Baisse des températures : le Dal 38 et la Cisem demandent à la préfecture de rouvrir les centres d’hébergement hivernaux

sep article

FIL INFO – Face aux baisses de températures annoncées par Météo France, le Dal 38 et la Cisem interpellent la préfecture de l’Isère et lui demandent de rouvrir pour une semaine les centres d’hébergement d’urgence, fermés à la fin de la trêve hivernale. Les militants appellent également les communes de la Métro à faire pression sur les services de l’État pour obtenir cette réouverture.

 

 

« Le préfet est capable de faire couper des routes quand il y a un épisode neigeux, mais n’est pas capable de rouvrir une semaine les centres d’hébergement ? » Ainsi s’exprime Roseline Vachetta, membre de Droit au logement 38 (Dal). L’association de défense des sans-abris, ainsi que la Coordination iséroise de solidarité avec les étrangers migrants (Cisem), interpellent en effet dans un communiqué la préfecture sur les conditions climatiques à venir.

 

Face à des températures noctunes en baisse, le Dal 38 et la Cisem interpellent la préfecture de l'Isère sur la fermeture des centres d'hébergement.Anne Marie et Roseline Vachetta du DAL 38 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Anne Marie et Roseline Vachetta du Dal 38. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Motif de leur colère ? Alors que, suite à la fin de la trêve hivernale, plusieurs centres d’hébergement ont été vidés de leurs occupants, « la météo annonce depuis plusieurs jours la neige à Grenoble pour les trois jours suivants ». Si les dernières prévisions de Météo France ne font pas état de nouvel épisode neigeux sur Grenoble même, après la chute de cette nuit… elles n’en affichent pas moins des températures nocturnes proches, voire inférieures, à zéro degré jusqu’au dimanche 7 avril.

 

 

Appel aux communes à faire pression sur la préfecture

 

Face à ces baisses de températures, le Dal et la Cisem demandent « la réouverture ce jour [jeudi 4 avril, ndlr] du dispositif hivernal et un logement pérenne pour tous et toutes ». Les militants du droit au logement appellent également les communes du territoire métropolitain à « faire pression sur la préfecture de l’Isère » pour obtenir ces réouvertures. Ainsi qu’à se montrer « solidaires » en proposant des solutions d’hébergement.

 

Rassemblement devant le gymnase Picasso lundi 1er avril, au moment de l'expulsion des occupants suite à la fin de la trêve hivernale. © France 3

Rassemblement devant le gymnase Picasso lundi 1er avril, au moment de l’expulsion des occupants suite à la fin de la trêve hivernale. © France 3

 

Le mardi 1er avril, l’expulsion du centre Picasso d’Échirolles s’était faite dans la douleur. Certaines personnes, souvent des étrangers en situation de demande d’asile, n’avaient par ailleurs pas pu récupérer leurs affaires. Celles-ci sont, à ce jour, toujours introuvables : seul un jeune homme a été en mesure de retrouver ses papiers. « On a peur que cela ait été définitivement jeté, et que ce soit pour cela que cela traîne ! », s’inquiète Roseline Vachetta.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
880 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.