1300 dons de protections périodiques enregistrés à Grenoble pour les femmes précaires

sep article

FIL INFO — La collecte de protections périodiques, organisée par la Ville de Grenoble du lundi 3 au samedi 8 juin, a permis de récolter 1 300 dons, en grande majorité des serviettes périodiques. La municipalité promet dès à présent la mise en place d’un système de collecte pérenne à compter de 2020.

 

 

Quel est le bilan de la collecte de protections périodiques organisée par la Ville de Grenoble du lundi 3 au samedi 8 juin ? « En six jours, les Grenobloises et les Grenoblois ont déposé 1 300 dons », répondent les services municipaux dans un communiqué.

 

Organisée par la Ville de Grenoble et les associations, la collecte de protections périodiques a permis de récolter 1300 dons.Point de collecte à l'Hôtel de Ville de Grenoble © Grenoble RCGE - Facebook

Point de collecte à l’Hôtel de Ville de Grenoble © Grenoble RCGE – Facebook

Soit, dans le détail, « 1 025 paquets de serviettes, 170 boîtes de tampons, 64 paquets de protèges-slip, 14 paquets de protections contre les fuites urinaires, 14 paquets de lingettes pour la toilette intime, 2 déodorants et 1 coupe menstruelle ».

 

Les collectes étaient organisées à l’Hôtel de Ville de Grenoble et dans les Maisons des habitants. Sur le terrain, se mobilisaient notamment les associations Femmes SDF et l’Appart, tandis que le Planning familial tenait des permanences dans plusieurs commerces du centre-ville, tels la pharmacie Championnet ou le Douceur Café, rue Lakanal.

 

Un stand d’information et de collecte avait également été installé sur le cours Jean-Jaurès à l’occasion de la Fête des Tuiles.

 

 

Un système pérenne à partir de 2020

 

« L’ensemble des dons collectés durant cette semaine seront redistribués à plusieurs associations du territoire : 3aMIE, l’Adate, l’Amicale du Nid, l’Apardap, l’Appart, Femmes SDF, le Planning familial, les Restos du cœur, Rita, le Secours catholique et Totem », indique la Ville de Grenoble. Qui annonce, à compter de 2020, la mise en place d’un « système de collecte et de redistribution gratuit et pérenne de protections périodiques ».

 

Éric Piolle et les associations lors de la présentation de la collecte © Florent Mathieu - Place Gre'net

Éric Piolle et les associations lors de la présentation de la collecte. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Si la collecte avait pour but premier de pouvoir fournir aux femmes en situation de grande précarité des protections périodiques, le maire de Grenoble estimait que l’opération voulait aussi briser le « tabou » sociétal autour des menstrues. Tout en soulignant le coût important que cela représente sur l’ensemble d’une vie. « C’est une inégalité pour toutes les femmes, mais en particulier pour les plus fragiles », soulignait ainsi Éric Piolle.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1068 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Je suis très heureux pour les personnes très modestes à qui il
    a été remis des protections hygiéniques par la mairie et son maire.
    Je note que Monsieur Piolle,a participé activement à cette campagne
    en compagnie des présidentes des associations concernées par la
    collecte.
    Ce que je trouve curieux , c’est qu’il envoie l’adjoint à la ville de Grenoble,
    Fabien Malbet,soutenir la mobilisation des mamans de l’école Léon Jouhaux,
    qui s’opposent à la loi dont Monsieur Blanquer,est à l’origine et qui vient d’être
    modifiée. J’aurais trouvé normal qu’il soit avec les mamans, ne serait-ce
    que pour se faire photographié …

    sep article