Illumination des Halles Sainte-Claire : une étape symbolique dans la revalorisation des marchés et du patrimoine grenoblois ?

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

FOCUS – À partir du jeudi 2 mai, les halles de Grenoble bénéficieront d’un éclairage de leurs façades toutes les nuits pour mieux mettre en valeur un bâtiment deux fois centenaire. Une manière pour la Ville de tenter de redynamiser le marché, mais aussi de mettre en valeur ces monuments emblématiques, dans une logique patrimoniale comme économique.

 

 

Mettre en valeur un lieu ico­nique du centre-ville de Grenoble, tout en redy­na­mi­sant le seul mar­ché cou­vert du dépar­te­ment de l’Isère, tel est l’ob­jec­tif de la mise en lumière des halles Sainte-Claire. À comp­ter du jeudi 2 mai, jour d’une céré­mo­nie en pré­sence du maire de la Ville Éric Piolle, la façade du bâti­ment deux fois cen­te­naire béné­fi­ciera d’un éclai­rage noc­turne, au même titre que le Palais du par­le­ment, la Tour Perret ou les rem­parts de la Bastille.

 

Les Halles de Grenoble, un bâtiment presque deux fois centenaire, classé au titre des Monuments historiques depuis 2007 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les halles de Grenoble, un bâti­ment presque deux fois cen­te­naire, classé au titre des Monuments his­to­riques depuis 2007. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Une ini­tia­tive de la Ville de Grenoble que l’ad­joint en charge de la Démocratie locale pré­sente comme néces­saire pour redy­na­mi­ser le mar­ché des halles, et construit en lien direct avec ses com­mer­çants. « Un tra­vail de trois ans », décrit-il. Daniel Arenas, gérant du Bistroquet et vice-pré­sident de l’Union de défense des inté­rêts des com­mer­çants Sainte-Claire, confirme. Et sou­ligne l’u­na­ni­mité des loca­taires des halles autour de l’o­pé­ra­tion.

 

 

Une étape dans la revalorisation du marché

 

Cette opé­ra­tion n’est tou­te­fois qu’une étape, pré­vient Pascal Clouaire. « Nous sommes dans un objec­tif de reva­lo­ri­sa­tion du mar­ché du centre-ville qui va se pour­suivre dans les années à venir », pré­cise-t-il. Avant d’é­vo­quer d’autres pro­jets, tout en se refu­sant – goût du sus­pens oblige – à en dire plus. Dans tous les cas, l’illu­mi­na­tion noc­turne des halles Sainte-Claire est sym­bo­lique d’un mou­ve­ment d’en­semble, insiste-t-il.

 

Commerçants des Halles et élus de Grenoble prennent la pose © Florent Mathieu - Place Gre'net

Commerçants des halles et élus de Grenoble prennent la pose © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Et celui-ci de van­ter la poli­tique des mar­chés ins­tau­rée par la Ville de Grenoble. Politique assor­tie d’une modi­fi­ca­tion du règle­ment « dans une logique de pro­duc­tion de pro­duits locaux et de cir­cuits courts »… quitte à s’être mis à dos un cer­tain nombre de com­mer­çants. Autre volonté : amé­lio­rer l’offre en créant trois nou­veaux mar­chés sur Grenoble. En l’oc­cur­rence, ceux d’Anatole-France, de l’Île-Verte et de Chavant le mer­credi après-midi.

 

Le mar­ché des halles, de par sa dimen­sion his­to­rique, semble tou­te­fois appelé à béné­fi­cier d’une stra­té­gie bien spé­ci­fique. « Nous avons tout fait pour que la ques­tion patri­mo­niale, la ques­tion éco­no­mique et la ques­tion de l’es­pace public soient consi­dé­rées comme un tout, et ne pas les sépa­rer cha­cune dans leur logique », explique Antoine Back, l’élu du sec­teur 2 de Grenoble. Qui ins­crit l’illu­mi­na­tion des halles dans l’es­prit géné­ral du pro­jet Cœurs de ville, cœurs de métro­pole.

 

 

Derrière les halles, la défense de CVCM

 

Derrière les halles, c’est en réa­lité bien CVCM que les élus veulent encore une fois défendre. « Dans les villes où le centre a été embelli, ciblé pour une clien­tèle plu­tôt pié­tonne avec une voi­ture cana­li­sée, on sait que le com­merce de proxi­mité à moyen terme fonc­tionne plu­tôt mieux qu’ailleurs », affirme ainsi Pascal Clouaire. Une manière aussi d’ap­pe­ler les com­mer­çants du centre-ville à faire preuve de patience face aux tra­vaux en cours devant leurs échoppes.

 

Au cœur des Halles, avec le seul tripier de la ville de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Au cœur des halles, le seul tri­pier de la ville de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Pas de cor­ré­la­tion directe, en somme, entre l’é­clai­rage noc­turne des halles et la fré­quen­ta­tion d’un mar­ché ouvert le matin. Sauf, pré­cise Daniel Arenas, en hiver. Les ven­dre­dis et same­dis, le mar­ché des halles est ouvert jus­qu’à 19 heures, quand l’é­clai­rage public se met en route aux alen­tours de 17 heures. De quoi atti­rer des clients sup­plé­men­taires ? « À la fin de l’hi­ver, nous ferons le bilan pour voir s’il y a une amé­lio­ra­tion », pro­met Antoine Back.

