Hébergement des migrants : un collectif de maires, parmi lesquels Éric Piolle, interpelle le gouvernement

sep article
2,50 € par mois pour prendre le bus et le tram : et si c

FIL INFO – Le maire de Grenoble Éric Piolle compte parmi les treize élus signataires d’une lettre adressée au ministre de l’Intérieur et au ministre du Logement. Les édiles y demandent une réponse réelle au besoin d’hébergement des migrants sur le territoire français, et jugent que les maires ont des solutions concrètes à apporter du fait de leur expérience de terrain.

 

 

« Nous devons construire collectivement une réponse au défi que pose l’accueil des réfugiés en France. » Tel est le message de la lettre signée par treize édiles de l’Hexagone. Parmi eux, Éric Piolle, maire de Grenoble, François Baroin, président de l’Association des maires de France (AMF) et maire de Troyes, Anne Hidalgo, maire de Paris, ou encore Nicolas Florian, maire de Bordeaux.

 

Eric Piolle aux côtés de la comédienne et ancienne demandeuse d'asile Doussou Keita lors de la présentation de la Biennale des Villes en transition © Florent Mathieu - Place Gre'net

Eric Piolle aux côtés de la comédienne et ancienne demandeuse d’asile Doussou Keita lors de la présentation de la Biennale des Villes en transition. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Dans la missive adressée au ministre de l’Intérieur comme au ministre du Logement, les élus se disent « confrontés à une tension de plus en plus forte sur les dispositifs de prise en charge des personnes qui viennent chercher refuge sur [leur] territoire ». Ainsi qu’à une situation humanitaire « qui ne cesse de se dégrader, avec des femmes, des enfants, des hommes par centaines qui vivent dans des conditions indignes ».

 

 

Les communes, porteuses de « réponses concrètes »

 

Si les maires ne nient pas « les efforts réalisés en matière de création de places d’hébergement », ils n’en jugent pas moins l’offre très en-dessous des besoins réels. Pourtant, ajoutent-ils, « de nombreuses collectivités ont su expérimenter des dispositifs et peuvent être forces de proposition ». Au plus proche des associations, les communes s’estiment ainsi en mesure d’apporter « des réponses concrètes » au problème, via « une approche résolument pragmatique ».

 

Treize maires de France, parmi lesquels Éric Piolle, interpellent le gouvernement sur les besoins en matière d'hébergement des personnes migrantes.Manifestation en faveur de l'accueil des migrants à Grenoble © Joël Kermabon - Place Gre'net

Manifestation en faveur de l’accueil des migrants à Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Autant de raisons pour lesquelles les signataires de la missive demandent aux ministres de les recevoir, « afin d’échanger sur le dispositif d’accueil et d’orientation des migrants et la mise à l’abri inconditionnelle des personnes ». Et de rappeler l’État à sa compétence : « Garantir un hébergement digne relève de [sa] responsabilité », écrivent les élus. De même, concluent-ils, que la garantie de l’ordre public dans des quartiers « éprouvés par la permanence de situations humaines et sociales particulièrement complexes ».

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1272 visites | 12 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 12
  1. @Caro
    Gros problème ? Oui, le plus gros problème c’est de comprendre comment le préfet de l’ISERE n’ordonne pas une déportation immédiate de tous les sans papiers

    sep article
  2. Je rêve. Est-ce qu’on est dans pays où les lois sont respectées ?! Déportation immédiate et c’est tout ce qu’il faut. Que ce qu’il fait, le préfet de l’Isere ?!

    sep article
  3. « confrontés à une tension de plus en plus forte » ?!
    C’est vrai?! Je propose une solution tout à fait légitime : DÉPORTATION de tous les migrants illégaux. Comme ça, il n’y aura plus de « tension »

    sep article
  4. C’est amusant comme certains commentateurs ne connaissent pas la loi et adaptent leurs propos à leur idéologie anti-maire.
    Pourquoi ce qui relève de l’Etat devrait être exécuté par les autorités municipales ? Le Code d’entrée et de séjour des étrangers et du droit d’asile, dit bien que l’Etat DOIT HEBERGER les demandeurs d’asile. Or il y en a des dizaines à la rue, même des familles avec enfants. Pourquoi les mairies les logeraient-ils sans aucune subvention ? Ils ménagent nos impôts locaux.
    Pourquoi le Conseil départemental refusent d’héberger des familles avec enfants, alors qu’il a l’obligation de mettre les enfants à l’abri, d’après son service de l’Aide Sociale à l’enfance ?
    Le gouvernement, la préfecture, le CD ont des grandes gueules, mais laissent des centaines de personnes à la rue.
    La France s’est faite épingler par la CEDH (cour européenne des droits de l’homme) à plusieurs reprises pour un « accueil » dégradant des migrants.
    Il est normal que les maires rappellent à l’Etat les conventions internationales signées …

    sep article
    • « Dura Lex , Sed Lex  »
      d’après Europol, 80 % des migrations clandestines sont à un moment ou à un autre
      organisées par le crime organisé …
      Oui, vous avez raison , la loi doit être appliquée ,sans entrave .

