© Joël Kermabon - Place Gre'net

Plusieurs cen­taines de per­sonnes ras­sem­blées à Grenoble contre l’antisémitisme

Plusieurs cen­taines de per­sonnes ras­sem­blées à Grenoble contre l’antisémitisme

REPORTAGE VIDÉO - Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées place de Verdun, ce mardi 19 février, à Grenoble pour protester contre l'antisémitisme. Elles répondaient localement à l'appel de la Licra, relayé par plusieurs organisations syndicales et politiques. L'objectif ? Dire « ça suffit » face à la recrudescence des actes antisémites en France.

 

 

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à Grenoble ce 19 février 2019 pour protester contre la recrudescence de l'antisémitisme en France.© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon - Place Gre'net

La place de Verdun était noire de monde en ce début de soirée du mardi 19 février à Grenoble. En effet, plusieurs centaines de personnes ont répondu à l'appel de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) invitant à se rassembler pour protester contre l'antisémitisme.

 

Un appel relayé par de nombreuses organisations politiques et syndicales, auxquelles se sont joints de nombreux anonymes. Une manière de dire « ça suffit ! » face à la recrudescence et la banalisation des actes antisémites, en hausse de 74 % en France pour l'année 2018.

 

 

Un rassemblement silencieux pour exprimer un ras-le-bol contre l'antisémitisme

 

Dispersés dans la foule, on pouvait reconnaître de nombreux élus, représentants de partis politiques, d'associations ou d'organisations syndicales. Pour autant, point de discours. Pas plus que de signes ostentatoires d'appartenances politiques.

 

Les gens se parlaient à voix basse et c'est dans un relatif silence que s'est déroulé ce rassemblement. Quelques pancartes émergeaient. « Non à tous les racismes et xénophobies ! » ou encore « Contre l'antisémitisme, les racismes et leur instrumentalisation ! », pouvait-on lire au-dessus des têtes.

 

Mais quoi de mieux que quelques images pour montrer l'ambiance de ce rassemblement ? L'occasion aussi de tendre le micro à Aurélien Py, secrétaire général de la Licra Dauphiné-Savoies, rencontré sur place.

 

 

« Il faut sortir de la loi de 1881 sur la presse les actes à caractères racistes et antisémites »

 

Ces dernières semaines, les actes et attaques antisémites se sont multipliés en France. Pour n'en mentionner que certains, rappelons l'arbre en souvenir d’Ilan Halimi scié à la base et le tag sur la vitrine d'un restaurant Bagelstein. Citons encore la découverte de croix gammées tracées sur la représentation du visage de Simone Veil.

 

Mais ce n'est pas tout. Pas plus tard que ce mardi 19 février, près de quatre-vingt tombes d’un cimetière juif de Strasbourg ont été profanées. C'en est trop pour Aurélien Py, qui tente de dégager quelques-unes des causes de cette recrudescence.

 

Antisémitisme en hausse. Aurélien Py, secrétaire général de la Licra Dauphiné-Savoies. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Aurélien Py, secrétaire général de la Licra Dauphiné-Savoies. © Joël Kermabon - Place Gre'net

« Je l'explique par les idées extrémistes, qu'elles soient de gauche ou de droite. Mais aussi par cet intégrisme musulman contre lequel il va falloir lutter très durement au cours des prochains mois et des prochaines années », explique-t-il. Le secrétaire général ne se berce d'ailleurs pas d'illusions sur l'éventualité d'autres actes antisémites.

 

« Ces rassemblements ne peuvent suffire à nous en prémunir […]. Il est temps pour le gouvernement de prendre des mesures à la hauteur des enjeux », appuie Aurélien Py. Légiférer ? Oui, en prenant en compte plusieurs aspects dont les réseaux sociaux, vecteurs de propos antisémites notoires.

 

« Il faut sortir de la loi de 1881 sur la presse les actes à caractères racistes et antisémites », propose-t-il. Une modification des textes à laquelle il aimerait joindre la condamnation de l'antisionisme. À cet effet, la Licra n'a pas manqué de déposer ses contributions dans le cadre du grand débat national.

 

 

Internet : une zone de non-droit sur laquelle il va falloir légiférer

 

Un exemple concret ? Le futur service national universel (SNU), l'un des engagements  d'Emmanuel Macron qui prend forme et va être expérimenté dès ce mois de juin 2019. « Ce SNU d'une durée d'un mois seulement ne servira à rien ! », prédit Aurélien Py. « Il faut qu'il dure au moins douze mois, afin que les jeunes puissent retrouver le goût de vivre ensemble. Le tout avec des mesures d'instruction civique qui soient fortes », estime Aurélien Py.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon - Place Gre'net

 

Autre sujet de préoccupation : la perte des valeurs et de la notion d'autorité chez les jeunes. Pour preuve ? Ne serait-ce que la difficulté qu'éprouvent les enseignants à parler de la Shoa à leurs élèves. Difficulté qui existait déjà en 2004, quand le rapport Obin est sorti. Ce deux ans après les conclusions avancées (et critiquées) dans l'ouvrage Les territoires perdus de la République.

 

« Depuis lors, rien ou si peu n'a été fait en la matière », regrette Aurélien Py. En cause également, selon le secrétaire général, le développement d'internet, une « zone de non-droit ». Là aussi, « il va falloir légiférer dans les prochains mois », se prend à espérer le membre de la Licra.

 

Joël Kermabon

 

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Mehdi Boulenouane, ex-figure du nar­co­tra­fic dans le quar­tier Mistral, exé­cuté par balles en Seine-Saint-Denis

FLASH INFO - Mehdi Boulenouane, ex-caïd du trafic de stupéfiants dans le quartier Mistral, a été abattu par balles, jeudi 16 mai 2024, en fin Lire plus

Yassine Lakhnech (encore) réélu à la présidence de l'UGA, ses opposants pointent du doigt des failles démocratiques
Yassine Lakhnech (encore) réélu à la pré­si­dence de l’UGA : ses oppo­sants dénoncent des failles démocratiques

FOCUS - Alors que sa réélection en janvier 2024 avait été annulée par le tribunal administratif, Yassine Lakhnech a été ré-réélu président de l'UGA par Lire plus

Le Mois des fiertés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa traditionnelle Marche des fiertés samedi 1er juin
Le Mois des fier­tés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa tra­di­tion­nelle Marche des fier­tés samedi 1er juin

FLASH INFO - Le Mois des fiertés de Grenoble, porté par l'association Grenoble Fiertés, prend son envol jeudi 16 mai et se poursuivra jusqu'au dimanche Lire plus

Grenoble et son CCAS affectent un bâtiment à l'hébergement des sans-domicile et à la lutte contre le non-recours
Grenoble : un bâti­ment dédié à l’hé­ber­ge­ment des sans-domi­cile et à la lutte contre le non-recours

FLASH INFO - Lors du conseil municipal du lundi 13 mai, la Ville de Grenoble a validé une convention entre elle et son CCAS pour Lire plus

La piétonnisation du centre-ville historique de Grenoble (re)fait débat au conseil municipal
La pié­ton­ni­sa­tion du centre-ville his­to­rique de Grenoble (re)fait débat au conseil municipal

FOCUS - La piétonnisation des places et rues du centre-ville historique de Grenoble a fait l'objet de débats au sein du conseil municipal de Grenoble Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !