Le FC Grenoble va investir 8 à 10 millions d’euros dans une structure de 5 000 m2 « autour de la marque FCG »

sep article



 

FOCUS – Michel Martinez et Éric Pilaud, respectivement président du FC Grenoble et président du conseil de surveillance, ont présenté leur projet club, ce mercredi 26 juin. La formation est au centre des attentions du FCG. Côté infrastructures, un bâtiment R+2 de 5 000 m² devrait être terminé fin 2021. Il comprendra notamment des espaces pour l’aspect sportif, d’autres pour l’accueil des entreprises et une brasserie.

 

 

Franck Corrihons, Michel Martinez, Eric Pilaud du FC Grenoble rugby lors d'un point presse au stade Lesdiguières mercredi 26 juin. © Laurent Genin

Franck Corrihons, Michel Martinez, Eric Pilaud du FC Grenoble rugby lors d’un point presse au stade Lesdiguières mer­credi 26 juin. © Laurent Genin

Actuellement en vacances, les rug­by­men du FC Grenoble vont reprendre l’entraînement lundi 1er juillet pour com­men­cer à pré­pa­rer leur sai­son en Pro D2.

 

Ceux qui étaient déjà pré­sents la sai­son der­nière décou­vri­ront la réno­va­tion de la halle cou­verte du stade Lesdiguières.

 

Un lieu qui sert notam­ment pour la “réath­lé­ti­sa­tion” des joueurs bles­sés et, l’hiver, pour l’entraînement quand les condi­tions météo sont trop mau­vaises et que le ter­rain en herbe à l’extérieur est abîmé.

 

 

« Il faut qu’on régénère l’enthousiasme du peuple grenoblois »

 

Les gros pro­blèmes de cette halle étaient son iso­la­tion et le manque de lumi­no­sité à l’intérieur. Le FCG a sou­haité remé­dier à ces deux pro­blèmes. « Le club inves­tit en per­ma­nence dans la qua­lité de ses infra­struc­tures », a sou­li­gné Michel Martinez lors d’un point presse, mer­credi 26 juin, au stade Lesdiguières.

 

La halle couverte au stade Lesdiguières avant les travaux réalisés par le FCG ces dernières semaines. © Laurent Genin

La halle cou­verte au stade Lesdiguières avant les tra­vaux réa­li­sés par le FCG ces der­nières semaines. © Laurent Genin

 

Accompagné d’Éric Pilaud, pré­sident du conseil de sur­veillance et de Franck Corrihons, direc­teur du déve­lop­pe­ment rugby, le pré­sident du FCG a sur­tout parlé des pro­jets du club après une sai­son où les Grenoblois n’ont pas réussi à se main­te­nir en Top 14.

 

« Il faut qu’on régé­nère l’enthousiasme du peuple gre­no­blois, déçu après la des­cente, parce qu’on a besoin de notre envi­ron­ne­ment pour mener à bien notre pro­jet. Notre pro­jet va au-delà des sai­sons. On le jugera dans quatre, cinq ans quand on aura construit l’édifice gre­no­blois. » Ce pro­jet repose sur trois piliers : la for­ma­tion, les infra­struc­tures et le busi­ness.

 

 

Objectif : 50 % de l’effectif professionnel formé au club

 

Au niveau de la for­ma­tion, le club met en place son pro­jet “DAIFI” pour : Détecter, Attirer, Intégrer, Former, Innover. « Notre objec­tif prin­ci­pal est de connec­ter les dif­fé­rentes struc­tures du FCG : ça part du « baby rugby » jusqu’aux moins de vingt et un ans, en inté­grant évi­dem­ment les fémi­nines », expli­quait Franck Corrihons.

 

Les joueurs du FC Grenoble rugby saison 2018-2019. © Laurent Genin

Les joueurs du FC Grenoble rugby, sai­son 2018 – 2019. © Laurent Genin

Toutes les équipes auront par exemple un réfé­ren­tiel de jeu com­mun. En 2021, l’objectif est que 50 % de l’effectif pro­fes­sion­nel soit consti­tué de joueurs for­més à Grenoble. « Le pro­jet DAIFI est le socle de l’avenir du club », a indi­qué Michel Martinez.

 

Concernant les infra­struc­tures, le club a dévoilé son pro­jet “Planète FCG”. « Il est lié sur­tout aux infra­struc­tures d’entraînement. Et autour des infra­struc­tures d’entraînement, c’est com­ment déve­lop­per des res­sources com­plé­men­taires », a pré­cisé Michel Martinez.

 

 

« “Planète FCG”, c’est 5 000 m2 d’activités autour de la marque FCG »

 

Un bâti­ment en rez-de-chaus­sée plus deux étages (R+2) va être érigé au stade Lesdiguières. Le club devrait pou­voir en dis­po­ser fin 2021.

 

Le stade Lesdiguières de Grenoble où s'entraînent les rugbymen du FCG. © Laurent Genin

Le stade Lesdiguières de Grenoble où s’en­traînent les rug­by­men du FCG. © Laurent Genin

« “Planète FCG”, c’est 5 000 mètres car­rés d’activités autour de la marque FCG », a résumé le pré­sident gre­no­blois. Concrètement, il s’agira d’un centre de per­for­mance spor­tive pour les rug­by­men du club, mais aussi d’es­paces de sémi­naires pour les entre­prises qui pour­ront accueillir 350 à 400 per­sonnes. Le tout avec des offres loi­sir, un escape game et du “gaming”, et de la res­tau­ra­tion, avec une bras­se­rie. Sans oublier un espace par­king de 250 places qui va voir le jour à proxi­mité.

 

« Ce pro­jet doit aussi inté­grer des pelouses hybrides, a ajouté Michel Martinez. On tra­vaille avec la Ville de Grenoble pour que notre ter­rain d’honneur et l’annexe passent en hybride. Notre pelouse est suru­ti­li­sée et donc dégra­dée. On a blessé des joueurs cette année. » L’investissement pour “Planète FCG” ? Il se situera entre 8 et 10 mil­lions d’euros.

 

Laurent Genin

 

 

Une deuxième augmentation de capital prévue en fin de semaine

 

L’an der­nier, le FCG avait annoncé une aug­men­ta­tion de capi­tal en trois tranches de l’ordre d’un mil­lion d’euros cha­cune. La pre­mière a eu lieu en 2018, la seconde est en train d’être réa­li­sée. Elle s’élèvera à envi­ron 950 000 euros.

 

Eric Pilaud, président du FCG. © Archive LG

Eric Pilaud, pré­sident du FCG. © Archive LG

Le cœur de cette capi­ta­li­sa­tion du club de rugby gre­no­blois est réa­lisé par une hol­ding “Sport, Passion, Promotion” consti­tuée de neuf asso­ciés, dont Michel Martinez et Éric Pilaud, action­naires du FCG à 74 %.

 

« À l’issue de l’augmentation de capi­tal qui se ter­mi­nera en fin de semaine, nous serons à un peu plus de 80 %, a pré­cisé Éric Pilaud.

 

Nous sommes presque tous à éga­lité dans cette société. Il s’agit de vrais acteurs éco­no­miques de la région gre­no­bloise, des chefs d’entreprise qui apportent leur réseau, leur expé­rience. Quand on parle de pro­jet à 8 ou 10 mil­lions d’investissements, il vaut mieux avoir ces gens-là comme cau­tions pour des emprunts ban­caires. »

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
2926 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.