La liste d’Éric Piolle veut redynamiser l’emploi local à l’échelle de la métropole

sep article



 

FOCUS – La liste Grenoble en commun conduite par Éric Piolle vient de dévoiler quatre colistiers, dont deux transfuges du Parti socialiste, qui ont présenté les orientations économiques de la campagne. Des propositions municipales… qui concernent aussi et surtout le territoire et les compétences de la Métropole.

 

 

Quelles orien­ta­tions éco­no­miques pour l’équipe de Grenoble en com­mun ? Sans sur­prise, le col­lec­tif réuni autour d’Éric Piolle, le maire sor­tant, ne prône aucune rup­ture avec le man­dat qui s’a­chève. « Poursuivre, ampli­fier, accé­lé­rer » : tel est le champ lexi­cal adopté par les com­pa­gnons de route du can­di­dat pour évo­quer les grandes lignes de son pro­gramme éco­no­mique. L’occasion aussi de pré­sen­ter de nou­veaux noms appe­lés à figu­rer sur la liste d’Éric Piolle.

 

La liste d'Éric Piolle veut redynamiser l'emploi local Djamel Wazizi, Laure Masson, Maxence Alloto et Margot Belair © Florent Mathieu - Place Gre'net

Djamel Wazizi, Laure Masson, Maxence Alloto et Margot Belair. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Des noms dont cer­tains réson­ne­ront aux oreilles des connais­seurs de la vie poli­tique gre­no­bloise. À com­men­cer par celui de Maxence Alloto, qui s’est encore pré­senté comme « secré­taire de la sec­tion du Parti socia­liste de Grenoble » lors de cette confé­rence du 31 jan­vier, mal­gré son exclu­sion datant du 29 pour cause de ral­lie­ment dis­si­dent à Éric Piolle. « Quand on est élu, on est élu ! », consi­dère le mili­tant, qui a, depuis, saisi la com­mis­sion natio­nale des conflits avec deux autres ex-socia­listes éga­le­ment exclus.

 

 

Deux ex-socialistes sur la liste d’Éric Piolle

 

« Je crois pro­fon­dé­ment au ras­sem­ble­ment de la gauche et des éco­lo­gistes », plaide Maxence Alloto pour expli­quer son choix poli­tique. Et plus ques­tion de cri­ti­quer le man­dat Éric Piolle, contre lequel le socia­liste avait pour­tant la dent dure quelques mois en arrière. En novembre 2018, en pleine recons­truc­tion de pro­jet, celui qui était encore secré­taire de sec­tion étrillait ainsi le bilan social de la majo­rité élue en 2014.

 

En 2018, Maxence Alloto (à droite), aux côtés du premier secrétaire PS de l'Isère Christophe Bouvier, voulait relancer la dynamique socialiste sur Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

En 2018, Maxence Alloto (à droite), aux côtés du pre­mier secré­taire PS de l’Isère Christophe Bouvier, vou­lait relan­cer la dyna­mique socia­liste sur Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Autre ex-socia­liste ral­liée à Grenoble en com­mun, Laure Masson ne renie pas ses deux man­dats d’é­lue pas­sés sous l’ère Destot. Mais sou­haite aujourd’­hui « un chan­ge­ment de para­digme à tra­vers le prisme de la tran­si­tion éco­lo­gique ». Une prise de conscience à l’oc­ca­sion de son retour au conseil muni­ci­pal ? Élue sur la liste Safar en 2014, Laure Masson a en effet pu sié­ger suite à la démis­sion de ce der­nier en mars 2019. Peu dési­reuse au début de « por­ter le bilan » de la muni­ci­pa­lité, elle avait fina­le­ment rejoint la majo­rité après les euro­péennes.

 

Autre can­di­dat, l’ac­teur asso­cia­tif de la Villeneuve Djamel Wazizi fut, lui aussi, par le passé un sou­tien (plus dis­cret tou­te­fois) de Michel Destot, comme membre de son comité de sou­tien en 2008. Quant à la can­di­date Margot Belair, res­pon­sable web­mar­ke­ting et mili­tante « éco­fé­mi­niste », sa pré­sence sur la liste Grenoble en com­mun n’a rien d’é­ton­nant : l’an­cienne syn­di­ca­liste étu­diante et acti­viste pour le cli­mat compte aujourd’­hui parmi les rangs d’EELV.

 

 

Un projet à l’échelle métropolitaine

 

Si l’é­quipe de Grenoble en com­mun porte, comme son nom l’in­dique, une can­di­da­ture pour la Ville de Grenoble, ses pro­po­si­tions éco­no­miques sont avant tout… métro­po­li­taines.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
4229 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Vivement Carignon, voire Chalas qui vont de nou­veau irri­guer le centre ville de Grenoble en ré-ouvrant l’axe Lyautey -> Rey aux voi­tures. C’est ça dont les com­mer­çants ont besoin : de gens qui ont les moyens de se payer une voi­ture, qui viennent consom­mer et pas des glan­deurs à pied ou des chô­meurs en vélo ! Faut regar­der ce centre-ville com­ment qu’il est avec cette artère trans­for­mée en ZTL, où 3 bus se dis­putent avec 4 pèle­rins et 2 cyclistes ! Faut que ça bouge une ville, qu’il y ait du mou­ve­ment, de l’oc­cu­pa­tion de l’es­pace, du bruit et ça, on va l’ob­te­nir avec Carignon ou Chalas !

    sep article
  2. Après avoir orga­nisé un plan social qui ne porte pas son nom pour com­bien de dizaines de sala­riés qui ont perdu leur tra­vail à cause du CVCM d’Eric Piolle et de sa muni­ci­pa­lité, plan de non-cir­cu­la­tion qui a mis et met tou­jours en grande dif­fi­cul­tés les com­merces pour ceux qui res­tent ?

    sep article
  3. Grenoble en com”.
    Liste de boni­men­teurs.

    sep article
  4. La métro­pole de Grenoble n’est pas du tout faite pour les sala­riés, et ce pour tel­le­ment de rai­sons.

    sep article
  5. pen­dant 5.5 ans de son man­dat la pas­tèque Piolle nous répé­tait sans arrêt qu’il faut de la « décrois­sance pour Grenoble », que « l’é­co­no­mie ce n’est pas la res­pon­sa­bi­lité de la ville » (mais celle de la Métro), que Grenoble « n’est plus une ville pour l’homme blanc pressé » etc etc. A‑t-il appris quelque chose de nou­veau en amont des élec­tions 2020 ? Ou c’est juste du bara­tin élec­to­ral ?

    sep article
  6. J’ai envoyé l’ar­ticle aux com­mer­çants de ma rue qui ont fermé à cause de CVCM, pour savoir ce qu’ils pensent des pro­messes sur l’emploi local de « Grenoble (quoi ?) en com­mun ».

    sep article