Élections HLM : face à la très forte abstention, le Dal 38 tire la sonnette d’alarme

sep article



FOCUS – Droit au logement 38 tire la sonnette d’alarme face à la forte abstention aux élections des représentants des locataires HLM. Le taux de participation plafonne en effet à 20 % et descend même en Isère à… 9,9 %. Candidate pour la première fois à ces élections, l’association lance un appel au vote, tout en prêchant pour sa paroisse.

 

 

Alors que les élec­tions des repré­sen­tants des loca­taires en loge­ments sociaux touchent à leur fin, Droit au loge­ment 38 tire la son­nette d’a­larme. Une fois encore, comme tous les quatre ans, le taux d’abs­ten­tion atteint des som­mets. Il ne s’a­git pas d’une spé­ci­fi­cité isé­roise : la par­ti­ci­pa­tion aux élec­tions loca­tives atteint péni­ble­ment les 20 % au niveau natio­nal.

 

Les militants du DAL 38 espèrent motiver les locataires des logements sociaux à voter pour leurs représentants © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les mili­tants du Dal 38 espèrent moti­ver les loca­taires des loge­ments sociaux à voter pour leurs repré­sen­tants. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Nouveau can­di­dat en Isère sur les listes des bailleurs Actis, SDH et Scic-Habitat, le Dal espère encore mobi­li­ser les élec­teurs pour les deux pre­miers. Les élec­tions Scic-Habitat se sont en effet conclues le 12 novembre der­nier et ont été dépouillées le 22. Résultat ? Avec 25 % des voix, le Dal rem­porte un siège de repré­sen­tant… mais le taux de par­ti­ci­pa­tion n’ex­cède pas les 9,9 %.

 

 

Une « élection honorable » avec peu de votants

 

« On ne va pas se men­tir, moins il y a de gens qui votent, plus on monte dans les pour­cen­tages », recon­naît Patricia Ospelt, membre du Dal 38. Pour preuve, aux élec­tions de Scic-Habitat, la liste du col­lec­tif arrive deuxième, juste der­rière l’his­to­rique CLCV et devant la non moins his­to­rique CSF. Le Dal prend ainsi une place à la CNL, qui ne sié­gera plus au sein du Plan de concer­ta­tion loca­tive de Scic-Habitat*.

 

Le siège de la SDH à Echirolles. DR

Le siège de la SDH à Echirolles. DR

 

Une vic­toire qui n’empêche en rien le Dal de déplo­rer un tel niveau d’abstention. Au contraire, les mili­tants dénoncent, d’une part, la faible cou­ver­ture média­tique de ces élec­tions et, d’autre part, l’ab­sence de com­mu­ni­ca­tion exté­rieure des bailleurs quant à leur tenue.

 

« Les votes des gens sont pris en compte quelles que soient leurs ori­gines, pré­cise André Béranger, qui s’en féli­cite. Pas besoin d’a­voir la carte d’identité fran­çaise pour pou­voir voter ! » Pas besoin de carte d’i­den­tité… mais besoin de maî­tri­ser la langue fran­çaise, ce qui n’est pas tou­jours le cas des loca­taires de loge­ments sociaux. Sans être com­plexes, les notices expli­ca­tives peuvent être alam­bi­quées. Et les votes ne peuvent se faire que par voie pos­tale ou Internet, avec par­fois des bugs de connexion.

 

 

Le Dal espère réveiller les consciences

 

Est-ce à dire que les bailleurs ne font aucun effort ? Le Dal 38 ne va pas si loin. Ses mili­tants recon­naissent qu’Actis a, par exemple, joué le jeu dans l’in­for­ma­tion aux loca­taires. Les bul­le­tins ou docu­ments de vote com­portent des logos, en plus du nom des per­sonnes et de leur struc­ture d’ap­par­te­nance. Ainsi, les listes de Droit au loge­ment étaient-elles recon­nais­sables via la petite mai­son jaune qui consti­tuent leur emblème.

 

Des militantes de Droit au logement réunies contre la « désaffection » face aux élections locatives © Florent Mathieu - Place Gre'net

Des mili­tantes de Droit au loge­ment réunies contre la « désaf­fec­tion » face aux élec­tions loca­tives. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Pour autant, Rdiha Sahiri, tête de liste du Dal pour Actis, estime que les bailleurs « font en per­ma­nence de la publi­cité pour les mêmes orga­nismes ». À savoir la CSF, le CNL et le CLCV, pré­sen­tés comme « des ins­ti­tu­tion­nels réélus en per­ma­nence ». Indecosa, asso­cia­tion liée à la CGT et récem­ment décriée par la CSF, ne trouve guère plus de grâce aux yeux du Dal : « Ils s’o­rientent plus sur les sala­riés, or il n’y a pas que des sala­riés dans les loge­ments gérés par les bailleurs sociaux », rap­pelle le col­lec­tif.

 

Face à la « désaf­fec­tion glo­bale », Rdiha Sahiri voit la can­di­da­ture de membres du Dal comme l’oc­ca­sion de réveiller les consciences. « Il y a une offre nou­velle et dif­fé­rente. On parle de la réa­lité des pro­blèmes des gens, ce qu’ils ren­contrent dans leur quo­ti­dien. Comme le Dal est nou­veau, il apporte des ouver­tures nou­velles et une nou­velle façon de faire valoir les droits des loca­taires auprès des bailleurs », estime-t-elle.

 

 

Jusqu’au 11 ou 12 décembre pour voter

 

Si le Dal est plus connu pour défendre les droits des sans-logis ou des mal-logés, à l’i­mage des occu­pants de l’im­meuble du 6 rue Jay de Grenoble, Patricia Ospelt n’y voit aucune contra­dic­tion : « Tous les loca­taires HLM peuvent être concer­nés par la vétusté de leur habi­tat, ou, à terme, par une éven­tuelle expul­sion. » Le che­min peut aussi se faire en sens inverse : le migrant “squat­teur” d’au­jourd’­hui peut deve­nir un loca­taire HLM demain.

 

Rdija Sahiri (à gauche) et Patricia Ospelt © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rdija Sahiri (à gauche) et Patricia Ospelt © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le col­lec­tif espère encore pou­voir obte­nir des places auprès des bailleurs sociaux pour mener des actions déjà exis­tantes. Comme, par exemple, obte­nir des docu­ments qu’il dit deman­der en vain concer­nant les démo­li­tions dans les quar­tiers Arlequin, Villeneuve ou autres. Ou récla­mer la mise en place de nou­veaux prêts loca­tifs aidés d’intégration (PLAI) pour des loge­ments réser­vés aux per­sonnes en très grande pré­ca­rité.

 

Autres struc­tures can­di­dates pour la SDH comme pour Actis : la CLCV, Indecosa CGT, la CNL, la CSF et la Confédération géné­rale du loge­ment (CGL). Le temps presse, puisque les loca­taires d’Actis ont jus­qu’au 11 décembre pour faire valoir leurs voix, et ceux de la SDH jus­qu’au 12 décembre.

 

Florent Mathieu

 

 

* Respectivement : Consommation loge­ment cadre de vie, Confédération natio­nale du loge­ment et Confédération syn­di­cale des familles.

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
1865 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.