Seuls 16 cas de Covid-19 identifiés en Isère mais les crèches, écoles, collèges, lycées et universités fermés dès lundi

sep article



 

FOCUS – Après dix nouveaux cas de Covid-19 identifiés mercredi 11 mars en Isère, la situation a peu évolué ce jeudi, avec trois cas supplémentaires dans le département. Ce qui porte le total des personnes infectées à 16. Mais le discours d’Emmanuel Macron change la donne, avec la fermeture annoncée des crèches, écoles, collèges, lycées et universités dès ce lundi 16 mars. Dans la foulée de ces annonces, Éric Piolle a annoncé des fermetures et annulations supplémentaires à Grenoble.

 

 

Covid-19 Personnel soignant du CHU de Grenoble. © Léa Raymond - placegrenet.fr

Personnel soi­gnant du CHU de Grenoble. © Léa Raymond – placegrenet.fr

De treize, le nombre de per­sonnes infec­tées par le Covid-19 en Isère est offi­ciel­le­ment passé à 16 ce jeudi 13 mars, selon l’Agence régio­nale de santé (ARS). En Auvergne-Rhône-Alpes, l’ARS relève 333 cas confir­més, avec un pre­mier cas dans l’Allier et quatre décès inter­ve­nus dans le Rhône. Soit 67 cas sup­plé­men­taires sur onze dépar­te­ments. Depuis le début de l’épidémie, huit per­sonnes ont par ailleurs guéri et sept n’ont pas sur­vécu.

 

 

La plupart des personnes prises en charge au CHU de Grenoble

 

Parmi les per­sonnes confir­mées posi­tives au Covid-19, une grande par­tie est prise en charge au CHU Grenoble Alpes, selon l’ARS. « Certains sont sui­vis par les infec­tio­logues de l’établissement à leur domi­cile [cf. enca­dré]. Deux autres sont hos­pi­ta­li­sées au CH  [centre hos­pi­ta­lier, ndlr] de la Croix Rousse à Lyon. »

 

Concernant l’o­ri­gine de ces conta­mi­na­tions ? « Tous ces cas sont en lien avec une ori­gine de conta­mi­na­tion déjà iden­ti­fiée : contact avec des per­sonnes ayant séjourné à Mulhouse, [ou] retour de zone où cir­cule le virus en Italie », pré­cise l’ARS. Qui, en coor­di­na­tion avec Santé publique France, pour­suit les inves­ti­ga­tions pour iden­ti­fier les “sujets contact” avec ces per­sonnes.

 

Une personne travaillant dans l’Ehpad de Vienne confirmée positive au Covid-19

 

Le Théâtre antique du Festival Jazz à Vienne. © Xavier Rauffet

Vienne. © Xavier Rauffet

Parmi les Isérois confir­més posi­tifs au Covid-19, une per­sonne « tra­vaille dans l’Ehpad de Vienne », indique l’ARS suite aux inves­ti­ga­tions menées avec Santé publique France.

 

L’agence de santé assure tou­te­fois que les res­pon­sables de l’é­ta­blis­se­ment ont été immé­dia­te­ment infor­més de la situa­tion. « Toutes les mesures de pré­ven­tion et de ren­fort d’hygiène ont été mises en place dans l’établissement par la direc­tion, avec le ren­fort d’une équipe mobile d’hygiène qui s’est ren­due sur place », indique-t-elle, avant de pré­ci­ser : « À cette heure, aucun résident ou membre du per­son­nel n’est symp­to­ma­tique. »

 

Les recom­man­da­tions d’interruption des visites dans l’é­ta­blis­se­ment sont donc en vigueur et l’état de santé des per­son­nels et des rési­dents fera l’ob­jet d’un suivi quo­ti­dien durant qua­torze jours.

 

 

Mercredi 11 mars, l’ARS avait annoncé la sus­pen­sion des visites dans les Ehpad, tan­dis que la Ville de Grenoble pre­nait des mesures pour la tenue des scru­tins des élec­tions muni­ci­pales dimanche 15 et 22 mars. Mais avec la décla­ra­tion offi­cielle du pré­sident de la République ce jeudi soir depuis l’Élysée, la situa­tion se dur­cit net­te­ment.

 

Pas de stade 3, ni de report des élec­tions muni­ci­pales mais « des consignes ren­for­cées […] afin que nos aînés n’at­tendent pas long­temps, que des files ne se consti­tuent pas, que les dis­tances soient aussi tenues et que ces fameuses mesures bar­rières soient bien res­pec­tées ».

 

 

Fermeture des crèches, établissements scolaires et universités

 

Surtout, pour faire face à cette épi­dé­mie de coro­na­vi­rus qua­li­fiée de « plus grave crise sani­taire qu’ait connue la France depuis un siècle », Emmanuel Macron a annoncé la fer­me­ture des crèches, éta­blis­se­ments sco­laires et uni­ver­sité à par­tir de lundi par­tout sur le ter­ri­toire et jus­qu’à nou­vel ordre.

 

Covid-19 Enfants jouant dans la cours extérieure de la crèche Charrel, rue Charrel, Grenoble © Chloé Ponset - Place Gre'net

Dès lundi 16 mars, toutes les crèches seront fer­mées. Ici, la crèche Charrel, à Grenoble. © Chloé Ponset – Place Gre’net

À noter : un ser­vice de garde sera tou­te­fois mis en place pour que les per­son­nels « indis­pen­sables à la ges­tion de la crise sani­taire » puissent « faire gar­der leurs enfants et conti­nuer d’al­ler au tra­vail ».

 

Emmanuel Macron a, d’autre part, invité les Français à ne pas rendre visite à leurs ainés. Et recom­mandé aux per­sonnes de plus de 70 ans, souf­frant de pro­blèmes res­pi­ra­toires ou en situa­tion de han­di­cap de limi­ter leurs dépla­ce­ments et de res­ter le plus pos­sible chez elles. Autre mesure : la fin de la trêve hiver­nale est repor­tée de deux mois.

 

Le pré­sident a, pour finir, demandé aux entre­prises de « per­mettre aux employés de tra­vailler à dis­tance » et annoncé que « tout sera[it] mis en œuvre pour pro­té­ger les sala­riés et les entre­prises ». Concrètement ? « Dans les jours à venir, un méca­nisme excep­tion­nel de chô­mage par­tiel sera mis en œuvre. L’État pren­dra en charge l’in­dem­ni­sa­tion des sala­riés contraints de res­ter chez eux. »

 

Muriel Beaudoing

 

 

FERMETURES ET ANNULATIONS SUPPLÉMENTAIRES À GRENOBLE DÈS LUNDI

 

Dans la fou­lée des annonces d’Emmanuel Macron, Éric Piolle a réuni une cel­lule de crise à la mai­rie de Grenoble, ce jeudi 12 mars dans la soi­rée. Objectif : réflé­chir à la façon d’ap­pli­quer concrè­te­ment les consignes du pré­sident de la République.

 

Personnes âgées dans un Ehpad. © Ville de Grenoble

Du per­son­nel des crèches et des écoles pourra être réaf­fecté dans les Ehpad. © Ville de Grenoble

Quelques crèches et écoles res­te­ront ainsi ouvertes pour accueillir les enfants des per­son­nels soi­gnants de la Ville, du CHU, des Ehpad et du CCAS afin qu’ils puissent conti­nuer serei­ne­ment à tra­vailler.

 

« Nous com­mu­ni­que­rons ce ven­dredi sur les noms de ces éta­blis­se­ments en ques­tion, après notre comité d’urgence », a pré­cisé le maire de Grenoble.

 

Qui a ajouté : « Nous allons [par ailleurs] étu­dier des réaf­fec­ta­tions du per­son­nel là où les besoins se feront sen­tir, dans les Ehpad notam­ment. »

 

Sans sur­prise, toutes les pis­cines muni­ci­pales res­te­ront fer­mées dès lundi. Une incer­ti­tude demeure encore concer­nant les gym­nases et autres bâti­ments, mais une déci­sion devrait là aussi être prise ce ven­dredi. Enfin, « les deux gros évé­ne­ments que Grenoble devait accueillir début avril, la Foire des Rameaux et le Printemps du livre, sont annu­lés ».

 

La prise en charge à domicile, possible sous certaines conditions

 

La prise en charge à domi­cile est réser­vée aux patients pré­sen­tant « une forme bénigne de la mala­die, avec peu de symp­tômes, comme une faible toux, un simple état de fatigue », pré­cise l’ARS. Elle implique l’acceptation d’une « conduite à tenir stricte » (ne pas sor­tir de chez soi, pen­dant la période indi­quée par les méde­cins) et d’a­voir « les moyens maté­riels néces­saires à cet iso­le­ment ». Notamment de pou­voir être aidé par des proches au niveau logis­tique, les courses par exemple.

 

« La déci­sion de prise en charge à domi­cile est régie par un pro­to­cole de soins et se fait après avis d’un méde­cin infec­tio­logue et avec le consen­te­ment du patient concerné. » Durant cette phase de démar­rage, les méde­cins infec­tio­logues res­tent réfé­rents.

 

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
23008 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. sep article