Matthieu Chamussy : “Je ne quitte pas le parti Les Républicains en cla­quant la porte”

Matthieu Chamussy : “Je ne quitte pas le parti Les Républicains en cla­quant la porte”

TROIS QUESTIONS À - Matthieu Chamussy, élu municipal et conseiller métropolitain, a récemment officialisé sa décision de quitter le parti Les Républicains. Un départ en douceur, principalement lié à l'effet mécanique du non-renouvellement de son adhésion depuis 2016. En filigrane ? Des fractures survenues lors de la présidentielle de 2017. Et des partis politiques qui n'ont pas, selon l'élu, « évolué avec la société ».

 

 

Trente-deux ans passés au sein du même parti

 

C'est la fin de l'histoire avec Les Républicains (LR) pour Matthieu Chamussy, président de l'intergroupe d'opposition de droite et du centre au conseil municipal de Grenoble.

 

Matthieu Chamussy lors du conseil municipal du 17 décembre 2018 © Place Gre'net

Matthieu Chamussy lors du conseil municipal du 17 décembre 2018. © Place Gre'net

Ce dernier tire en effet définitivement sa révérence au parti qu'il a successivement connu, depuis ses débuts en politique, sous les noms de RPR puis d'UMP.

 

L'élu qui n'a sciemment pas renouvelé sa cotisation depuis 2016 prend ainsi automatiquement le large du parti gaulliste. Et se retrouve désormais, souligne-t-il avec un brin d'humour, « dans la même position qu'Alain Juppé ». Une nouvelle posture à laquelle le microcosme politique local va devoir s'habituer. Et ce alors même que se profilent les échéances électorales municipales.

 

Pour autant, rien de bien étonnant dans cette décision : il y a bien longtemps que Matthieu Chamussy a pris ses distances avec LR. Jusqu'à peu, voire plus jamais, évoquer son parti au cours de ses multiples interventions politiques. Ni, de son propre aveu, participer à ses réunions et travaux.

 

La page est donc maintenant définitivement tournée. Matthieu Chamussy s'en explique.

 

 

Place Gre'net : Quelles sont les motivations qui vous ont poussé à ne plus reconduire votre adhésion chez Les Républicains depuis 2016. Y a-t-il eu une fracture particulière ou un événement déclencheur ?

 

Matthieu Chamussy : Il y a eu le choc du maintien de la candidature de François Fillon en 2017, après l'annonce de sa mise en examen. Ce alors que lui-même avait dit qu'on ne pouvait pas être à la fois président de la République et mis en examen. Sans rien enlever au principe de la présomption d'innocence, je ne voyais pas comment c'était possible. C'est d'ailleurs pour cela que j'ai annoncé mon retrait de la campagne de François Fillon.

 

Matthieu Chamussy, François Fillon et Richard Cazenave

Matthieu Chamussy, François Fillon et Richard Cazenave lord de la campagne des élections municipales de 2014. © Véronique Serre

 

Mais il y a aussi eu, juste après les résultats du premier tour, le fait que le parti n'ait pas su appeler clairement à voter pour Emmanuel Macron face à la candidate du Front national. Ces questions-là sont, pour moi, essentielles. Elles ont structuré une grande part de mon engagement.

 

J'ai été élu à la Région en 1998 et j'avais déjà, à l'époque, refusé l'alliance de Charles Millon avec le Front national. Face à un candidat extrémiste, je ne transige pas.

 

Matthieu Chamussy ex Les Républicains. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Matthieu Chamussy. © Joël Kermabon - Place Gre'net

 

C'est encore plus important aujourd'hui de l'affirmer parce que je pense que le débat public est en train de changer de nature. Et la crise que l'on connaît ces derniers mois a accentué tout cela. Certaines personnes, sans le dire et même parfois en le disant, expriment non pas un débat d'idées mais leur désir d'abattre les institutions.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 67 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Alan Confesson, président de la CCIAG et Frank Leroy, son directeur devant la centrale de chauffage Biomax sur la Presqu'île scientifique à Grenoble, mercredi 23 novembre 2022 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
« On ne peut pas se pas­ser pour le moment du char­bon et du fioul » selon le pré­sident de la Compagnie de chauf­fage de l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise

FOCUS - Pas très vertueux, le réseau de chauffage urbain du territoire grenoblois ? Au contraire, il n’a jamais été aussi vertueux, affirme Alan Confesson, Lire plus

Changement cli­ma­tique : la métro­pole de Grenoble dédie un fonds d’aide à l’in­ves­tis­se­ment des communes

FLASH INFO - Le conseil métropolitain vient de voter un Pacte financier et fiscal de solidarité, permettant l'aide à l'investissement des communes. Ce fonds d'aide Lire plus

Les associations de lutte contre le VIH portent un message en faveur de l'égalité à l'occasion du 1er décembre
Lutte contre le VIH : les chiffres de conta­mi­na­tion en baisse depuis 2018 sur l’arc alpin

FOCUS - Comme chaque année, le 1er décembre marque la Journée mondiale de lutte contre le VIH. Un temps que les associations et la Ville Lire plus

Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen et syndicaliste au Snes-FSU, était jugée pour injure et diffamation, ce lundi 28 novembre 2022, à Grenoble, pour des tweets visant l'enseignant de Sciences Po Grenoble Vincent Tournier, qu'elle nie avoir écrits. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : une pro­fes­seur de Rouen jugée pour des tweets visant Vincent Tournier, l’un des deux ensei­gnants de l’IEP accu­sés d’islamophobie

FOCUS - Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen, comparaissait ce lundi 28 novembre 2022 devant le tribunal judiciaire de Grenoble pour des soupçons d'injure et Lire plus

Chronique Place Gre'net - RCF 48: "Le chauffage au cœur des débats à Grenoble"
Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif ? Revenir sur une Lire plus

Traçage d'une "pseudo" piste cyclable sur l'avenue Gabriel Péri à Saint-Martin-d'Hères, une opération de désobéissance civile non violente, organisée par Alternatiba/ ANVCop21 et Parlons-Y Vélo, samedi 26 novembre 2022 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
A Saint-Martin-d’Hères, près de Grenoble, des mili­tants pro-vélo amé­nagent une pseudo-piste cyclable

REPORTAGE VIDÉO - «Des aménagements vélo, on en veut maintenant», réclament les militants d'Alternatiba / ANV-Cop 21 et de Parlons-Y Vélo. Une quarantaine d'entre eux Lire plus

Flash Info

|

30/11

17h49

|

|

30/11

12h11

|

|

30/11

9h58

|

|

30/11

0h38

|

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

|

28/11

10h48

|

|

26/11

9h37

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Société| Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : le crâne décou­vert à La Buissière, sur les lieux indi­qués par le sus­pect du meurtre, est bien celui de la mère de famille disparue

Agenda

Je partage !