 

Les illu­mi­na­tions ne sont pas les seules ini­tia­tives des­ti­nées à mettre en valeur le mar­ché des halles, pré­cise encore Pascal Clouaire. Au pro­gramme : une nou­velle signa­lé­tique pour mieux flé­cher le bâti­ment à l’in­ten­tion des Grenoblois, et un par­king Verdun renommé Préfecture-Les halles. Sans oublier, « dans les années à venir », un gros tra­vail de res­tau­ra­tion à envi­sa­ger sur l’en­semble d’un bâti­ment qui fait son âge.

 

 

De prochaines illuminations en perspective

 

Du point de vue tech­nique, l’é­clai­rage des halles repo­sera sur 33 sources lumi­neuses de 20 watts cha­cune, soit une puis­sance totale de 660 watts. À noter que l’é­clai­rage sera coupé chaque nuit aux alen­tours d’une heure du matin. Coût de l’ins­tal­la­tion ? « Moins de 180 euros par mois », chiffre Alan Confesson, pré­sident de la Régie Lumière. Côté inves­tis­se­ment, l’é­tude, les four­ni­tures et les tra­vaux ont repré­senté une somme d’en­vi­ron 40 000 euros TTC.

 

De gauche à droite, Antoine Back, Pascal Clouaire et Alan Confesson © Florent Mathieu - Place Gre'net

Antoine Back, Pascal Clouaire et Alan Confesson. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Alan Confesson n’ex­clut pas, par ailleurs, de pro­cé­der à d’autres illu­mi­na­tions patri­mo­niales pérennes. « Si, chaque année, nous pou­vons déve­lop­per de nou­veaux dis­po­si­tifs, nous ferons ce qu’il faut pour que cela marche », explique-t-il. L’idée ? « Cibler des élé­ments emblé­ma­tiques et sur les­quels il y a un inté­rêt patri­mo­nial et tou­ris­tique à décli­ner ce type de poli­tique », ajoute le conseiller muni­ci­pal de Grenoble.

 

Quid de la pol­lu­tion lumi­neuse ? Pour Alan Confesson, pas de contra­dic­tion entre ces nou­velles illu­mi­na­tions et les pré­oc­cu­pa­tions de la Ville sur cette ques­tion. « Le fait que cela ne soit pas allumé toute la nuit va contri­buer à avoir un impact posi­tif de ce point de vue-là », estime-t-il. Et de conclure : « Nous avons tous ces monu­ments emblé­ma­tiques de l’Histoire de Grenoble. Il faut arri­ver à com­bi­ner les dif­fé­rents aspects : pas de dogmes sur le sujet ! »

 

Florent Mathieu

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
6476 visites | 9 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 9
  1. Ping : Illumination des Halles Sainte-Claire : une étape symbolique dans la revalorisation des marchés et du patrimoine grenoblois ? | L'Agence veille pour vous

  2. Le par­king lafayette est plus proche des halles alors que le par­king ver­dun se trouve a ver­dun et pour­rait etre sim­ple­ment
    renomé pre­fec­ture ou ver­dun pre­fec­ture comme les arrêt de bus . Et puis il serai agreable de pie­to­ni­ser l axe des halles a la place notre en pas­sang par car­not !!!! Et aussi demo­lir l horible emsemble repu­blique !

    sep article
  3. Je vais assez sou­vent aux halles Ste Claire. Je trouve qu’il y a beau­coup de monde, les gens du quar­tier avec leur cad­dies, des gens qui viennent en tram de quar­tiers voi­sins. Il y a des années qu’on ne peut plus se garer pas loin, au moins depuis la construc­tion du tram B et ça n’empêche nul­le­ment les ache­teurs de venir.
    Le bâti­ment est très beau en lui-même et sera mis en valeur le soir par ces lumières. C’est une bonne idée.

    sep article
    • Puisque vous aimez les éclai­rages, en voici un : 3 stands fer­més à l’in­té­rieur des halles depuis un an, c’est du jamais vu.

      sep article
      • avez-vous ana­lysé l’im­pact du nou­veau mar­ché à l’Ile Verte ? de l’e-com­merce ?
        Est-ce que les ache­teurs se garaient aux pieds des stands ? Il y a bien long­temps qu’on ne peut plus se garer dans le quar­tier…

        sep article
        • Ben non, pas ana­lysé, je comp­tais sur vous pour savoir la part du e‑commerce dans le camem­bert fait à point et la tranche de jam­bon à l’os …

          sep article
  4. Merci pour la photo de 2 des extrême gauche à Grenoble, Alan Confesson, Antoine Back.

    sep article
  5. #Eric Piolle, ce n’est pas la nuit que les clients vont décou­vrir les halls Sainte Claire ; ce devrait être de jours, mais trop de clients ont fuit et ne viennent plus à #Grenoble et dans ce quar­tier comme tant d’autres depuis votre magni­fique plan de non cir­cu­la­tion qu’est #Cvcm, sans comp­ter le nombre de places de sta­tion­ne­ment tou­jours plus réduite.

    sep article
  6. Euh, l’i­dée c’est un nou­veau musée éclairé la nuit parce que les clients peuvent pas venir le jour ?

    sep article