Procès contre la démolition du 20 galerie de l’Arlequin : les requérants veulent éviter de faire capoter le projet Anru

sep article

FIL INFO – En procès contre la démolition de l’immeuble du 20 galerie de l’Arlequin, les militants du collectif contre les démolitions et de l’association des Résidents du 10-20 proposent d’ajouter un avenant à la Convention du nouveau projet de renouvellement urbain, prochainement signée. But : ne pas compromettre les investissements prévus pour réhabiliter plus de 4 000 logements. Ils invitent les habitants des deux Villeneuve à « construire ensemble une autre solution » lors d’une assemblée populaire ce lundi 1er octobre.

 

 

En procès contre la démolition du 20 galerie de l'Arlequin de la Villeneuve, les militants proposent la rédaction d'un avenant à la convention Anru.Affiche contre la démolition du 20 galerie de l'Arlequin © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Affiche contre la démolition du 20 galerie de l’Arlequin. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Le projet de démolition de l’immeuble du 20 galerie de l’Arlequin dans le quartier de la Villeneuve à Grenoble fait l’objet de trois recours*.

 

Tous les trois déposés par le collectif contre les démolitions imposées et l’association des résidents du 10-20.

 

Ces derniers se sont vus contraints de saisir la justice, après avoir « constaté l’impossibilité de dialogue avec la municipalité et la Métropole de Grenoble, particulièrement au cours du conseil municipal du 18 juin », rappelaient-ils dans un récent communiqué.

 

 

Un avenant : une sortie par le haut pour les locataires et propriétaires

 

L’annulation de la démolition des 95 logements serait certes un soulagement pour les militants et les derniers locataires du 20 galerie de l’Arlequin qui s’accrochent à leur domicile. Mais, revers de la médaille, ce grain de sable pourrait faire capoter l’ensemble du projet de renouvellement urbain 2015-2027 pour les deux Villeneuve de Grenoble et d’Échirolles.

 

En procès contre la démolition du 20 galerie de l'Arlequin de la Villeneuve, les militants proposent la rédaction d'un avenant à la convention Anru.Conférence de presse contre les démolitions à la Villeneuve

Derrière le CCAS, le 20 galerie de l’Arlequin. DR

Un retard à l’allumage préjudiciable pour 1 680 copropriétaires en attente d’aides substantielles pour démarrer des travaux de rénovation et revaloriser leur bien.

 

Pas de moins 3 000 logements sociaux sont également concernés par les réhabilitations énergétiques dans le cadre de ce renouvellement urbain.

 

« Si les juges venaient à nous donner raison, cela risquerait de mettre à mal la totalité du processus du projet Anru, ce qui n’a jamais été notre objectif, bien au contraire », rappellent les militants dans un communiqué. D’où l’idée, que soutiennent dorénavant les opposants à la démolition du 20, de sortir l’immeuble de la Convention Anru 2 par la rédaction d’un avenant.

 

 

Une assemblée populaire, ce lundi 1er octobre pour en débattre

 

« Cette solution de bon sens n’a rien d’extraordinaire », soulignent les militants. À telle enseigne que le projet de l’Anru 1 avait fait l’objet d’un avenant en date du 30 novembre 2012.

 

En procès contre la démolition du 20 galerie de l'Arlequin de la Villeneuve, les militants proposent la rédaction d'un avenant à la convention Anru.Rassemblement des militants contre les démolitions à la Villeneuve, de l'association des résidents du 10/20 Galerie de l'Arlequin, et du Droit au logement (DAL) 38, lundi 6 novembre 2017, devant la mairie de Grenoble. © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr

Rassemblement des militants contre les démolitions à la Villeneuve, de l’association des résidents du 10-20 galerie de l’Arlequin et Dal 38, lundi 6 novembre 2017 devant la mairie de Grenoble. © Séverine Cattiaux – Placegrenet.fr

Cet avenant a fait annuler la réhabilitation de la totalité du 110 Arlequin et mis un terme à la démolition de treize logements du 10-20 et sept autres au 110 Arlequin.

 

En vue d’échanger avec les copropriétaires, les syndics, les locataires et tous les habitants de la Villeneuve de Grenoble et d’Échirolles, le collectif animera une assemblée populaire ce lundi 1er octobre à 19 heures, salle 150.

 

« Ce sera aussi l’occasion d’informer encore beaucoup de personnes sur tout le sens de notre mobilisation, précise Virgile Gavillet, et d’expliquer les promesses non tenues de la Scic Habitat Rhône Alpes auprès des locataires du 10-20 de la galerie de l’Arlequin. »

 

 

SC

 

 

 

 

commentez lire les commentaires
1371 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.