Battu par Brive, le FC Grenoble rugby redescend en Pro D2

sep article



EN BREF – En s’inclinant à Brive (22−28) ce dimanche 2 juin, les rugbymen du FC Grenoble n’ont pas réussi à conserver leur place en Top 14, un an après être monté dans l’élite du rugby français. Ils devront repartir en Pro D2, la deuxième division, la saison prochaine.

 

 

Les Grenoblois de Lilian Saseras, ballon en main, sont relégués en deuxième division. © Laurent Genin

Les Grenoblois de Lilian Saseras, bal­lon en main, sont relé­gués en deuxième divi­sion. © Laurent Genin

Le FC Grenoble rugby jouait sa sai­son sur un match. Treizièmes du Top 14, les Grenoblois avaient une der­nière chance de sau­ver leur place en élite, n’étant pas par­ve­nus à décro­cher leur main­tien à l’issue des vingt-six jour­nées de cham­pion­nat.

 

Pour ce faire, ils devaient l’emporter ce dimanche 2 juin à Brive, battu par Bayonne (19−21) en finale de Pro D2, la deuxième divi­sion, le 26 mai. « C’est notre finale à nous », résu­mait Lilian Saseras, le demi de mêlée du FCG, avant cette ren­contre capi­tale.

 

L’année der­nière, les Isérois s’étaient retrou­vés dans la peau des Corréziens après s’être incli­nés eux aussi en finale de Pro D2 contre Perpignan (13−38).

 

Dans un stade des Alpes en fusion, ils avaient réussi à s’imposer avec la manière (47−22) contre Oyonnax, alors pen­sion­naire du Top 14, pour mon­ter. Cette année, ils devaient démon­trer du carac­tère face à des Brivistes invain­cus dans leur antre et pous­sés par envi­ron 14 000 sup­por­ters.

 

 

La mêlée en difficulté, Brive efficace

 

Sous une forte cha­leur, Grenoble a dominé en pre­mière mi-temps face à Brive qui sem­blait fébrile. Mais le FCG, fort en mêlée cette sai­son, a concédé trois péna­li­tés dans ce sec­teur plus un coup-franc, lais­sant le CAB dans le match.

 

Les Grenoblois n’ont pu mar­quer qu’au pied par leur buteur Gaëtan Germain, qui por­tait encore les cou­leurs bri­vistes la sai­son der­nière. En face, les Corréziens ont fait preuve d’efficacité en ins­cri­vant deux essais, de péna­lité (22e) et par leur ailier Franck Romanet (36e), pour mener 14 – 12 à la pause.

 

Les quinze points au pied inscrits par l'ancien Briviste Gaëtan Germain n'auront pas suffi à Grenoble. © Laurent Genin

Les quinze points au pied ins­crits par l’an­cien Briviste Gaëtan Germain n’au­ront pas suffi à Grenoble. © Laurent Genin

 

Le début de seconde période a été com­pli­qué pour les Isérois qui ont encaissé une troi­sième réa­li­sa­tion par Samuel Marques, trans­for­mée par Stuart Olding (21−12, 46e). Avec neuf points de retard, ils se retrou­vaient en dif­fi­culté.

 

Brive man­quait l’essai du K.-O. défi­ni­tif après un jeu au pied trop long de leur arrière Rory Scholes (62e). Grenoble se don­nait ensuite une chance encore de l’emporter avec une cin­quième péna­lité réus­sie par Germain (21−15, 66e). Mais trop d’approximations dans son jeu lui était pré­ju­di­ciable. Et le CAB enfon­çait le clou défi­ni­ti­ve­ment sur un qua­trième essai de Giorgadze, trans­formé par Olding (28−15, 77e).

 

Le FC Grenoble a sauvé l’honneur après la sirène grâce à une réa­li­sa­tion de son ailier Bastien Guillemin, trans­for­mée par Franck Pourteau (28−22, 83e). Un essai qui est arrivé bien trop tard. C’est Brive qui jouera en Top 14 la sai­son pro­chaine.

 

 

Le FCG plombé par son manque de réalisme

 

Grenoble redes­cend donc en Pro D2 un an après s’en être extirpé. C’est une grosse décep­tion pour les Isérois, en pleurs à l’i­mage de Gaëtan Germain, qui n’auront décro­ché que cinq vic­toires cette année dont aucune à l’extérieur. Le manque de réa­lisme, avec seule­ment trente-trois essais ins­crits en vingt-sept matchs, leur aura coûté cher.

 

Le co-manager du FCG Stéphane Glas retrouve l'équipe là où il l'avait récupérée à l'été 2017 : en Pro D2. © Laurent Genin

Le co-mana­ger du FCG Stéphane Glas retrouve l’é­quipe là où il l’a­vait récu­pé­rée à l’été 2017 : en Pro D2. © Laurent Genin

En 2017, après cinq ans pas­sés en élite, le FC Grenoble avait rejoint la deuxième divi­sion au terme d’une sai­son cau­che­mar­desque. Arrivés durant l’été, les nou­veaux entraî­neurs Stéphane Glas et Dewald Senekal avaient réussi à recons­truire un groupe en fai­sant notam­ment confiance aux jeunes du club. Les résul­tats avaient suivi jusqu’à la remon­tée en Top 14.

 

Y par­vien­dront-ils une deuxième fois ? La tâche sera rude dans un cham­pion­nat de Pro D2 véri­table mara­thon avec trente matchs sans comp­ter les phases finales. Et de plus en plus dis­puté avec des équipes comme Perpignan ou Oyonnax qui ambi­tionnent aussi de retrou­ver l’élite. Grenoble va devoir rele­ver le défi.

 

Laurent Genin

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1939 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.