Dans la peau du « petit poucet », le GF38 féminin va tenter l’exploit en Coupe de France

sep article

Conférence 50 ans IFTS à Echirolles : vers des politiques publiques de la relation avec Hartmut Rosa

FIL INFO –  Les féminines du GF38, pensionnaires de Deuxième division, vont tenter de réaliser l’exploit de s’imposer à Dijon, huitième de Division 1, en quarts de finale de la Coupe de la France, samedi 9 février. Une performance qui constituerait plus qu’une éclaircie dans la saison des footballeuses grenobloises.

 

 

Placé dans le groupe B en championnat de France de Deuxième division, le GF38 féminin ambitionnait la montée en Première division. Après trois victoires en trois matchs, la suite s’est considérablement gâtée pour les footballeuses grenobloises. Entre fin septembre et fin novembre, elles ont enchaîné neuf rencontres sans victoire : six défaites, trois nuls. Les espoirs de montée envolés, il fallait qu’elles se ressaisissent pour ne pas craindre la catastrophe d’une descente en fin de saison. Ce qu’elles ont su faire.

 

Les footballeuses du GF38 ont retrouvé le sourire. © GF38

Les footballeuses du GF38 ont retrouvé le sourire. © GF38

 

« Il y a eu dix ou douze arrivées [de joueuses à l’intersaison, ndlr], explique l’entraîneur Nicolas Bach. Au début, cela a bien commencé. Malgré tout, dans le contenu c’était poussif. Les résultats d’après ont été symptomatiques du temps [qu’il a fallu] pour que le collectif prenne forme sur le terrain. Nous avons connu des soucis d’efficacité. La réussite nous a fuis aussi pendant une période. »

 

 

Le « déclic » face à Yzeure fin novembre

 

Le technicien isérois assure qu’il n’y a pas eu de « crise en dehors du terrain ». « Nous avons fait évoluer des choses sur le management et sur le projet de jeu. Il y a une dynamique qui s’est formée, nous réalisons de meilleures choses sur le terrain et cela nous amène les résultats actuels. »

 

Nicolas Bach, directeur sportif et entraîneur du GF38 féminin. © Laurent Genin

Nicolas Bach, entraîneur du GF38 féminin. © LG

Les footballeuses grenobloises, désormais septièmes sur treize en championnat, n’ont plus connu la défaite depuis le 11 novembre face à Saint-Étienne (1-4).

 

Nicolas Bach situe le « déclic » face à Yzeure (2-1), alors leader du championnat, lors du premier tour de la Coupe de France, le 25 novembre.

 

Après avoir éliminé ensuite deux équipes hiérarchiquement inférieures, l’ES Chilly (12-0) et l’AC Avignon (1-1, 4-3 aux tirs au but), les Grenobloises se sont hissées en quarts de finale de l’épreuve.

 

 

En cas de qualification à Dijon, la saison serait sauvée

 

Jusque-là clément, le tirage au sort ne leur pas été favorable, cette fois-ci. Samedi 9 février (16 heures), elles joueront à Dijon, huitième sur douze en Première division. Contrairement aux deux tours précédents, elles n’auront pas à assumer l’étiquette de favorites. « Ce sera nous le petit poucet. […] Nous aurons peut-être un peu moins de pression. Perdre à Chilly ou à Avignon aurait mis un coup à notre dynamique et à notre image », dixit Nicolas Bach.

 

Laureen Navas, milieu de terrain du GF38 féminin. © GF38

Laureen Navas, milieu de terrain du GF38 féminin. © GF38

 

Malgré l’ampleur de la tâche, les footballeuses grenobloises espèrent bien prolonger encore l’aventure. « Nous allons tout faire pour faire l’exploit », confie l’entraîneur isérois.

 

Ce bon parcours en Coupe de France sauve-t-il la saison du GF38 féminin ? « J’ai envie de dire que si nous nous qualifions ce week-end, oui », répond Nicolas Bach. Si ce n’est pas le cas, cette épreuve aura été “simplement”, d’après lui, « une bonne parenthèse ».

 

Laurent Genin

 

commentez lire les commentaires
883 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.