Appel Forêt -
Statues de Grenoble affublées de masques anti-pollution, action d'Alternatiba, Greenpeace et ANV-Cop 21, samedi 31 mars 2018 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Les Grenoblois invités à mesurer la qualité de l’air grâce à des micro-capteurs

Les Grenoblois invités à mesurer la qualité de l’air grâce à des micro-capteurs

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF – L’observatoire Atmo Auvergne Rhône Alpes lance une opération de mesure citoyenne de la qualité de l’air au second semestre 2019. Les habitants de Grenoble, Clermont-Ferrand et de la communauté de communes Pays du Mont-Blanc pourront, à l’aide de micro-capteurs, mesurer en temps réel les niveaux de pollution de l’air. Une campagne de recrutement de volontaires est lancée.

 

 

Pollution dans la cuvette grenobloise : pour la première fois, les véhicules les polluants (immatriculés avant 1997) seront interdits de circulation dès samedi 10 décembre. Lundi, avec la persistance du pic de pollution, l'interdiction devrait être élargie. Crédit Patricia Cerinsek

Pollution dans la cuvette gre­no­bloise. © Patricia Cerinsek

L’année 2019 com­mence mal en ce qui concerne la qua­lité de l’air à Grenoble. Dès le 1er jan­vier, la pré­fec­ture de l’Isère a en effet activé la vigi­lance pol­lu­tion dans le bas­sin grenoblois.

 

Un pic de pol­lu­tion dû à l’augmentation du taux de par­ti­cules (PM10), pro­ba­ble­ment cau­sée par la forte acti­vité tou­ris­tique de cette fin d’année dans la val­lée alpine. De quoi augu­rer une année com­pli­quée, comme l’a été 2018.

 

En mai der­nier, la Commission euro­péenne ren­voyait la France devant la Cour de jus­tice euro­péenne pour « dépas­se­ment des valeurs limites de qua­lité de l’air fixées et man­que­ment à l’obligation de prendre des mesures appro­priées pour écour­ter le plus pos­sible les périodes de dépas­se­ment ».

 

En mai 2018, Bruxelles épinglait la France pour non-respect des seuils de la qualité de l’air. © Patricia Cerinsek

En mai 2018, Bruxelles épin­glait la France pour non-res­pect des seuils de la qua­lité de l’air. © Patricia Cerinsek

Quatorze zones cri­tiques étaient poin­tées du doigt : l’Ile-de-France, Marseille, Nice, Toulon, Lyon, Saint-Étienne, Valence, la val­lée de l’Arve, Strasbourg, Reims, Montpellier, Toulouse, la Martinique… et Grenoble.

 

 

Des micro-capteurs connectés aux smartphones

 

La ville de Grenoble se retrouve sou­vent dans le viseur des études sur la pol­lu­tion de l’air. Ce qui en fait un ter­rain d’observation idéal pour Atmo, fédé­ra­tion des asso­cia­tions agréées de sur­veillance de la qua­lité de l’air en France.

 

La situation géographique de Grenoble dans une cuvette aggrave la pollution atmosphérique. © Véronique Serre

La situa­tion géo­gra­phique de Grenoble dans une cuvette aggrave la pol­lu­tion atmo­sphé­rique. © Véronique Serre

L’observatoire Atmo Auvergne Rhône-Alpes s’apprête donc à lan­cer une expé­ri­men­ta­tion dans l’agglomération en 2019. Le prin­cipe ? Proposer aux Grenoblois de mesu­rer eux-mêmes la qua­lité de l’air qu’ils res­pirent, à l’aide de micro-capteurs.

 

La démarche est simple. Les per­sonnes inté­res­sées s’inscrivent à la cap­to­thèque. Si leur can­di­da­ture est accep­tée, la pla­te­forme leur per­met alors d’emprunter un micro-cap­teur de mesure de la qua­lité de l’air.

 

Ce der­nier fonc­tionne avec une appli­ca­tion télé­char­geable sur smart­phone qui donne la pos­si­bi­lité de consul­ter direc­te­ment les don­nées. Il ne reste plus qu’à arpen­ter les rues gre­no­bloises pen­dant que l’outil mesure en temps réel les niveaux de pol­lu­tion dans la ville.

 

 

Placer les citoyens au cœur du système de surveillance

 

Avec cette expé­ri­men­ta­tion, l’observatoire Atmo Auvergne Rhône Alpes veut per­mettre aux citoyens de s’approprier les enjeux de la qua­lité de l’air, les pla­cer au centre du sys­tème de surveillance.

 

Une trentaine de Grenoblois avaient expérimenté l'usage de micro-capteurs dans le cadre de l'opération Mobicit'air. © DR Atmo Auvergne Rhône-Alpes

Une tren­taine de Grenoblois avaient expé­ri­menté l’u­sage de micro-cap­teurs dans le cadre de l’o­pé­ra­tion Mobicit’air. © Atmo Auvergne Rhône-Alpes

Les micro-cap­teurs connec­tés faci­litent en effet la com­pré­hen­sion de ces ques­tions envi­ron­ne­men­tales et sont même sus­cep­tibles d’en­traî­ner des chan­ge­ments d’usage au quo­ti­dien. Ces outils de mesure à la pointe du pro­grès ont d’ailleurs fait l’objet d’un col­loque inter­na­tio­nal en novembre der­nier à Lille qui a per­mis de révé­ler leur potentialité.

 

La capi­tale des Alpes n’est pas la pre­mière ville fran­çaise à s’équiper de ces petits outils tech­no­lo­giques qui ont le vent en poupe. À Paris, le pro­jet Air Citizen pro­pose des mesures citoyennes de la qua­lité de l’air depuis 2015. Idem à Rennes, avec l’opération Ambassad’air.

 

À Grenoble, l’expérimentation Mobicit’air menée en 2016 – 2017 avait tou­te­fois déjà intro­duit le concept. Une tren­taine de Grenoblois s’étaient en effet por­tés volon­taires pour pro­me­ner leurs micro-cap­teurs par­tout dans l’agglomération. Un pre­mier essai concluant selon Atmo, qui compte donc étendre l’opération.

 

 

Déjà plus de 300 volontaires

 

Certains usent déjà de leurs micro-cap­teurs depuis le début de cet hiver 2018 – 2019, dans le cadre de l’expérimentation inti­tu­lée Checkbox. Un tour de chauffe avant le lan­ce­ment offi­ciel de la cap­to­thèque au second semestre 2019.

 

Un salarié du BTP manœuvre une mini-pelle sur un chantier dans Grenoble. © Sidonie Hadoux

Les tra­vailleurs de l’ag­glo­mé­ra­tion sont invi­tés à par­ti­ci­per à cette cam­pagne. © Sidonie Hadoux

Pour l’instant, Atmo Auvergne Rhône-Alpes est à la recherche de volon­taires. La cam­pagne s’adresse aux habi­tants et tra­vailleurs de l’agglomération grenobloise.

 

Le nombre de places est limité mais déjà 301 per­sonnes ont can­di­daté à Clermont-Ferrand, Grenoble et dans la com­mu­nauté de com­munes pays du Mont-Blanc, selon le comp­teur du site cap​to​theque​.fr au 2 jan­vier 2019.

 

D’autres pro­jets sont pré­vus sur le ter­ri­toire de la métro­pole pour 2019. Études col­la­bo­ra­tives et ate­liers de construc­tion de mini-sta­tions de qua­lité de l’air devraient ainsi contri­buer à sen­si­bi­li­ser le public. Une année tour­née vers la ques­tion cru­ciale de la qua­lité de l’air à Grenoble, avant d’en­tre­voir peut-être une amé­lio­ra­tion en 2020 ?

 

Jules Peyron

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

JP

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Alors que la Ville de Grenoble se penche sur la qualité de l'air, le président de la Métropole recadre les débats municipaux.
Qualité de l’air : quand le président de la Métropole de Grenoble se mêle des débats municipaux

  FIL INFO - Dans un courrier adressé au maire de Grenoble Éric Piolle, le président de la Métropole Christophe Ferrari appelle à un travail Lire plus

en 2019, la pollution de l'air entre en campagne à Grenoble. A un peu plus d'un an des échéances municipales, l'enjeu sanitaire devient enjeu électoral.
Atmo rouvre les inscriptions au dispositif de captothèque, pour mesurer soi-même la qualité de l’air

  FLASH INFO — Envie de mesurer par vous-même la qualité de l'air grenoblois? Atmo Auvergne-Rhône-Alpes rouvre les inscriptions à son dispositif de captothèque. Autrement Lire plus

Pic d'ozone : procédure d'information-recommandation sur le bassin grenoblois et Nord-Isère
Sans surprise, quand le confinement s’allège, la qualité de l’air se dégrade

  FLASH INFO - Sans surprise, ce second « confinement » est bien parti pour avoir moins d'impact sur la qualité de l'air que le Lire plus

Grenoble, ville natureVue d'artiste de l'immeuble végétalisé qui remplacerait l'Office de tourisme. © UNRG
Municipales : les dix propositions d’Émilie Chalas pour faire de Grenoble une « ville nature »

  FOCUS - La liste conduite par Émilie Chalas pour les municipales a présenté, ce 19 février, dix engagements censés faire de Grenoble une « Lire plus

Le Plan Air Energie Climat métropolitain 2020-2030 vise à réduire les émissions d’oxydes d’azote de 70% et des particules fines de 60% à l’horizon 2030. © Augustin Bordet - placegrenet.fr
La Métropole de Grenoble s’engage avec la Région et l’Ademe à améliorer la qualité de l’air

  EN BREF - Des représentants de Grenoble-Alpes Métropole, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) se Lire plus

Michel Szempruch, porte-parole du collectif pour la gratuité des transports publics. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Gratuité des transports dans l’agglomération grenobloise : la balle dans le camp de la Métropole ?

FOCUS - Une petite centaine de personnes se sont rassemblées, ce vendredi 6 avril, devant le siège de la Métropole à l'appel du collectif pour Lire plus

Flash Info

|

04/08

17h11

|

|

04/08

11h55

|

|

04/08

10h30

|

|

04/08

10h05

|

|

03/08

18h30

|

|

03/08

11h56

|

|

03/08

10h37

|

|

03/08

9h41

|

|

02/08

11h42

|

|

02/08

10h23

|

Les plus lus

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin