Grenoble va installer une éolienne sur la tour Perret “pour alimenter l’hôtel de ville en électricité verte” dès 2020

sep article



EN BREF – Une éolienne sera installée courant 2020 au sommet de la Tour Perret, actuellement en cours de rénovation à Grenoble dans le parc Paul Mistral. Compacte et déployant une grande puissance, l’éolienne de l’édifice chéri des Grenoblois devrait alimenter la totalité des besoins en électricité de l’hôtel de Ville. Cette installation pourrait être la première d’une longue série s’égrenant jusqu’en 2022. Date à laquelle la Ville entend décrocher le titre de capitale verte européenne.

 

 

On ne regar­dera plus la Tour Perret de la même façon, l’année pro­chaine… Courant 2020, une éolienne aux ailes vertes et grises sur­plom­bera en effet l’édifice emblé­ma­tique de Grenoble, construit en 1924 dans le parc Paul Mistral.

 

Cet engin de belle taille sera équipé de six pales, contre trois pour les éoliennes clas­siques, avec près de deux mètres d’envergure pour cha­cune. Un type d’éolienne révo­lu­tion­naire, adap­tée au contexte urbain et à tous les vents.

 

Le comité de réno­va­tion de la Tour Perret a lon­gue­ment hésité entre le vert et le gris pour la cou­leur des ailes. Il a fina­le­ment opté pour les deux cou­leurs. « La cou­leur verte ren­voie à l’écologie, et aux arbres cen­te­naires du parc Paul-Mistral ; le gris rap­pelle la cou­leur du béton de la Tour Perret », jus­ti­fie-t-il. Un argu­men­taire qui a visi­ble­ment séduit l’architecte des bâti­ments de France. Ce der­nier a ainsi levé les der­nières réserves ce samedi 30 mars.

 

 

L’Europe a poussé à la roue

 

La Ville de Grenoble explique avoir voulu pro­fi­ter de la réno­va­tion de la Tour Perret pour mar­quer les esprits, et don­ner un grand coup d’ac­cé­lé­ra­teur au pro­ces­sus de tran­si­tion éco­lo­gique. Un argu­men­taire mar­telé à plu­sieurs reprises par le maire de Grenoble, lors d’une confé­rence de presse orga­ni­sée quelque peu dans l’ur­gence ce dimanche soir, afin de cou­per court aux rumeurs qui com­men­çaient à cou­rir dans les milieux aver­tis.

 

La délégation du Fond régional d'art contemporain au pied de la tour. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La délé­ga­tion du Fond régio­nal d’art contem­po­rain au pied de la tour. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Alors que Grenoble brigue le titre de capi­tale verte euro­péenne pour 2022, la Ville se devait de mar­quer les esprits. « Et on n’a rien sans rien », a lâché l’une des membres du comité de réno­va­tion, venu appor­ter son sou­tien à l’é­quipe muni­ci­pale.

 

La Ville doit de facto mon­trer patte blanche dans de nom­breux domaines et notam­ment celui des éner­gies renou­ve­lables.

 

Or en matière d’éoliennes, Grenoble est aux abon­nés absents. À telle enseigne que, dans son der­nier cour­rier de jan­vier, l’Europe pointe les lacunes de la col­lec­ti­vi­tés dans ce domaine. Et l’Union euro­péenne de recom­man­der sans tar­der à la Ville l’installation d’éoliennes très per­for­mantes s’intégrant dans le milieu urbain…

 

 

Des éoliennes sur les toits de la MC2, de la préfecture, du Musée dauphinois…

 

Le sys­tème d’éolienne choisi pour la Tour Perret a été bre­veté en 2017 par le labo­ra­toire de phy­sique et méca­nique et éner­gies solaires de Pennsylvanie. Ces éoliennes d’une grande puis­sance aux ailes éton­nam­ment souples ont été éprou­vées à Détroit, Copenhague, Miskolc (Hongrie) et Chongqing (Chine).

 

Vue aérienne de Grenoble. © Grelibre

La base de l’éo­lienne sera soli­de­ment scel­lée au niveau de la pla­te­forme de la Tour Perret. Une prouesse tech­nique, ne cachent pas les ingé­nieurs venus tout spé­cia­le­ment de Surströmming, en Finlande.