      sep article
  5. C’est très louable de faire appel à l’état chaque fois que les engagements
    des maires s’avèrent catastrophiques .La situation dramatique que
    connaissent les migrants présents sur l’agglomération grenobloise,
    est due à de mauvaises décisions prises par les équipes dirigeantes
    des villes concernées par cette situation .
    Il est évident que c’est au maire de faire respecter les droits fondamentaux
    des résidents de sa ville et de faire en sorte que des problèmes insolubles
    n’apparaissent pas .
    « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ».
    Cela fait quelques années que Monsieur Piolle est Maire de Grenoble, il doit
    bien y avoir une part de sa responsabilité dans l’évolution sociétale et économique
    de sa ville.Alors, avant d’aller implorer l’état ne serait-il pas souhaitable qu’il change
    de logiciel ?

    sep article
    • Surtout qu’il ne loge personne chez lui ou à coté, c’est plus simple chez les autres.

      sep article
      • l’idéologue, est toujours un bel hypocrite,qui se drape de grands sentiments
        humanistes, tout en se protégeant de la présence de la plèbe, pour laquelle
        il n’a que du mépris . C’est une constatation qui ne vise pas une personne
        en particulier …

        sep article
      • Rassurez-vous, ce qu’il trouve normal de faire vivre à ses administrés, il
        ne le vit pas.Bien au contraire,il se protège et protège sa famille de la
        « mixité avec la plèbe » …

        sep article
  6. Aucun de ces maires qui la main sur le cœur parlent d’indignité, n’a pris une famille soit même une personne sous son toit, dans un appartement voisin de chez eux ou dans leurs jardins pour vivre une expérience inédit. Pour ma part, il y a un camp ou je travaille, ils sont des dizaines et nous voyons dans quelles conditions ils vivent (feu de bois, de caoutchouc, cabane en bois, voiture – grosse cylindrée -, toilettes à l’air libre, etc. Et pour couronner le tout le maire à installer depuis 4 ans, deux familles par appartement (10 personnes par appart), dans un bâtiment de trois étages (pas de loyer, pas de facture d’eau, électricité, gaz) , dans des conditions inimaginables et cela dans toute la ville (nombre d’immeuble est à multiplier). Ils jettent la nourriture dans leurs emballages dans les poubelles vertes, ils jettent dans les poubelles grises les vêtements dont ils n’ont pas besoin, ils sortent les couvertures, les couettes, les draps, les tapis, etc; qu’ils ont lavé à grande eau dans la salle de bains, puis ils les revendent à d’autres migrants, cela au vu et au su de la mairie et du ccas, les voitures font des va et vient. Et je passe d’autres trafics, pourtant ils touchent un revenu, car il y a les enfants. Les associations ont abandonnés en répétant les unes après les autres, ils sont ingérables!

    sep article
    • Je ne connais pas assez les problèmes que vous soulevez pour répondre, à part qu’il faudrait des travailleurs sociaux qui dépendent … du Conseil départemental puisqu’il y a des enfants or il ne veut pas en nommer.
      Est-ce que ces familles ont des papiers ? Si elles sont sans papiers, elles n’ont aucun revenu, même avec des enfants, puisqu’elles n’ont pas d’assistante sociale et qu’il faut des papiers pour toucher les allocations familiales.
      C’est effectivement un gros problème.

      sep article
      • Ils n’ont pas de papier soit disant, ils sont en attente depuis 4 ans, ils ont la cmu, car un des enfants s’est fracturé le bras à 3 endroits et a été opéré, la maman m’a demandé de l’aide. Il y a des assistantes sociales qui passent. Le facteur un jour s’est trompé et a laissé un courrier destiné aux familles, c’était un huissier qui réclamait une somme de 80000 € suite à un emprunt a sofinco!
        Toutefois, je voulais juste dire que la solidarité doit être équitable et tout le monde devrait accepter une famille, surtout ceux qui s’en vante dans les médias. Et ne pas les caser chez les autres.

        sep article