MixLab aux manettes de la Clé de sol : un opportun tremplin vers la labellisation Smac ?

sep article



DÉCRYPTAGE – Après avoir obtenu la gestion par délégation de service public de La Belle électrique, MixLab est désormais aux manettes d’une autre salle : la Clé de sol. C’est là, à deux pas de la caserne de Bonne, que l’association accompagne les artistes et groupes émergents de la scène des musiques actuelles. Des locaux mis à disposition par la Ville de Grenoble en juillet dernier, et inaugurés il y a peu, qui devraient lui permettre de décrocher la labellisation Smac mais dont le processus d’attribution pose question.

 

 

Le Labo de La Belle, geré par MixLab, a pour objectif d'accueillir mais aussi accompagner la scène des musiques actuelles locale © Patricia Cerinsek

Le labo de La Belle a pour objec­tif d’ac­cueillir mais aussi d’ac­com­pa­gner les artistes émer­gents. © Patricia Cerinsek

L’accompagnement des groupes, c’é­tait la corde qui man­quait à l’arc de MixLab. Depuis juillet der­nier, la lacune est com­blée. L’association, ges­tion­naire de La Belle élec­trique, est éga­le­ment aux manettes des locaux de la Clé de sol. Des locaux, bap­ti­sés Le labo de la Belle, qu’elle vient d’i­nau­gu­rer à deux pas de la caserne de Bonne.

 

Jusqu’en juillet 2020, terme de la conven­tion d’oc­cu­pa­tion des lieux signée avec la Ville de Grenoble, MixLab va donc pou­voir accueillir des groupes et artistes émer­gents de la scène des musiques actuelles. Mais pas seule­ment. Sa mis­sion est aussi de les conseiller et de les accom­pa­gner, que ce soit en matière artis­tique, admi­nis­tra­tive ou juri­dique.

 

La mise à dis­po­si­tion des lieux est gra­cieuse. L’association fait ainsi l’é­co­no­mie de 15 000 euros de loyers par an. Qui plus est, une par­tie du fonc­tion­ne­ment est prise en charge par la Ville de Grenoble et le Département de l’Isère. À charge pour MixLab de se débrouiller pour faire tour­ner la bou­tique.

 

 

La labellisation Smac en jeu

 

En atten­dant, la déci­sion du choix de MixLab tombe à point nommé*. Voilà des années que La Belle élec­trique tente de décro­cher la label­li­sa­tion Smac (scènes de musiques actuelles). Promesse de géné­reux sub­sides ? Pas tant que cela, selon son pré­sident Laurent Duclot. Par contre, MixLab aurait beau­coup à perdre à ne pas décro­cher le label…

 

Le Labo de La Belle, geré par MixLab, a pour objectif d'accueillir mais aussi accompagner la scène des musiques actuelles locale. De gauche à droite, Corinne Bernard, l'adjointe aux cultures de la ville de Grenoble, Laurent Duclos, le président de MixLab et Eric Piolle le maire de Grenoble © Patricia Cerinsek

De gauche à droite, Corinne Bernard, l’ad­jointe aux cultures de la Ville de Grenoble, Laurent Duclot, le pré­sident de MixLab, et Eric Piolle, le maire de Grenoble. © Patricia Cerinsek

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
2242 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Lire tant d’im­bé­ci­lité de la part de cette muni­ci­pa­lité est effrayant.
    Et qu’on ne vienne pas nous dire que ce qui est cité pro­vient des « ser­vices de la ville », qui sont com­pé­tents (la preuve : le ser­vice de la com­mande publique a refusé en 2015 son visa pour les mar­chés de la Fête des tuiles).
    Bande de gnous…
    https://groupedanalysemetropolitain.com/2019/03/26/mafia-culturelle-mais-enfin-les-poupounes-la-circulaire-du-18 – 01-2010-na-rien-a-voir-avec-la-chou­croute-et-encore-moins-avec-la-clef-de-sol/

    sep article
  2. Entre la Régie 2C, mix­lab, la fête des tuiles, la Mc2, le plan théâtre qui n’a­vance pas voir qui recule .…… le bilan com­mence à être lourd pour la muni­ci­pa­lité Piolle et acces­soi­re­ment celui de son adjointe Corinne Bernard !

    sep article
  3. Cher Laurent Duclos,
    On est pas la MNEF là !
    La labe­li­sa­tion SMAC (une conne­rie phé­no­mé­nale qui a « tué » la musique en France), c’est dans le cahier des charges de la DSP, on te le rap­pelle juste au cas où tu aurais mal lu.
    Geneviève n’ar­rê­tait d’ailleurs pas d’en par­ler dès 2008.

    sep article