Le Magasin des horizons lance sa saison 2019 sous le signe de la terre et du sensible

sep article



EN BREF – Nouvelle année et nouvelle programmation pour Le Magasin des horizons.

Le centre national d’arts et de cultures place sa saison culturelle sous le signe de « la terre » et de « la Terre » avec un grand T. Des créations originales et interactives qui vont explorer les questions écologiques et féministes, le « rapport au sensible » et les nouvelles formes de militantisme. Avec notamment plusieurs animations participatives.

 

 

Sur scène, elle pétrit 150 kilos de terre pour ouvrir la réflexion sur notre « Terre-mère nour­ri­cière ». Quel meilleur choix pour pré­sen­ter la sai­son 2019 du Cnac Magasin des hori­zons, que l’ar­tiste por­tu­gaise Rita Natálio et sa per­for­mance-confé­rence Géophagie ? Une soi­rée sous le signe de l’en­vi­ron­ne­ment, du fémi­nisme et de la « recon­nexion » à la nature avec la pro­jec­tion d’un extrait du film Nocturnal Gardening – Night Soil de Melanie Bonajo ; por­trait de quatre femmes qui explorent des modes de vie alter­na­tifs.

 

L’artiste Rita Natálio s’est enduite de terre pen­dant sa per­for­mance pour sen­si­bi­li­ser le public à la pro­tec­tion envi­ron­ne­men­tale des sols et de la Terre. © Anaïs Mariotti – placegrenet.fr

 

Après « la marche » en 2018, Le Magasin place ainsi sa nou­velle sai­son cultu­relle sous le signe de la « terre » et de « La Terre ». Le but, explique Camille Planeix, coor­di­na­trice du Magasin ? « Réinventer le lien au monde, avoir une autre rela­tion à la terre et aux autres hommes. » Pour Béatrice Josse, la direc­trice, « cette thé­ma­tique per­met­tra de connec­ter plu­sieurs formes de mili­tan­tisme et d’ex­plo­rer le rap­port au sen­sible »

 

Le Magasin tient éga­le­ment à mul­ti­plier les ori­gines artis­tiques et les natio­na­li­tés. « Nous allons tra­vailler à par­tir d’œuvres d’artistes non occi­den­taux. Notamment avec des Sud-amé­ri­cains qui entre­tiennent une autre rela­tion au monde et à l’en­vi­ron­ne­ment », affirme Camille Planeix. Au final, cette pro­gram­ma­tion a pour ambi­tion de « chan­ger notre rap­port à la Terre et notre concep­tion de la nature », pour­suit-elle.

 

 

Réconcilier « le corps et l’esprit » au cours de La Nuit des idées

 

Depuis 2016, l’Institut fran­çais invite les éta­blis­se­ments cultu­rels fran­çais et inter­na­tio­naux à par­ti­ci­per à la Nuit des idées. En 2018, une soixan­taine de pays et une cen­taine de villes fran­çaises ont ainsi « célé­bré la pen­sée » au cours de cette soi­rée. L’occasion de réunir artistes, intel­lec­tuels et cher­cheurs pour faire émer­ger des « idées » et des « pen­sées » avec le public.

 

Cette année, La Nuit des idées se dérou­lera le 31 jan­vier sur le thème « Face au pré­sent ». Pour la deuxième fois, Le Magasin pren­dra part à cette soi­rée inédite dans ses locaux à Grenoble, de 19 heures à minuit.

 

La Nuit des idées 2017 (image d’illus­tra­tion). © Le Magasin des hori­zons (Facebook offi­ciel)

 

L’intitulé de cette Nuit des idées gra­tuite et sans réser­va­tion ? « Yes we care. » Jouant sur les mul­tiples sens du mot anglais « care » (prendre soin, bien-être et sol­li­ci­tude), ce slo­gan invite à réflé­chir à la manière de récon­ci­lier le « corps et l’es­prit » pour « remé­dier au mal qui ronge notre pré­sent ».

 

Un temps de réflexion inter­dis­ci­pli­naire avec le public en pré­sence d’une quin­zaine d’intervenants : artiste, her­bo­riste, anthro­po­logue, sophro­logue, cha­mane, psy­cho­logue, neu­ro­logue etc.

 

Le tout avec un concept bien éprouvé. Les par­ti­ci­pants pio­che­ront ainsi au hasard pour déter­mi­ner un cré­neau horaire et les inter­ve­nants avec les­quels dis­cu­ter. Puis, quatre membres du public par­ta­ge­ront  une table avec un spé­cia­liste, avec un rou­le­ment toutes les trente minutes. Objectif : débattre, phi­lo­so­pher mais aussi par­ta­ger des expé­riences de vie alter­na­tives ou spi­ri­tuelles.

 

 

Les bivouacs du Magasin : des « campements » artistiques éphémères

 

De jan­vier à mars 2019, Le Magasin des hori­zons orga­nise une dou­zaine de « bivouacs » sur le ter­ri­toire isé­rois. Ces cam­pe­ments éphé­mères pro­posent de décou­vrir, le temps d’une après-midi ou d’une soi­rée, créa­tions artis­tiques, ani­ma­tions, pro­jec­tions et de par­ti­ci­per à des réflexions.

 

Le Magasin des Horizons

Le bivouac Les adrets (image d’illus­tra­tion du Magasin) © Le Magasin des hori­zons

Pour cette deuxième édi­tion, éco­lo­gie, fémi­nisme et modes de vie alter­na­tifs seront à l’hon­neur. Entre autres thèmes abor­dés : « Temps, cycles et ima­gi­na­tion », « Humanimalités », « Sorcières / Chamane / Rituels », « Plantes, liai­son et déliai­son de l’univers », ou encore « Peuples autoch­tones, nations pre­mières ». Le pre­mier évé­ne­ment, sur l’hy­per­sen­si­bi­lité aura lieu le 10 jan­vier à 19 heures à la Maison des Habitants Chorier-Berriat.

 

Le Magasin orga­nise éga­le­ment un bivouac inti­tulé « sor­cières, sœurs d’é­co­lo­gie », le 19 jan­vier, en par­te­na­riat avec le CCN2. Ce cam­pe­ment au « for­mat extra-large » se dérou­lera de 15 à 18 heures au départ de la salle des fêtes du Percy dans le Trièves. Au pro­gramme ? Atelier autour de la « danse des sor­cières », pro­jec­tion de films et ren­contre-dis­cus­sion.

 

À noter éga­le­ment, les jeunes à par­tir de 12 ans pour­ront prendre part à un cam­pe­ment artis­tique sur le  « futur de nos mon­tagnes », le 2 mars pro­chain de 17 h 30 à 20 h 30 aux Adrets. Un labo-fic­tion per­met­tra notam­ment de ques­tion­ner l’a­ve­nir de la sta­tion de ski de Prapoutel dans une dizaine d’an­nées.

 

Anaïs Mariotti

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2293 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.