La tarente de Maurétanie s’implante à Grenoble : une alliée pour lutter contre les moustiques ?

sep article

FIL INFO – La tarente de Maurétanie s’installe durablement sur le territoire grenoblois, fait savoir la Ligue pour la protection des oiseaux. Ce gecko de taille moyenne, parfaitement inoffensif, se nourrit principalement d’insectes ou d’araignées, et peut notamment se révéler fort utile dans la lutte contre les moustiques.

 

 

La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO Isère) est formelle : non seulement la tarente de Maurétanie est présente sur le territoire grenoblois, mais cette espèce de gecko est même de plus en plus implantée sur le territoire. De façon durable ? Il est permis de le penser, au regard de la hausse des températures favorisée par la densité du réseau urbain, condition à la survie de ces reptiles plus habitués au climat méditerranéen.

Une tarente de Maurétanie à Grenoble, sous le feu des projecteurs © Iserette André

Une tarente de Maurétanie à Grenoble, sous le feu des projecteurs © Iserette André

 

Menées durant le mois d’août 2018, des « soirées de prospection » ont permis de mieux identifier les zones où réside l’animal. Résultat ? Pas moins de 37 tarentes de Maurétanie ont été identifiées. « La majorité d’entre elles se trouve dans les quartiers de la préfecture et de Chorier-Berriat, avec respectivement 21 et 10 tarentes observées dont deux juvéniles », précise la LPO. La Porte de France et le quartier Europole sont également concernés.

 

À noter que le sud-est d’Eybens compte aussi parmi les lieux de résidence de la tarente, avec la possibilité que les populations observées soient reliées entre elles.

 

La LPO entend prochainement enquêter sur cette question, tout en menant ses investigations dans d’autres secteurs. « D’autres recherches auront lieu du côté de l’Île Verte, au nord-est et à Seyssinet-Pariset », précise-t-elle ainsi.

 

 

Une espèce inoffensive et discrète

 

Contrairement à d’autres geckos, la tarente de Maurétanie présente une couleur quasiment uniforme sur l’ensemble de sa peau, oscillant entre le beige et le brun selon les moments de la journée. Ses protubérances, sa longue queue et ses pupilles verticales – l’une de ses particularités premières – lui donnent une apparence singulière, mais somme toute sympathique.

 

Prête à bondir ? Pas de panique : la tarente de Maurétanie n'est dangereuse que pour les insectes ou les araignées © Rémi Fonters

Prête à bondir ? Pas de panique : la tarente de Maurétanie n’est dangereuse que pour les insectes ou les araignées. © Rémi Fonters

 

Avec ses 15 centimètres de long tout au plus, la tarente de Maurétanie reste une espèce de gecko de taille moyenne. Et que les herpétophobes se rassurent, lorsque le reptile facétieux les fait sursauter en croisant leur chemin : elle est parfaitement inoffensive, sauf pour les araignées et les insectes qui constituent son régime alimentaire. De ce fait, elle peut même représenter une précieuse alliée dans la lutte contre certaines espèces fort déplaisantes, telles le moustique voire le moustique tigre. Une raison de plus pour ne pas s’en inquiéter et a fortiori ne pas la tuer.

 

De plus, l’animal est du genre timide. La LPO rappelle ainsi que sa coloration lui permet de se dissimuler dans les milieux rocheux, tandis que ses lamelles digitales lui assurent beaucoup d’aisance pour grimper sur les parois verticales ou se déplacer sous les surplombs, afin d’échapper aux regards. C’est pourquoi la LPO appelle chacun à faire part de ses observations sur le site Faune Isère, afin d’aider les chargés d’études dans leurs recherches.

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
3236 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.