Visées par un incendie, puis expulsées d’un squat, des familles roms ont été relogées dans un gymnase

sep article



FOCUS – Plusieurs familles de Roms qui avaient quitté le quartier Mistral suite à l’incendie criminel de leur campement ont été expulsées le 4 juillet du nouveau terrain qu’elles occupaient, rue Antoine Polotti. Avant d’être relogées dans le gymnase Alphonse Daudet au sein du quartier Malherbe.

 

 

Les Roms habitant rue Antoine Polotti ont été expulsés de leur campement par les forces de l'ordre le 4 juillet au matin. Crédit photo : Samuel Ravier.

Les Roms habi­tant rue Antoine Polotti ont été expul­sés de leur cam­pe­ment par les forces de l’ordre le 4 juillet au matin. © Samuel Ravier – Placegrenet.fr

Après le 85 cours de la Libération, la rue Antoine Polotti. Visiblement, le début de juillet est pro­pice aux expul­sions.

 

Le 3 juillet au matin, la pré­fec­ture ordon­nait en effet aux der­nières familles encore pré­sentes dans les pré­fa­bri­qués du cours de la Libération de quit­ter les lieux. Au même moment, la Ville de Grenoble pre­nait un arrêté d’in­sa­lu­brité avec injonc­tion d’ex­pul­sion immé­diate visant un squat de la rue Antoine Polotti, où habi­taient depuis peu une cin­quan­taine de Roms.

 

Tous étaient arri­vés là, dans cette rue étroite à proxi­mité de l’au­to­route et du cours Berriat, suite à un incen­die. Le 9 juin, au beau milieu de la nuit, un groupe de jeunes gens avait en effet mis le feu au cam­pe­ment qu’ils occu­paient dans le quar­tier Mistral. Les Roms, qui vivaient sur le site depuis deux ans, n’ont eu d’autre choix que de par­tir.

 

 

La sécurité des occupants en danger rue Polotti ?

 

La Ville de Grenoble a cepen­dant consi­déré que le tène­ment privé sur lequel ils étaient désor­mais ins­tal­lés rue Antoine Polotti n’é­tait pas une solu­tion satis­fai­sante. En cause, la sécu­rité des per­sonnes qui n’é­tait pas assu­rée suite à un autre incen­die ayant ravagé les lieux il y a quelques années. Principal dan­ger redouté : un risque d’ef­fon­dre­ment ou de chute de tuiles.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
2722 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ping : French Chronicle … - rroma.org

  2. 1 – autant que je sache, Yvon Sellier fait par­tie de la Patate Chaude, qui, certes, fait par­tie de la CISEM, mais il ne parle pas en son nom.
    2 – si les Roms étaient à l’ex­té­rieur du bâti­ment de la rue Polotti, vu les orages qui se sont déchai­nés et vont encore se déchai­ner, il valait peut être mieux qu’ils soient à l’a­bri dans un gym­nase, même trop chaud et mal­com­mode.
    3 – c’est la pré­fec­ture qui doit s’oc­cu­per de leur trou­ver un héber­ge­ment pérenne. Il est grand temps qu’elle se bouge …
    Où est la fra­ter­nité tant prô­née par les poli­to­logues de LREM ? beau­coup de bla­bla mais pas d’actes.

    sep article