se suivent… et se ressemblent. Depuis quelques jours, et plus encore depuis les annonces du président Emmanuel Macron ce jeudi 12 mars au soir, l’agglomération grenobloise enregistre son lot d’annulations d’événements, parfois prévus de longue date. En cause ? L’épidémie de coronavirus, évidemment. Si les cas de contamination identifiés en Isère restent mesurés, la consigne consiste désormais à tout faire pour limiter sa propagation.

Pas de Lac des Cygnes au Summum © Summum

Pas de Lac des Cygnes au Summum © Summum

 

Le monde de la culture est aux premières lignes. La salle Le Summum annonce ainsi sur son site l’annulation ou le report de l’ensemble de ses spectacles.

 

Côté Belle électrique, c’est l’expectative : le concert prévu le week-end du 14 mars est annulé, en attendant « des précisions sur les établissements recevant du public ».

 

« Pas de panique, nous sommes toujours ouverts », lance pour sa part La Bobine. Tout en mentionnant, elle aussi, des reports ou des annulations de spectacles.

 

 

La Foire des Rameaux et le Printemps du livre n’auront pas lieu

 

Culture toujours, et coup de tonnerre, depuis plusieurs jours déjà : le festival Tomorrowland prévu du 14 au 21 mars à l’Alpe d’Huez est purement et simplement annulé. De quoi réjouir certains, agacés de voir la Région subventionner généreusement un festival vedette plutôt que de soutenir la création locale ? Le climat n’est pourtant pas à la bonne humeur. À Lyon, rapporte Le Progrès, les acteurs culturels en appellent ainsi au soutien de leurs partenaires et des candidats aux élections municipales.

 

La traditionnelle Foire des Rameaux de Grenoble va faire les frais de l'épidémie de coronavirus. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La traditionnelle Foire des Rameaux de Grenoble va faire les frais de l’épidémie de coronavirus. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Tomorrowland n’est évidemment pas le seul festival à subir les conséquences du Covid-19. À Grenoble, le festival Place aux jeux prévu du 21 au 29 mars est annulé, avec l’espoir d’une solution de report. Quid de la quatrième édition du Hero Festival, initialement programmée les 9 et 10 mai ? Son avenir semble bien compromis. Les organisateurs annonçaient vendredi 6 mars bloquer la billetterie, en attendant de disposer de plus d’informations.

 

Prévue début avril, la traditionnelle Foire des rameaux de Grenoble n’aura pas lieu cette année. Idem pour le Printemps du livre, programmé du 1er au 5 avril 2020. Des exceptions ? La MC2 annonce, pour sa part, le maintien de l’ensemble de ses représentations, en veillant à ce chaque salle n’excède pas le nombre de 1 000 spectateurs… et en invitant les personnes fiévreuses à reporter leur venue dans la salle de spectacle.

 

 

Mountain Planet et Transfo remis à plus tard pour cause de coronavirus

 

La culture n’est évidemment pas la seule concernée. Le « salon mondial de l’aménagement et de l’industrie de la montagne » Mountain Planet, qui devait se tenir à Alpexpo du 22 au 24 avril, est « reporté » – pour ne pas dire annulé – … au mois d’avril 2022. Quant au festival Transfo, immanquable rendez-vous des acteurs du numérique se tenant simultanément sur Grenoble, Valence, Chambéry et Annecy, ses organisateurs ont choisi de le différer à l’automne.

 

Coronavirus : le festival Transfo est reporté à l'automne © Nils Louna - Place Gre'net

Le festival Transfo est reporté à l’automne. © Nils Louna – Place Gre’net

 

La 12e édition du Festival géopolitique de Grenoble n’aura, elle non plus, pas lieu. Prévu du 25 au 28 mars, le rendez-vous avait été annulé avant même l’allocution présidentielle sur « ordre préfectoral lié au Covid-19 ». Créateur du festival, Grenoble École de management annonce aussi l’annulation de son Gem Altigliss Challenge à Val d’Isère.

 

Pourvoyeur de nombreux rassemblements, le monde du sport subit également de plein fouet les conséquences de l’épidémie de coronavirus. Compétitions reportées, matchs à huis clos, Paris-Nice sous surveillance, Brûleurs de Loups dans le flou… Place Gre’net a dressé le bilan d’un printemps sportif compliqué pour cause de virus. Jusqu’à avoir un impact l’été prochain, notamment pour le passage du Tour de France prévu pour la mi-juillet ?

 

 

Meetings et soirées électorales annulées

 

En pleine période d’élections municipales, l’épidémie de coronavirus s’invite aussi dans les meetings et la campagne. Si le président a choisi de maintenir le scrutin, les bureaux de vote seront soumis à des mesures bien précises. Les électeurs sont par ailleurs invités à amener leur propre stylo, d’encre noire ou bleue, et même si possible leurs propres bulletins de vote, présents dans les enveloppes de propagande électorale.

 

coronavirus Les Marches pour le climat prévues à Grenoble et à Chambéry le samedi 14 mars sont également annulées © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les Marches pour le climat prévues à Grenoble et à Chambéry le samedi 14 mars sont également annulées du fait de l’épidémie de coronavirus. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Éric Piolle, le maire de Grenoble a, de son côté, annoncé mettre en pause sa campagne pour gérer la mise en place des mesures annoncées par le président Emmanuel Macron. Dont il se refuse toutefois à prononcer le nom publiquement, preuve que la campagne n’est pas totalement sortie de son esprit. La liste Grenoble en commun du maire sortant annonce au demeurant annuler son meeting de deuxième tour, prévu le jeudi 19 mars.

 

D’autres candidats annulent leurs meetings ou actions de campagne, tels Philippe Cardin ou Joëlle Hours, tous deux en lice pour la mairie de Meylan. Pas de rendez-vous prévu non plus à la préfecture de l’Isère au soir du dimanche 15 mars, comme c’est traditionnellement le cas pour les élus, candidats… et journalistes. Reste à savoir si les équipes de campagne maintiendront leurs soirées dans les QG. Le RN Isère a pour sa part déjà annoncé leur annulation.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
4131 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.