Grenoble va installer une éolienne sur la tour Perret “pour alimenter l’hôtel de ville en électricité verte” dès 2020

sep article
2,50 € par mois pour prendre le bus et le tram : et si c

EN BREF – Une éolienne sera installée courant 2020 au sommet de la Tour Perret, actuellement en cours de rénovation à Grenoble dans le parc Paul Mistral. Compacte et déployant une grande puissance, l’éolienne de l’édifice chéri des Grenoblois devrait alimenter la totalité des besoins en électricité de l’hôtel de Ville. Cette installation pourrait être la première d’une longue série s’égrenant jusqu’en 2022. Date à laquelle la Ville entend décrocher le titre de capitale verte européenne.

 

 

On ne regardera plus la Tour Perret de la même façon, l’année prochaine… Courant 2020, une éolienne aux ailes vertes et grises surplombera en effet l’édifice emblématique de Grenoble, construit en 1924 dans le parc Paul Mistral.

 

Cet engin de belle taille sera équipé de six pales, contre trois pour les éoliennes classiques, avec près de deux mètres d’envergure pour chacune. Un type d’éolienne révolutionnaire, adaptée au contexte urbain et à tous les vents.

 

Le comité de rénovation de la Tour Perret a longuement hésité entre le vert et le gris pour la couleur des ailes. Il a finalement opté pour les deux couleurs. « La couleur verte renvoie à l’écologie, et aux arbres centenaires du parc Paul-Mistral ; le gris rappelle la couleur du béton de la Tour Perret », justifie-t-il. Un argumentaire qui a visiblement séduit l’architecte des bâtiments de France. Ce dernier a ainsi levé les dernières réserves ce samedi 30 mars.

 

 

L’Europe a poussé à la roue

 

La Ville de Grenoble explique avoir voulu profiter de la rénovation de la Tour Perret pour marquer les esprits, et donner un grand coup d’accélérateur au processus de transition écologique. Un argumentaire martelé à plusieurs reprises par le maire de Grenoble, lors d’une conférence de presse organisée quelque peu dans l’urgence ce dimanche soir, afin de couper court aux rumeurs qui commençaient à courir dans les milieux avertis.

 

La délégation du Fond régional d'art contemporain au pied de la tour. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La délégation du Fond régional d’art contemporain au pied de la tour. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Alors que Grenoble brigue le titre de capitale verte européenne pour 2022, la Ville se devait de marquer les esprits. « Et on n’a rien sans rien », a lâché l’une des membres du comité de rénovation, venu apporter son soutien à l’équipe municipale.

 

La Ville doit de facto montrer patte blanche dans de nombreux domaines et notamment celui des énergies renouvelables.

 

Or en matière d’éoliennes, Grenoble est aux abonnés absents. À telle enseigne que, dans son dernier courrier de janvier, l’Europe pointe les lacunes de la collectivités dans ce domaine. Et l’Union européenne de recommander sans tarder à la Ville l’installation d’éoliennes très performantes s’intégrant dans le milieu urbain…

 

 

Des éoliennes sur les toits de la MC2, de la préfecture, du Musée dauphinois…

 

Le système d’éolienne choisi pour la Tour Perret a été breveté en 2017 par le laboratoire de physique et mécanique et énergies solaires de Pennsylvanie. Ces éoliennes d’une grande puissance aux ailes étonnamment souples ont été éprouvées à Détroit, Copenhague, Miskolc (Hongrie) et Chongqing (Chine).

 

Vue aérienne de Grenoble. © Grelibre

La base de l’éolienne sera solidement scellée au niveau de la plateforme de la Tour Perret. Une prouesse technique, ne cachent pas les ingénieurs venus tout spécialement de Surströmming, en Finlande.

 

L’électricité produite par l’éolienne de la Tour Perret devrait couvrir une grande partie des besoins en électricité de l’hôtel de Ville. « Ce qui représente une économie substantielle, se félicitent le maire et son adjoint à la transition énergétique.« Le coût de l’éolienne et de son installation, supporté en grande partie par nos mécènes, seront ainsi amortis en seulement une petite dizaine d’années. »

 

Les études sont encore à peaufiner pour évaluer l’étendue de la couverture exacte de la production d’électricité. Si l’essai s’avère concluant, la MC2, le Théâtre de Grenoble, la préfecture, le Musée dauphinois, et les Maisons des habitants… sont en bonne place pour accueillir à leur tour une ou plusieurs éoliennes.

 

Parmi les partenaires, Gaz Électricité de Grenoble se trouve sans surprise en première ligne. L’entreprise locale de distribution a ainsi signé des deux mains une convention de partenariat avec la Ville pour la mise en place de ces « projets innovants qui s’inscrivent pleinement dans [sa] stratégie ». Autre partenaire de taille : l’énergéticien norvégien Gravlax qui possède déjà une solide expérience en la matière, avec l’installation d’un parc éolien au cœur d’un élevage géant de harengs.

 

SC

 

 

N.B. : Afin de lutter contre la propagation de fake news, Place Gre’net vous informe que cet article est paru le lendemain du 31 mars 2019 😉   ><)))°>

 

commentez lire les commentaires
5365 visites | 10 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 10
  1. sep article
  2. Surströmming
    😀

    sep article
  3. Bonjour
    Je pense que c’est un bon poisson d’avril. La ville de Surströmming n’existe pas. C’est une façon de conserver le poisson en Finlande et dans les pays nordiques. Odeur très très désagréable… 😂😂🐟🐠🐡🦈

    sep article
    • MB

      02/04/2019
      10:01

      Nous avons ajouté un petit nota bene en fin d’article 😉

      sep article
  4. Depuis mes lointains ancêtres…je suis grenobloise ! une arrière-grand-mère de 95 ans..J’ai toujours connu la Tour PERRET ! au cours de nos promenades et de nos jeux dans ce parc qui s’appelait à l’époque : le parc de l’exposition, en souvenir de cette fameuse « exposition de la Houille Blanche » qui comportait un grand palais et de nombreux bassins remplis d’eaux !!
    et la tour Perret en était le point de mire ! J’ai longtemps déploré son état de délabrement, son abandon à son triste oubli, alors qu’une reproduction de cette tour, en ciment Vicat, je pense, se trouve à Paris au musée des Arts et Métiers ! Merci pour sa rénovation !!!! G.L.

    sep article
  5. et un concours des candidats à la mandature sera fait pour souffler devant une petite éolienne afin de voir ceux qui ne manquent pas d’air.
    ou
    la mauvaise énergie des râleurs transformés en belle énergie: de petites éoliennes seront mise en place des files d’attente de la mairie et de la préfecture afin que ceux qui passent leurs journée à souffler servent à quelque chose
    (sur cette dernière info il semblerait que laposte décide de mettre moins de monde le samedi matin pour les colis non livrés mais avec mention passage (hum hum) afin d’augmenter la production de ces petites éoliennes

    sep article
  6. Greniet vous informe : Les gilets jaunes étaient dans la rue pour cette xième édition y compris un lundi 1er avril : nous en avons vu un dépanner une voiture et un autre devant une école qui faisait traverser des écoliers. Rendez vous samedi prochain à la manif fourre-tout et vive le diésel!

    sep article
  7. c’est un poisson (volant) d’avril ?

    sep article
  8. Du vent, du vent, Grenoble est dans le vent. Cette excellente idée ne peut que nous réjouir.
    La tour vole au vent … 😉
    Vol-au-vent au poisson.

    sep article
  9. c’est cela ! Bon 1er avril 🙂

    sep article