Hébergement d’urgence : conseillers métropolitains et associations grenobloises appellent l’État à « assumer ses responsabilités »

sep article



 

FIL INFO – Une délégation d’associations et de collectifs soutenant les personnes à la rue a été reçue par la métropole le 12 juillet dernier. Suite à quoi cinq groupes métropolitains de la majorité* ont interpellé l’État sur ses responsabilités ce mercredi 17 juillet. Ils appellent le gouvernement à « être à la hauteur des valeurs d’accueil et d’hospitalité qu’a toujours portées notre territoire ».

 

 

Plusieurs groupes métropolitains et des associations de soutien aux personnes à la rue appellent l'Etat à "prendre ses responsabilités".Matthieu Doncoeur tuteur bénévole au Samu Social de Grenoble Vinci Codex avec les sans-abris - série travail de nuit sur Place Gre'net © Véronique Serre - placegrenet.fr

© Véronique Serre – Placegrenet.fr

La per­sé­vé­rance a fini par payer pour les sou­tiens des per­sonnes à la rue. Vendredi 12 juillet, une délé­ga­tion d’as­so­cia­tions et de col­lec­tifs a ainsi été reçue rue Malakoff. Et leurs demandes enten­dues puisque, dans la fou­lée, cinq groupes métro­po­li­tains ont signé un com­mu­ni­qué deman­dant à l’État de prendre ses res­pon­sa­bi­li­tés de « garant de l’hébergement ».

 

Cela fait plu­sieurs semaines que les asso­cia­tions impli­quées dans la défense des per­sonnes à la rue font par­ler d’elles à Grenoble. Entre les expul­sions esti­vales et les éva­cua­tions de cam­pe­ments infor­mels, la recherche d’hébergements d’urgence devient en effet de plus en plus dif­fi­cile.

 

 

Protéger les populations et pérenniser les hébergements d’urgence

 

Associations, col­lec­tifs et conseillers métro­po­li­tains ont plus pré­ci­sé­ment for­mulé deux demandes. Les signa­taires requièrent ainsi « une pro­tec­tion et un héber­ge­ment d’urgence immé­diats et incon­di­tion­nels » afin que les per­sonnes sans abri puissent « accé­der à leurs droits fon­da­men­taux ».

 

Plusieurs groupes métropolitains et des associations de soutien aux personnes à la rue appellent l'Etat à "prendre ses responsabilités".Marginal en train de dormir à coté du cinéma Pathée à Chavant SDF sans hébergement sans abri sans domicile fixe © Eléonore Bayrou

Homme sans-abri allongé dans la rue. © Eléonore Bayrou – Placegrenet.fr

Mais comme « urgence » ne rime pas avec « durable », asso­cia­tions et élus exigent éga­le­ment l’assurance d’une conti­nuité de loge­ment pour les per­sonnes concer­nées par des mesures d’expulsion et pour celles sans loge­ment.

 

Des mesures qui s’appliqueraient à toutes les per­sonnes sans domi­cile fixe, « quelle que soit leur situa­tion admi­nis­tra­tive, qu’il s’agisse de struc­tures dédiées aux deman­deurs d’asile ou de struc­tures d’hébergement géné­ra­listes ». Reste à savoir si ces demandes seront enten­dues et mises en œuvres par l’État.

 

 

L’État et le Département interpellés par les élus

 

« L’État est le garant du droit à l’hébergement. Celui-ci est incon­di­tion­nel », rap­pellent les conseillers métro­po­li­tains signa­taires du com­mu­ni­qué. Qui ren­voient éga­le­ment le Département à l’une de ses com­pé­tences, la pro­tec­tion de l’enfance, qui induit l’hébergement et l’accueil des mineurs en dif­fi­culté.

 

Or, « com­ment étu­dier dans

Militants du DAL 38 Cité Dode 22 mai 2019 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Militants du Dal 38 Cité Dode 22 mai 2019. © Florent Mathieu – Place Gre’net.

des condi­tions de vie, de loge­ment et sani­taires non satis­fai­santes et/ou indignes ? », inter­rogent les élus.

 

Toutefois, pas de confu­sion entre les pré­ro­ga­tives éta­tiques et dépar­te­men­tales. La demande des signa­taires s’a­dresse expli­ci­te­ment à l’État.

 

En atten­dant sa réponse, les groupes invitent les autres col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales à « conti­nuer à se mobi­li­ser pour mettre à dis­po­si­tion des loge­ments, évi­ter les drames et limi­ter les risques sani­taires liés aux fortes cha­leurs de la sai­son ».

 

Cet appel est loin d’être le pre­mier pour Eric Piolle, signa­taire pour le groupe Métropoles en Transition. Le maire de Grenoble a en effet déjà inter­pellé l’État à de nom­breuses reprises au sujet des migrants et du droit à l’hébergement.

 

Nina Soudre

 

 

* Métropoles en tran­si­tion, Agir pour un déve­lop­pe­ment inter­com­mu­nal soli­daire, Pour un Agglomération soli­daire et éco­lo­giste, Communes, coopé­ra­tion et citoyen­neté et Génération citoyen­neté

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2788 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.