Laure Masson lors du conseil muncipal du 25 mars. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Laure Masson revient sur la pointe des pieds au conseil muni­ci­pal de Grenoble en créant son propre groupe

Laure Masson revient sur la pointe des pieds au conseil muni­ci­pal de Grenoble en créant son propre groupe

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF – Conséquence de la démis­sion de Jérôme Safar, Laure Masson, l’an­cienne adjointe de Michel Destot, a fait son retour au conseil muni­ci­pal de Grenoble, ce lundi 25 mars. Contre toute attente, cette der­nière a choisi de ne pas rejoindre ses anciens colis­tiers du Rassemblement de gauche et de sié­ger comme indé­pen­dante non inscrite.

Laure Masson lors du conseil muncipal du 25 mars. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Laure Masson lors du conseil muni­ci­pal du 25 mars 2019. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« C’est avec sur­prise que je suis reve­nue au conseil muni­ci­pal. Je ne m’y atten­dais pas ! », explique Laure Masson. L’ancienne adjointe à la démo­cra­tie locale de Michel Destot – qui s’est entre temps pré­sen­tée sans suc­cès aux élec­tions dépar­te­men­tales de 2015 sur la liste d’Union de la gauche aux cotés de Pierre Arnaud sur le can­ton Grenoble 3 – a fait un come-back bien invo­lon­taire, ce lundi 25 mars, au conseil muni­ci­pal de Grenoble.

Figurant sur la liste consti­tuée en 2014, elle retrouve en effet un siège au sein de l’as­sem­blée par effet méca­nique, suite à la démis­sion de Jérôme Safar. Pour autant, à la grande sur­prise de tous, Laure Masson n’a pas rejoint les bancs de ses anciens colis­tiers, pas plus que ceux de la majo­rité. N’ayant de sur­croît pas renou­velé son adhé­sion au PS, elle a pré­féré sié­ger en qua­lité d’in­dé­pen­dante non ins­crite en créant son propre groupe.

« Je vais me for­ger une opi­nion en fonc­tion de ce qui semble posi­tif pour les Grenoblois »

« J’aborde cette fin de man­dat de façon posi­tive, sans a priori. Il y a un cer­tain nombre de déci­sions prises par cette majo­rité que je ne par­tage pas mais d’autres aux­quelles je peux adhé­rer », déclare Laure Masson. Dans quel état d’es­prit compte-elle sié­ger ? « Je vais me for­ger une opi­nion en fonc­tion de ce qui me semble posi­tif pour les Grenoblois, les plus fra­giles d’entre eux en par­ti­cu­lier. De manière bien­veillante mais sans être naïve non plus », assure la nou­velle élue.

Conseil municipal du 25 mars 2019. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Conseil muni­ci­pal du 25 mars 2019. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Laure Masson est-elle tou­jours socia­liste ? Non, « je n’ai pas renou­velé ma carte au PS », affirme-t-elle. Une ques­tion de cohé­rence, selon elle. « J’ai été adhé­rente pen­dant vingt ans, j’en conserve les valeurs, mais je m’en suis éloi­gnée car ce parti n’est plus por­teur d’es­pé­rances, enfermé qu’il est dans tout un tas de tur­pi­tudes », expose la conseillère municipale.

« Rejoindre la majo­rité, c’é­tait accep­ter toutes les déci­sions qui ont été prises »

« Je n’ai pas envie, dans cette der­nière année de man­dat, de venir par­ti­ci­per à un jeu de pos­tures pré-élec­to­rales. Je n’ai plus de comptes à rendre à mon ancien parti », pour­suit Laure Masson. L’élue l’af­firme, si un pro­jet porté par l’ac­tuelle majo­rité lui semble bon pour les Grenoblois, elle votera pour. Pour elle, fini les consignes de vote, les jeux d’op­po­si­tion, les cal­culs. « Nous devons main­te­nant avan­cer au-delà des cli­vages par­ti­sans », juge-t-elle.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Laure Masson prône le « pas de côté » face à l’ur­gence cli­ma­tique, avec un nou­veau type de société res­tant à construire. Notamment pour faire en sorte que l’hu­main ne soit plus le pré­da­teur prin­ci­pal de la pla­nète mais aussi pour réduire les injus­tices sociales, les inéga­li­tés… « Nous avons le choix. Soit on est tota­le­ment dépri­més, soit on porte une nou­velle espé­rance pour recons­truire les choses autre­ment », pro­pose-t-elle.

Des posi­tions somme toute pas très éloi­gnées des pré­oc­cu­pa­tions de la majo­rité muni­ci­pale. Pourquoi, dans ce cas, ne pas l’a­voir rejointe ? « Revenir à un an des élec­tions et rejoindre la majo­rité, c’é­tait accep­ter toutes les déci­sions qui ont été prises. Je ne veux pas por­ter ce bilan-là », rétorque Laure Masson.

Joël Kermabon

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Vue sur le Rabot à la Bastille. © Ville de Grenoble
La Ville de Grenoble sou­haite faire de la Bastille le « lieu totem » de la capi­tale verte euro­péenne 2022

  FOCUS - La Ville de Grenoble souhaite faire du site de la Bastille le « lieu totem » de la capitale verte européenne 2022 Lire plus

Démocratie vivante se veut un club visant à soutenir la réussite du quinquennat d'Emmanuel Macron. Ses fondateurs ? Des socialistes et ex-socialistes...
Le socia­liste André Vallini parmi les fon­da­teurs d’un club macroniste

L’ancien secrétaire d’État de François Hollande et ex-président socialiste du Conseil général de l’Isère André Vallini est l'un des fondateurs de Démocratie vivante, un club Lire plus

Suppléant de Marie-Noëlle Battistel (PS), il avait planté la député sortante en pleine campagne. Fabrice Hugelé rend son poste de vice-pdt à la Métro.
L’ex-socia­liste devenu macro­niste Fabrice Hugelé perd sa délé­ga­tion à la Métro mais reste conseiller

Le président de La Métro, Christophe Ferrari, l'avait clairement fait savoir au soir des résultats du second tour des élections législatives : Fabrice Hugelé, le Lire plus

L'ex garde des Sceaux Christiane Taubira soutient les candidats de la gauche écologiste en Isère. Un nouveau pied de nez aux socialistes canal historique.
Christiane Taubira sou­tient « Ensemble pour gagner ! »

Après Caroline de Haas, militante féministe et initiatrice de la pétition citoyenne contre la loi Travail, puis Benoît Hamon *, vainqueur de la primaire socialiste Lire plus

Le recours d'une élue d'opposition contre la décision du maire de Grenoble d'organiser une journée sans services publics a été rejeté. Elle va faire appel.
Journée sans ser­vices publics : le juge admi­nis­tra­tif rejette le recours

Le tribunal administratif de Grenoble a, jeudi 9 février, rejeté le recours déposé par la conseillère municipale d’opposition Anouche Agobian, le 24 novembre 2015. L’élue Lire plus

COrrespondance la lettre des élus socialistes et apparentés du groupe Pasc de Grenoble-Alpes Métropole. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Les élus socia­listes de la Métro soignent leur COrrespondance

EN BREF - COrrespondance, tel est le titre de la nouvelle lettre d'information politique éditée par les élus socialistes et apparentés du groupe de la Lire plus

Flash Info

|

16/05

16h29

|

|

16/05

15h22

|

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Abonnement| Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin