La République en Marche Isère fourbit ses armes pour conquérir Grenoble et sa métropole

sep article



FOCUS – La République en Marche affûte ses arguments en prévision des élections municipales et métropolitaines de 2020. Son bras armé pour la conquête de la Métropole ? Un comité de projet soutenu par les cinq parlementaires isérois, chargé de lancer des groupes de travail, de la formation et une Grande marche locale. L’objectif ? Proposer une « alternative ambitieuse et réaliste aux citoyens de la Métropole grenobloise ».

 

 

De gauche à droite : Olivier Véran, Pierre Anger, Philippe Chevalier, Aline Blanc-Tailleur, Jean-Pierre Arroyo, Catherine Kamowski et Émilie Chalas. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Olivier Véran, Pierre Anger, Philippe Chevalier, Aline Blanc-Tailleur, Jean-Pierre Arroyo, Catherine Kamowski et Émilie Chalas. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Aujourd’hui, nous ne sommes pas là pour vous par­ler de têtes de listes, de per­sonnes… Nous sommes là pour une pre­mière étape, pour expo­ser la méthode avec laquelle nous allons tra­vailler », com­mence par expli­quer Jean-Pierre Arroyo, le réfé­rent en Isère de La République en marche (LREM).

 

Ceux qui étaient venus ce ven­dredi 6 juillet à la confé­rence de presse – orga­ni­sée par les ani­ma­teurs* du « comité de pro­jet métro­po­li­tain » – sur les objec­tifs et la vision de LREM en Isère en vue des élec­tions muni­ci­pales et métro­po­li­taines de 2020 en seront donc pour leurs frais. Motus et bouche cou­sue, aucune per­son­na­lité ne fera demain les gros titres de la presse, pas de can­di­da­tures décla­rées. En tout cas, pas encore et de sur­croît pas avant les élec­tions euro­péennes de 2019. De fait, dans le groupe, aucune tête connue ne dépasse. « Le but, ce n’est pas d’être connu mais de tra­vailler sur des pro­jets ! », insiste un des membres du comité.

 

Quant à la méthode dont il est ques­tion, ne bou­gez pas, sur­tout on ne change rien ! Ce qui a déjà fonc­tionné fonc­tion­nera encore et tou­jours, le réfé­rent dépar­te­men­tal en est per­suadé. Si on ne change pas une équipe qui gagne, on ne voit pas pour­quoi on n’ap­pli­que­rait pas à l’é­che­lon local métro­po­li­tain la recette de « la Grande marche » qui a déjà per­mis de rem­por­ter l’é­lec­tion pré­si­den­tielle et les élec­tions légis­la­tives de 2017.

 

 

Former les citoyens à la complexité de la Métropole

 

L’objectif de ce comité ? « Proposer une alter­na­tive ambi­tieuse et réa­liste aux citoyens de la Métropole gre­no­bloise » repo­sant, ni plus, ni moins sur le trip­tyque groupes de tra­vail thé­ma­tiques – for­ma­tion des par­ti­ci­pants – consul­ta­tion citoyenne. Avec, dans le col­li­ma­teur pour ce qui concerne la ville-centre, Éric Piolle mais aussi Alain Carignon.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
3913 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Bonjour
    Beaucoup cherche un poste ‚une place sur une liste, un bou­lot ‚une sub­ven­tion pour son asso­cia­tion.…..
    Mais par contre comme tou­jours à Grenoble les com­pé­tences ne sont tou­jours pas au ren­dez-vous.
    Les per­dants, comme tou­jours , seront les Grenoblois …
    BENYOUB.A

    sep article
  2. Des têtes nouvelles…certains seront contents. Pour ma part je suis content de voir une oppo­si­tion naître en face de Piolle même si l’éclatement avec les autres listes me ques­tionne

    Que connaissent-ils de Grenoble fina­le­ment ces mar­cheurs ?
    Y ont ils vécu au moins ?
    Veran vit à Corenc, Chalas dont la décla­ra­tion de reve­nus à l’HAG me laisse pan­tois est sur­tout connue à Moirans, elle n’est pas au niveau d’un Veran, d’autres habitent Seyssins et même adjoint au Maire…mais où donc se cache Patrick Lévy ?
    Et là je ver­rai si on me dit super c’est du renou­veau parce que ce sont au contraire les vieilles méthodes : élus dans une bour­gade pour aller cher­cher la ville centre…et évi­dem­ment les dépu­tés servent de VRP de luxe.
    Ce qui est dom­mage c’est ce manque de coa­li­tion : ce qui reste du PS du côté des lieu­te­nants Destot dont Noblecourt proche d’en marche, les cen­tristes Gemmani bébé Destot, LREM avec Véran (ancien PS soit dit en pas­sant et ancien col­la­bo­ra­teur de Fioraso elle aussi bébé Destot), bref quand le patriarche sor­tira en off il les rap­pro­chera peut être ou pas ! C’est pour­tant leur seule issue pour ten­ter de rem­por­ter les élec­tions face à Piolle et Carignon

    sep article