La Métropole grenobloise lance son premier schéma directeur des espaces économiques

sep article
Vercors Music Festival du 4 au 7 juillet 2019 à Autrans

FIL INFO – Compétente depuis 2015 en aménagement des zones économiques, la Métropole grenobloise dispose désormais d’une boussole pour son développement sur les dix prochaines années : un schéma directeur des espaces économiques métropolitains. Objectif : anticiper pour mieux orienter l’accueil des nouvelles entreprises vers la meilleure destination… sur un territoire contraint géographiquement.

 

 

Iconographie issue du schéma directeur des espaces économiques métropolitains de la Métropole de Grenoble. DR

Iconographie issue du schéma directeur des espaces économiques métropolitains de la Métropole de Grenoble. DR

Que ce soit en matière de foncier ou de locaux disponibles, l’espace économique du territoire métropolitain grenoblois frôle l’asphyxie.

 

Les conditions d’accueil des entreprises (desserte numérique, mobilité…) dans les 80 zones d’activités que dénombre le territoire sont très inégales et certains sites vieillissants.

 

Des problématiques préoccupantes que ne se cache pas la Métropole grenobloise et auxquelles la collectivité envisage de s’attaquer sans attendre… en appliquant son tout nouveau « schéma directeur des espaces économiques métropolitains ». Lequel a été approuvé à l’unanimité lors du conseil métropolitain du 28 septembre dernier.

 

 

Cinq enjeux… et dix-huit axes de travail

 

« Nous souhaitons offrir de nouvelles possibilités d’implantation d’entreprises mais avec une répartition plus équilibrée de l’offre », souligne Marie-Josée Salat, vice-présidente de la Métropole déléguée à l’économie.

 

Présentation du schéma directeur des espaces économiques métropolitain avec Françoise Cloteau, Guy Jullien, Christophe Ferrari, Marie-Josée Salat DR

Présentation du schéma directeur des espaces économiques métropolitain avec Françoise Cloteau, Guy Jullien, Christophe Ferrari et Marie-Josée Salat. DR

« Nous passons de 5 ha à 70 ha disponibles », estime pour sa part Christophe Ferrari, président de la Métropole grenobloise, dans un commentaire sur sa page Facebook.

 

L’élaboration du schéma directeur a démarré en 2016, consécutivement à la prise en main de la compétence en matière d’aménagement et de gestion des zones économiques par Grenoble-Alpes Métropole.

 

Le travail a consisté à passer au crible l’ensemble des espaces économiques : zones d’activités, quartiers d’affaires tertiaires, pôles économiques urbains, pôles scientifiques, espaces commerciaux… Fruit de la collaboration étroite entre l’agence d’urbanisme de la région grenobloise (Aurg) et la direction du développement économique de la Métropole, cette feuille de route fait ressortir cinq enjeux et pas moins de dix-huit axes de travail, se traduisant eux-mêmes par la mise en œuvre d’actions identifiées.

 

 

« Une vision stratégique pragmatique »

 

Le schéma met également en exergue dix espaces* économiques particulièrement stratégiques pour le rayonnement métropolitain.

 

Sites stratégiques pour l'économie de la Métropole grenobloise. Iconographie issue du schéma directeur des espaces économiques métropolitains de la Métropole de Grenoble. DR

Les 10 sites stratégiques pour l’économie de la Métropole. Iconographie issue du schéma directeur des espaces économiques métropolitains de la Métropole de Grenoble. DR

« Avec ce document, nous nous dotons du potentiel nécessaire pour l’avenir, nous proposons une vision stratégique pragmatique », se félicite Christophe Ferrari.

 

Afin de suivre l’élaboration du schéma, susceptible d’évoluer, un comité de pilotage a été constitué. Il comprend des élus de la métropole et de communes, ainsi que des représentants des chambres consulaires, de la Fnaim Entreprises et des sociétés d’économie mixte (Sem) Innovia et Elégia,

 

SC

 

 

* Quatre parcs industriels et six espaces tertiaires et technologiques vont faire l’objet d’aménagements particulièrement soignés. Côté industrie, les espaces concernés sont la zone Actipôle, les zones industrielles de Domène-Malvaison, le parc industriel urbain du Rondeau et le parc industriel Grand Sud. Sur le volet tertiaire et technologie, les zones à fort potentiel sont Grenoble Presqu’île-Bouchayer Viallet, CHU-Campus Universitaire, Inovallée, l’hyper-centre de la Métropole, le cours de l’Europe et le pôle d’échanges et de services de la gare d’Échirolles.

 

commentez lire les commentaires
1561 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Ah bon ? Vous avez des chiffres pour étayer votre argumentation ? Parce que le gros doigt mouillé pour indiquer la direction, ça dépend du sens du vent…

    sep article
  2. Vu que les boites y pensent à deux fois pour s’implanter vu la difficulté à venir en voiture et l’absence de ligne de train digne de ce nom, cela sera donc de la start up locale et de la puissance publique (labos, …)
    Question « bête », ont ils associés l’offre de transports en commun (et non pas vélo…) à ces sites.

    sep article
    • Et dire que 58% des déplacements domicile-travail de moins d’1km se font en voiture (étude INSEE https://www.insee.fr/fr/statistiques/2557426 ). C’est clair qu’il faut un tram pour faire une telle distance. Continuez comme ça, vous êtes un génie avec un gilet jaune sur le tableau de bord j’imagine !

      sep article
  3. Avec l’innaccessibilité de #Grenoble méthodiquement organisée par la municipalité #Piolle et sa majorité à la Métropole de Grenoble, faudrait-il encore que les entreprises préfèrent s’installer plutôt à Grenoble qu’à Lyon ou Chambery par exemple.

    sep article