Municipales de Grenoble : le patron des Républicains Christian Jacob apporte son soutien au candidat Alain Carignon

sep article

 

FIL INFO — Présent à Voreppe le jeudi 30 janvier, le président des Républicains a officiellement affirmé le soutien du parti à la candidature grenobloise d’Alain Carignon pour les municipales. De quoi convaincre l’électorat de droite ? Si une partie semble déjà acquise à la cause de l’ancien maire, une autre rechigne face aux déboires judiciaires dont son passé est entaché.

 

 

« J’ai plutôt le sentiment que les choses peuvent bouger. J’espère qu’on va reprendre cette ville », a indiqué le président des Républicains Christian Jacob au micro de France Bleu, lors des vœux du parti LR de l’Isère, jeudi 30 janvier. Et, si la cérémonie se déroulait à Voreppe, c’est bien de Grenoble dont parle le responsable. Une ville ancrée à gauche depuis quatre mandatures, après le passage par la case prison de son édile RPR Alain Carignon.

 

Christian Jacob à Voreppe aux côtés de Yannick Neuder © Frédérique Puissat - Facebook

Christian Jacob à Voreppe aux côtés de Yannick Neuder. © Frédérique Puissat – Facebook

 

C’est pourtant bel et bien l’ancien maire que le patron des Républicains soutient officiellement aujourd’hui. « Si j’étais grenoblois, je ne me tromperais pas de bulletin. Je choisirais celui d’Alain Carignon ! », a-t-il ainsi lancé, cité cette fois par Le Dauphiné Libéré. En 2014, au terme d’un bras-de-fer avec Matthieu Chamussy, Alain Carignon avait été relégué en neuvième position sur la liste de droite. Et n’avait pu siéger, jusqu’à récemment, au conseil municipal.

 

 

Une droite acquise à la candidature d’Alain Carignon ?

 

La déclaration de Christian Jacob met fin à un (relatif) suspense : quand bien même l’ancien maire de Grenoble n’a pas d’investiture LR officielle, le parti ne présentera pas de candidat contre lui. Il est vrai que personne ne se pressait au portillon : Matthieu Chamussy a quitté le parti en janvier 2019 pour se rapprocher successivement de Stéphane Gemmani, puis d’Émilie Chalas, avant de quitter récemment la scène. Et les velléités du sénateur LR de l’Isère Michel Savin n’auront pas fait long feu.

 

Alain Carignon sur le parvis de l'Hôtel de ville de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Alain Carignon sur le parvis de l’Hôtel de ville de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Reste à savoir quel bénéfice Alain Carignon peut retirer de ce soutien. Si une partie de la droite grenobloise semble acquise à la cause de l’ancien maire, ses déboires judiciaires passés sur fond de corruption avérée en rebutent une autre. De quoi favoriser un vote en faveur d’Émilie Chalas ? Une chose est sûre : alors que les municipales de Grenoble proposent trois listes se revendiquant de gauche*, certains électeurs grenoblois de droite risquent de se sentir bien seuls dans l’isoloir.

 

Florent Mathieu

 

 

* Grenoble en commun, Grenoble Nouvel air et La Commune est à nous.

 

commentez lire les commentaires
2549 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Alain Carignon n’a besoin du soutien de personne : son casier judiciaire est vide et il a payé sa dette ! Qu’il vienne pour virer Piolle et tous ses copains à vélo qui nous empêchent de rouler et qui font augmenter la pollution !

    sep article
    • Oui, Jacob n’a pas besoin de lui tirer l’échelle…
      Sinon, Pierrot Misère est plutôt habile : il est plus vrai que nature et j’ai d’abord naïvement cru à un authentique post d’un carignonien…..

      sep article
  2. Mauvaise analyse. Il n’est pas question de convaincre la droite mais de savoir à quel niveau se situera l’abstention qui ne servira que M. Carignon.
    Que LR raccroche les wagons alors que des »sondages » non officiels le donne en tête au premier tour, cela n’a rien d’étonnant.

    sep article