Municipales : Matthieu Chamussy tire sa révérence, après 22 ans de vie politique

sep article

 

FOCUS — La fin d’une époque ? Le conseiller municipal de Grenoble Matthieu Chamussy annonce se retirer des élections municipales de mars 2020. Alors que l’élu centre-droit s’était rapproché de la candidate LREM Émilie Chalas, il juge au final que le compte n’y est pas. Et refuse de jouer les arbitres entre les candidatures Piolle et Carignon.

 

 

« Le nouveau monde de Mme Chalas n’est finalement pas si ouvert que cela. » Par ces mots, et quelques autres, Matthieu Chamussy tire sa révérence. Le conseiller municipal centre-droit de Grenoble annonce, lundi 27 janvier, qu’il ne sera pas candidat aux prochaines municipales. Après Jérôme Safar en février 2019, c’est aussi le deuxième candidat malheureux des élections de 2014 à annoncer son retrait de la vie politique.

 

Matthieu Chamussy en plein conseil municipal © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Matthieu Chamussy en plein conseil municipal. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Matthieu Chamussy semblait pourtant prêt à se jeter dans l’arène. D’abord aux côtés de Stéphane Gemmani. Une alliance au final éphémère, suivie d’un appel à constituer un « arc progressiste » pour Grenoble, puis du lancement de son projet « Grenoble 2030 », et enfin d’un rapprochement avec la candidate Émilie Chalas. Pour autant, l’élu avait prévenu dans une tribune : pas question de jouer les arbitres entre les candidatures Piolle et Carignon.

 

 

« Le projet de Mme Chalas demeure le moins mauvais »

 

Pour le conseiller municipal, le duel entre l’ancien maire et le maire sortant focalise pourtant bien toutes les attentions. Outre la candidature d’Émilie Chalas, Olivier Noblecourt est certes entré dans la course. De même qu’une liste La Commune est à nous, venant talonner Éric Piolle sur son flanc gauche. Mais « malgré les autres candidatures, tout le monde s’accorde à dire que c’est ce duel-là qui domine », juge-t-il.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2755 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Trois commentaires (dont le mien), tous « favorables » à Chamussy et désolés de ce duel entre le vieux renard et le jeune coq.
    Gre’Net est-il noyauté par les macronistes ??? 🙂
    Que devient Caro ? Vous l’avez bâillonnée ou elle boude ????

    sep article
  2. Dommage.
    Torpillé par Monsieur Carignon?
    Nous avons donc la droite la plus bête du monde -> il y a un refus du passé judiciaire du précédent maire
    Au fil à Grenoble, rien de nouveau alors que tout le monde veut que cela change.

    sep article
  3. C’est regrettable. Matthieu Chamussy incarnait de longue date à Grenoble une tendance gaulliste sociale dont nous aurions grand besoin.
    Je voterai Emilie Chalas sans illusion aucune en mars. Sa campagne me semble d’un terne sans nom et si elle n’a pas su rallier à sa liste un Chamussy, elle n’empêchera pas cette polarisation délétère entre un vieux cheval de retour revanchard et un écolo aux allures de gendre idéal qui s’est révélé en 6 ans un idéologue dogmatique, extrêmement complaisant à l’égard de « minorités agissantes » et dangereuses pour la République.
    Et c’est lui qui va gagner, cela ne fait pas l’ombre d’un doute – peut-être plus largement encore qu’en 2014…..

    sep article
  4. « Le projet de Mme Chalas demeure le moins mauvais », c’est exactement ça.

    Autant on peut comprendre les sympathisants de Piolle attirés par un emballage sexy sans rien à l’intérieur. Il n’a rien fait de son mandat mis à part quelques coups de comm tonitruants.

    Autant la popularité de Carignon est, elle ,totalement incompréhensible. Personne n’a envie de revivre la situation des années 80-90 où la corruption était reine. Grenoble se classe déjà troisième des villes les moins bien gérées de France d’après le Point, dernière Marseille et Nice c’est dire. Avec Carignon, Grenoble sera assurément la grande première de ce triste palmarès.

    sep article
    • Elle est impressionnante votre haine pour Alain Carignon, l’article traite de Mathieu Chamussy et vous, vous faites un amalgame. Désolant votre commentaire, cela ne fait pas avancer le débat.

      sep article