Visite exceptionnelle de la tour Perret de Grenoble avant la réouverture au public prévue en 2022

sep article



REPORTAGE VIDÉO – La Ville de Grenoble a invité une délégation du Fonds régional d’art contemporain à visiter la tour Perret, ce vendredi 29 mars. L’occasion de lui emboîter le pas pour gravir les 560 marches menant à la table d’orientation sommitale. Quant au public, il lui faudra attendre 2022 avant de contempler le panorama depuis « la tour qui regarde les montagnes ».

 

 

La délégation du Fond régional d'art contemporain au pied de la tour. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La délé­ga­tion du Fonds régio­nal d’art contem­po­rain au pied de la tour. © Joël Kermabon – Place Gre’net

La Ville de Grenoble a orga­nisé, ce ven­dredi 29 mars, une visite de la tour Perret pour une délé­ga­tion du Fonds régio­nal d’art contem­po­rain (Frac*) de la région Centre-Val de Loire.

 

L’objectif de cette visite ? S’informer sur la réha­bi­li­ta­tion et la valo­ri­sa­tion du pre­mier édi­fice construit en béton armé. De quoi mieux connaître « la tour qui regarde les mon­tagnes », une construc­tion emblé­ma­tique du patri­moine gre­no­blois.

 

La vieille dame de 95 ans est par ailleurs le der­nier ves­tige de l’Exposition inter­na­tio­nale de la houille blanche et du tou­risme de 1925. Édifiée en 1924 par Auguste et Gustave Perret, deux frères archi­tectes, la tour est clas­sée aux monu­ments his­to­riques depuis 1998.

 

 

Une plateforme sommitale à 60 mètres au terme d’une montée de 560 marches

 

Après une pre­mière res­tau­ra­tion en 1952, la tour a subi les affres du temps. Un vrai tra­vail de sape. La cor­ro­sion a ainsi pro­gres­si­ve­ment rongé l’ar­ma­ture métal­lique de l’é­di­fice, fai­sant écla­ter le béton sur maintes des sur­faces de la tour.

 

C’est ce qu’a constaté la délé­ga­tion du Frac lors de cette visite dont nous avons emboîté le pas. Une ascen­sion de quelque 560 marches, sou­vent très étroites, menant à la pla­te­forme som­mi­tale, 60 mètres plus haut. La récom­pense de cet effort ? Un ver­ti­gi­neux pano­rama se déployant sur 360 degrés, où le regard se pose sur la ville et les mas­sifs qui l’en­tourent.

 

 

 

Une réouverture au public prévue en 2022

 

Le pro­jet de res­tau­ra­tion de la tour Perret a long­temps fait figure d’Arlésienne. Ne serait-ce qu’à tra­vers les polé­miques qui ont agité le man­dat de Michel Destot, notam­ment en 2013. Il a été défi­ni­ti­ve­ment enté­riné par le conseil muni­ci­pal de Grenoble en novembre 2016.

 

Les tra­vaux de réha­bi­li­ta­tion long­temps espé­rés vont ainsi fina­le­ment pou­voir débu­ter en 2020, avec une réou­ver­ture au public pré­vue pour 2022. La Ville de Grenoble a d’ailleurs dési­gné en jan­vier der­nier François Botton, archi­tecte en chef des monu­ments his­to­riques, pour assu­rer la maî­trise d’œuvre de la res­tau­ra­tion de la tour.

 

La Ville de Grenoble a invité une délégation du Fonds régional d'art contemporain d'Orléans à visiter la tour Perret le 29 mars. Nous en avons profité.Une vue à 360 ° sur la ville et les massifs environnants. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Une vue à 360 ° sur la ville et les mas­sifs envi­ron­nants. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« La res­tau­ra­tion de cet édi­fice pour­suit la poli­tique de valo­ri­sa­tion du patri­moine, alors que la Ville a récem­ment obtenu le label Ville d’art et d’histoire », indique le maga­zine muni­ci­pal. L’objectif est aussi de conser­ver un patri­moine « qui appa­raît comme un élé­ment iden­ti­taire », pré­cise la Ville. Pour autant, assure-t-elle, « s’il reste encore à ima­gi­ner dif­fé­rents usages pos­sibles à cet édi­fice, il pourra cer­tai­ne­ment être le lieu d’événements et d’animations variés. »

 

 

Grenoble : un modèle en matière de transition écologique ?

 

La visite de la tour Perret n’é­tait pas la seule rai­son du pas­sage à Grenoble de la délé­ga­tion du Frac. Il s’a­gis­sait aussi pour elle de pro­fi­ter de cette visite pour « décou­vrir les nou­veaux espaces publics et appré­cier les expé­riences d’in­tro­duc­tion de la nature dans la ville ».

 

Sur la table d’orientation sommitale dela Tour Perret. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Sur la table d’orientation som­mi­tale. © Joël Kermabon

« Nous sommes inté­res­sés par la ques­tion du deve­nir des villes et, plus lar­ge­ment, de celui de la pla­nète, explique Jean-Jacques Sill, de l’as­so­cia­tion Les Amis du Frac et membre de la délé­ga­tion.

 

Nous sommes  confron­tés à des défis de toutes sortes que nous connais­sons tous qui s’im­posent aux villes et aux ter­ri­toires ».

 

 

Pourquoi Grenoble ? « Les ini­tia­tives qui sont prises ici et l’im­por­tance des pro­grammes en faveur de la tran­si­tion éco­lo­gique pour­raient ser­vir de modèle à d’autres villes », se plaît à pen­ser Jean-Jacques Sill.

 

Joël Kermabon

 

 

* Le Fonds régio­nal d’art contem­po­rain est une ins­ti­tu­tion créée en 1982 par Jack Lang. Spécialisé dans la rela­tion art contem­po­rain et archi­tec­ture, le Frac s’ap­puie sur un réseau de 23 asso­cia­tions régio­nales.

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
3822 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.