Le groupe Ogeu, propriétaire des eaux Valecrin, devient mécène du Parc national des Écrins

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO – Le Parc national des Écrins, à cheval sur l’Isère et les Hautes-Alpes, vient de signer à Grenoble, ce mercredi 9 janvier, une convention de mécénat avec le groupe Ogeu, spécialisé dans les eaux minérales locales. Propriétaire de la marque Valecrin, l’industriel versera une somme de 20 000 euros, destinée à financer la réalisation d’une vidéo de promotion du Parc national.

 

 

« C’est la pre­mière pierre de quelque chose que l’on espère durable », salue le direc­teur du Parc natio­nal des Écrins. Mercredi 9 jan­vier, Pierre Commenville, accom­pa­gné du pré­sident du Parc natio­nal Bernard Hériter, signait une conven­tion de mécé­nat avec le groupe Ogeu, spé­cia­lisé dans les eaux miné­rales régio­nales. Et si le parc est à che­val sur l’Isère et les Hautes-Alpes, c’est la Maison de la mon­tagne de Grenoble qui accueillait la céré­mo­nie.

 

François Héritier, président du Parc national des Écrins, aux côtés des élus de la nouvelle commune de Chantepérier Christelle Méheut et Alain Siaut, et de Gilles Strappazzon, conseiller départemental, vice-président de la Commission locale de l'eau © Florent Mathieu - Place Gre'net

François Héritier, pré­sident du Parc natio­nal des Écrins, aux côtés des élus de la nou­velle com­mune de Chantepérier Christelle Méheut et Alain Siaut, et de Gilles Strappazzon, conseiller dépar­te­men­tal, vice-pré­sident de la Commission locale de l’eau. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La marque phare du groupe est l’eau gazeuse Quezac, le seul de ses pro­duits à être dif­fusé sur l’en­semble du ter­ri­toire natio­nal. Mais Ogeu vend éga­le­ment cinq autres eaux miné­rales locales : Sainte-Baume en Provence, Plancoët en Bretagne, Ogeu dans les Pyrénées, Chevreuse en Île-de-France… et, depuis une dizaine d’an­nées, Valecrin dans les Alpes, à rai­son d’un mil­lion de bou­teilles par mois. Une eau qui prend pré­ci­sé­ment sa source dans le Parc natio­nal des Écrins.

 

 

Raconter une histoire en commun

 

« Une des pre­mières démarches d’an­crage dans son ter­ri­toire que ce par­te­naire a faite, c’est de venir nous voir », se sou­vient ainsi Pierre Commenville. Discussions et trac­ta­tions ont tou­te­fois pris du temps, avant d’a­bou­tir à une pre­mière conven­tion de mécé­nat en ce début d’an­née 2019. Son mon­tant ? Le groupe s’en­gage à ver­ser une somme de 20 000 euros. Avec pour objec­tif prin­ci­pal de finan­cer la réa­li­sa­tion d’une vidéo de pro­mo­tion du Parc des Écrins.

 

Pierre Commenville signe la convention Valecrin sous le regard de Christelle Méheut et de Pierre Mériaux, conseiller municipal de Grenoble délégué au Tourisme et à la Montagne. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Pierre Commenville signe la conven­tion Valecrin sous le regard de Christelle Méheut et de Pierre Mériaux, conseiller muni­ci­pal de Grenoble délé­gué au Tourisme et à la Montagne. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La somme peut sem­bler modeste, au regard du bud­get annuel du parc s’é­le­vant à 8 mil­lions d’eu­ros, mais repré­sente avant tout un sym­bole pour les deux par­te­naires. « Lorsque l’on a une eau comme Valecrin, on raconte une his­toire, un ter­ri­toire… », insiste Christophe Labes, direc­teur de mar­ke­ting et com­mu­ni­ca­tion du groupe Ogeu. Cette his­toire, ajoute-t-il, l’in­dus­triel veut aujourd’­hui la racon­ter « en com­mun » avec le Parc des Écrins, où naît la source qu’il exploite.

 

 

Mécénat n’est pas sponsoring

 

Et le direc­teur d’an­ti­ci­per les cri­tiques : « Dans notre esprit, il n’y a pas d’op­po­si­tion entre les acti­vi­tés éco­no­miques et la pro­tec­tion de la nature : les deux peuvent être par­fai­te­ment com­pa­tibles », juge-t-il. Au contraire, Pierre Commenville espère voir ce mécé­nat per­du­rer dans le temps et, pour­quoi pas, sus­ci­ter des voca­tions. « L’économie, c’est ce qui fait vivre un ter­ri­toire et contri­bue à le rendre aussi beau et vivant. »

 

Christophe Labes, directeur Marketing et Communication de Valecrin, aux côtés des élus de Chantepérier et de Gilles Strappazzon © Florent Mathieu - Place Gre'net

Christophe Labes, direc­teur mar­ke­ting et com­mu­ni­ca­tion de Valecrin, aux côtés des élus de Chantepérier et de Gilles Strappazzon. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le direc­teur assume d’au­tant plus ce rap­pro­che­ment que mécé­nat ne signi­fie pas “spon­so­ring”. Pas ques­tion pour le Parc des Écrins de faire la pro­mo­tion de la marque Valecrin. Il n’en aurait de toute manière pas le droit. Le groupe Ogeu affirme, de son côté, ne pas se posi­tion­ner dans une logique com­mer­ciale. « Dès le pre­mier moment, nous l’a­vons dit : nous ne sommes pas là pour faire une cara­vane publi­ci­taire dégui­sée ! », explique Christophe Labes.

 

Inutile, dès lors, de cher­cher un logo Valecrin sur les visuels du Parc natio­nal des Écrins, ou inver­se­ment. Et si les packs d’eau Valecrin com­portent désor­mais la men­tion « Valecrin sou­tient le Parc natio­nal des Écrins », celle-ci n’est en revanche pas pré­sente sur les bou­teilles. Comble du refus du spon­so­ring ? La signa­ture de la conven­tion ne s’est pas faite avec un stylo Valecrin… pour­tant dis­tri­bué en quan­tité à l’oc­ca­sion de sa céré­mo­nie.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1892 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.