Municipales : Matthieu Chamussy tire sa révérence, après 22 ans de vie politique

sep article

 

FOCUS — La fin d’une époque ? Le conseiller municipal de Grenoble Matthieu Chamussy annonce se retirer des élections municipales de mars 2020. Alors que l’élu centre-droit s’était rapproché de la candidate LREM Émilie Chalas, il juge au final que le compte n’y est pas. Et refuse de jouer les arbitres entre les candidatures Piolle et Carignon.

 

 

« Le nou­veau monde de Mme Chalas n’est fina­le­ment pas si ouvert que cela. » Par ces mots, et quelques autres, Matthieu Chamussy tire sa révé­rence. Le conseiller muni­ci­pal centre-droit de Grenoble annonce, lundi 27 jan­vier, qu’il ne sera pas can­di­dat aux pro­chaines muni­ci­pales. Après Jérôme Safar en février 2019, c’est aussi le deuxième can­di­dat mal­heu­reux des élec­tions de 2014 à annon­cer son retrait de la vie poli­tique.

 

Matthieu Chamussy en plein conseil municipal © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Matthieu Chamussy en plein conseil muni­ci­pal. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Matthieu Chamussy sem­blait pour­tant prêt à se jeter dans l’a­rène. D’abord aux côtés de Stéphane Gemmani. Une alliance au final éphé­mère, sui­vie d’un appel à consti­tuer un « arc pro­gres­siste » pour Grenoble, puis du lan­ce­ment de son pro­jet « Grenoble 2030 », et enfin d’un rap­pro­che­ment avec la can­di­date Émilie Chalas. Pour autant, l’élu avait pré­venu dans une tri­bune : pas ques­tion de jouer les arbitres entre les can­di­da­tures Piolle et Carignon.

 

 

« Le projet de Mme Chalas demeure le moins mauvais »

 

Pour le conseiller muni­ci­pal, le duel entre l’an­cien maire et le maire sor­tant foca­lise pour­tant bien toutes les atten­tions. Outre la can­di­da­ture d’Émilie Chalas, Olivier Noblecourt est certes entré dans la course. De même qu’une liste La Commune est à nous, venant talon­ner Éric Piolle sur son flanc gauche. Mais « mal­gré les autres can­di­da­tures, tout le monde s’ac­corde à dire que c’est ce duel-là qui domine », juge-t-il.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
2892 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Trois com­men­taires (dont le mien), tous « favo­rables » à Chamussy et déso­lés de ce duel entre le vieux renard et le jeune coq.
    Gre’Net est-il noyauté par les macro­nistes ??? 🙂
    Que devient Caro ? Vous l’a­vez bâillon­née ou elle boude ????

    sep article
  2. Dommage.
    Torpillé par Monsieur Carignon ?
    Nous avons donc la droite la plus bête du monde -> il y a un refus du passé judi­ciaire du pré­cé­dent maire
    Au fil à Grenoble, rien de nou­veau alors que tout le monde veut que cela change.

    sep article
  3. C’est regret­table. Matthieu Chamussy incar­nait de longue date à Grenoble une ten­dance gaul­liste sociale dont nous aurions grand besoin.
    Je vote­rai Emilie Chalas sans illu­sion aucune en mars. Sa cam­pagne me semble d’un terne sans nom et si elle n’a pas su ral­lier à sa liste un Chamussy, elle n’empêchera pas cette pola­ri­sa­tion délé­tère entre un vieux che­val de retour revan­chard et un écolo aux allures de gendre idéal qui s’est révélé en 6 ans un idéo­logue dog­ma­tique, extrê­me­ment com­plai­sant à l’é­gard de « mino­ri­tés agis­santes » et dan­ge­reuses pour la République.
    Et c’est lui qui va gagner, cela ne fait pas l’ombre d’un doute – peut-être plus lar­ge­ment encore qu’en 2014.….

    sep article
  4. « Le pro­jet de Mme Chalas demeure le moins mau­vais », c’est exac­te­ment ça.

    Autant on peut com­prendre les sym­pa­thi­sants de Piolle atti­rés par un embal­lage sexy sans rien à l’in­té­rieur. Il n’a rien fait de son man­dat mis à part quelques coups de comm toni­truants.

    Autant la popu­la­rité de Carignon est, elle ‚tota­le­ment incom­pré­hen­sible. Personne n’a envie de revivre la situa­tion des années 80 – 90 où la cor­rup­tion était reine. Grenoble se classe déjà troi­sième des villes les moins bien gérées de France d’a­près le Point, der­nière Marseille et Nice c’est dire. Avec Carignon, Grenoble sera assu­ré­ment la grande pre­mière de ce triste pal­ma­rès.

    sep article
    • Elle est impres­sion­nante votre haine pour Alain Carignon, l’ar­ticle traite de Mathieu Chamussy et vous, vous faites un amal­game. Désolant votre com­men­taire, cela ne fait pas avan­cer le débat.

      sep article