 

L’électricité pro­duite par l’éolienne de la Tour Perret devrait cou­vrir une grande par­tie des besoins en élec­tri­cité de l’hôtel de Ville. « Ce qui repré­sente une éco­no­mie sub­stan­tielle, se féli­citent le maire et son adjoint à la tran­si­tion éner­gé­tique.« Le coût de l’éo­lienne et de son ins­tal­la­tion, sup­porté en grande par­tie par nos mécènes, seront ainsi amor­tis en seule­ment une petite dizaine d’an­nées. »

 

Les études sont encore à peau­fi­ner pour éva­luer l’é­ten­due de la cou­ver­ture exacte de la pro­duc­tion d’élec­tri­cité. Si l’essai s’a­vère concluant, la MC2, le Théâtre de Grenoble, la pré­fec­ture, le Musée dau­phi­nois, et les Maisons des habi­tants… sont en bonne place pour accueillir à leur tour une ou plu­sieurs éoliennes.

 

Parmi les par­te­naires, Gaz Électricité de Grenoble se trouve sans sur­prise en pre­mière ligne. L’entreprise locale de dis­tri­bu­tion a ainsi signé des deux mains une conven­tion de par­te­na­riat avec la Ville pour la mise en place de ces « pro­jets inno­vants qui s’ins­crivent plei­ne­ment dans [sa] stra­té­gie ». Autre par­te­naire de taille : l’éner­gé­ti­cien nor­vé­gien Gravlax qui pos­sède déjà une solide expé­rience en la matière, avec l’ins­tal­la­tion d’un parc éolien au cœur d’un éle­vage géant de harengs.

 

SC

 

 

N.B. : Afin de lut­ter contre la pro­pa­ga­tion de fake news, Place Gre’net vous informe que cet article est paru le len­de­main du 31 mars 2019 😉   ><)))°>

 

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
6889 visites | 10 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 10
  1. sep article
  2. Surströmming
    😀

    sep article
  3. Bonjour
    Je pense que c’est un bon pois­son d’a­vril. La ville de Surströmming n’existe pas. C’est une façon de conser­ver le pois­son en Finlande et dans les pays nor­diques. Odeur très très désa­gréable… 😂😂🐟🐠🐡🦈

    sep article
    • MB

      02/04/2019
      10:01

      Nous avons ajouté un petit nota bene en fin d’ar­ticle 😉

      sep article
  4. Depuis mes loin­tains ancêtres…je suis gre­no­bloise ! une arrière-grand-mère de 95 ans..J’ai tou­jours connu la Tour PERRET ! au cours de nos pro­me­nades et de nos jeux dans ce parc qui s’ap­pe­lait à l’é­poque : le parc de l’ex­po­si­tion, en sou­ve­nir de cette fameuse « expo­si­tion de la Houille Blanche » qui com­por­tait un grand palais et de nom­breux bas­sins rem­plis d’eaux !!
    et la tour Perret en était le point de mire ! J’ai long­temps déploré son état de déla­bre­ment, son aban­don à son triste oubli, alors qu’une repro­duc­tion de cette tour, en ciment Vicat, je pense, se trouve à Paris au musée des Arts et Métiers ! Merci pour sa réno­va­tion !!!! G.L.

    sep article
  5. et un concours des can­di­dats à la man­da­ture sera fait pour souf­fler devant une petite éolienne afin de voir ceux qui ne manquent pas d’air.
    ou
    la mau­vaise éner­gie des râleurs trans­for­més en belle éner­gie : de petites éoliennes seront mise en place des files d’at­tente de la mai­rie et de la pré­fec­ture afin que ceux qui passent leurs jour­née à souf­fler servent à quelque chose
    (sur cette der­nière info il sem­ble­rait que laposte décide de mettre moins de monde le samedi matin pour les colis non livrés mais avec men­tion pas­sage (hum hum) afin d’aug­men­ter la pro­duc­tion de ces petites éoliennes

    sep article
  6. Greniet vous informe : Les gilets jaunes étaient dans la rue pour cette xième édi­tion y com­pris un lundi 1er avril : nous en avons vu un dépan­ner une voi­ture et un autre devant une école qui fai­sait tra­ver­ser des éco­liers. Rendez vous samedi pro­chain à la manif fourre-tout et vive le dié­sel !

    sep article
  7. c’est un pois­son (volant) d’a­vril ?

    sep article
  8. Du vent, du vent, Grenoble est dans le vent. Cette excel­lente idée ne peut que nous réjouir.
    La tour vole au vent … 😉
    Vol-au-vent au pois­son.

    sep article
  9. c’est cela ! Bon 1er avril 🙂

    sep article