Condamnations una­nimes et malaise chez les contes­ta­taires après les dégra­da­tions à l’u­ni­ver­sité de Grenoble

Condamnations una­nimes et malaise chez les contes­ta­taires après les dégra­da­tions à l’u­ni­ver­sité de Grenoble

FOCUS – Le déblo­cage du Centre de langues vivantes (CLV) sur le cam­pus de Saint-Martin-d’Hères n’a pas été sans mau­vaises sur­prises. Les tags et des­truc­tions de maté­riel pour­raient repré­sen­ter plus d’un mil­lion d’eu­ros de dégâts, estime l’Université Grenoble-Alpes. Des dégra­da­tions coû­teuses qui sus­citent indi­gna­tion et condamnations.

« Plus que 20 m2 de dégra­da­tions et BFM fait le dépla­ce­ment », pro­clame l’un des (très) nom­breux tags figu­rant sur les murs du bâti­ment occupé durant plu­sieurs semaines du Centre de langues vivantes (CLV), sur le cam­pus de Saint-Martin-d’Hères. Message lucide s’il en est : de BFMTV au Parisien, en pas­sant par Valeurs actuelles ou Libération, la presse natio­nale a lar­ge­ment relayé les dégâts consta­tés… quitte par­fois à citer en boucle la même dépêche AFP.

Un tag du CLV largement relayé... et prémonitoire . DR

Un tag du CLV lar­ge­ment relayé… et pré­mo­ni­toire . DR

« Ces tags ne sont pas du fait de l’assemblée géné­rale, ce sont des per­sonnes qui ont pris indi­vi­duel­le­ment cette ini­tia­tive », a insisté auprès de Place Gre’net Jean-Loup de Saint-Phalle, du syn­di­cat Solidaires Étudiants. Et le syn­di­ca­liste de regret­ter que les dégra­da­tions passent avant le mes­sage poli­tique porté par les étu­diants blo­queurs. Avant d’ac­cu­ser, comme d’autres récem­ment, le pré­sident de l’Université Grenoble-Alpes (UGA) Patrick Lévy de les instrumentaliser.

Les dégra­da­tions n’en sont pas moins bien réelles, comme en témoignent les nom­breuses pho­to­gra­phies ou vidéos qui cir­culent dans la presse autant que sur les réseaux sociaux. Murs et sol tagués, maté­riel infor­ma­tique van­da­lisé… Les dégâts sont esti­més à plus d’un mil­lion d’eu­ros et le CLV ne devrait pas être en mesure de rou­vrir avant 2019. Quelle prise en charge des assu­rances ? Sollicitée, l’Université Grenoble-Alpes n’a pas donné suite à notre demande d’entretien.

Condamnation du Conseil régional

Les réac­tions n’ont, elles, pas tardé. À com­men­cer par celle du Conseil régio­nal Auvergne-Rhône-Alpes, qui condamne dans un com­mu­ni­qué les dégra­da­tions, qua­li­fiées de « sac­cage sys­té­ma­tisé » et « spec­ta­cu­laire ». « Sous cou­vert d’une vision roman­tique de l’opposition au pro­jet de loi Vidal, c’est en réa­lité une into­lé­rable poli­tique du chaos qui s’est orga­ni­sée à l’intérieur des locaux », juge ainsi le Conseil régional.

Le Centre de langues vivantes tagué après occupation. DR

Le Centre de langues vivantes tagué durant l’oc­cu­pa­tion. DR

Signifiant son enga­ge­ment auprès des uni­ver­si­tés, qui « par­ti­cipent au rayon­ne­ment et à l’attractivité du ter­ri­toire », la Région affirme encore qu’elle se « tient prête pour étu­dier les moda­li­tés afin d’aider les étu­diants gre­no­blois à retrou­ver le plus rapi­de­ment pos­sible un cadre d’enseignement décent ». Tout en appe­lant à ce que les res­pon­sables des dégra­da­tions consta­tées soient « retrou­vés et punis avec la plus sévère rigueur ».

« Les sales connards des par­tis de gauche et d’ex­trême gauche »

Sans sur­prise, les étu­diants oppo­sés aux blo­cages expriment leur colère sur les réseaux sociaux. Le groupe Facebook Contre les blo­cages à l’UGA moque ainsi le mou­ve­ment de mobi­li­sa­tion : « Rappelons que ces révo­lu­tion­naires du dimanche font de la hausse du bud­get de l’en­sei­gne­ment supé­rieur leur prio­rité. Admirez l’es­time qu’ils ont pour le bien public », écrit-il. Avant d’at­tendre une « fer­meté totale » de l’UGA à la ren­trée universitaire.

Tag du CLV. DR

Tags du CLV : « Zbeul par­tou » ou bor­del par­tout (de l’a­rable « zebl » « fumier, ordure ») et « Keur (abré­via­tion de cœur par exemple dans les SMS) avec les doigts » – DR

La charge la plus vio­lente pro­vient pro­ba­ble­ment du direc­teur du DLST (Département Licence Sciences et Technologies) de l’UGA. Sur sa page Facebook, sans res­tric­tion d’ac­cès, ce der­nier n’a jamais ménagé ses insultes, sou­vent réci­proques, contre les étu­diants bloqueurs. 

Il s’ex­clame face aux dégra­da­tions du CLV : « J’attends main­te­nant de voir ce que les sales connards des par­tis de gauche et d’ex­trême gauche et des syn­di­cats non réfor­mistes qui ont plei­ne­ment sou­tenu cette occu­pa­tion […] vont pou­voir nous dire. » Avant de décrire en com­men­taire « une bande de porcs et de voyous » au sein du mou­ve­ment étu­diant… et des syn­di­cats jugés complices.

Les Jeunes insou­mis se déso­li­da­risent des dégradations

Si le ton est évi­dem­ment dif­fé­rent, la condam­na­tion n’est pas moins sans équi­voque du côté des Jeunes Insoumis de Grenoble. Sur Facebook à son tour, le mou­ve­ment écrit ainsi « condam­ner réso­lu­ment les dégra­da­tions com­mises dans et autour du CLV par une poi­gnée de libé­raux-liber­taires ». Des agis­se­ment que les jeunes insou­mis veulent clai­re­ment dis­tin­guer du mou­ve­ment de contes­ta­tion contre la loi Vidal.

Tags du CLV. DR

Tags du CLV. « Grenoble, capi­tale du Zbeulistan » (Grenoble, capi­tale du “Bordelistan”) DR

Une prise de posi­tion qui ne manque pas de sus­ci­ter des débats entre insou­mis dans les com­men­taires mêmes du sta­tut Facebook. « Pour l’u­nion de la gauche, on repas­sera », s’a­gace ainsi une inter­naute. Suscitant une réponse sans appel : « L’unité a été rom­pue par ceux qui ont dégradé en igno­rant les déci­sions col­lec­tives ». Alors que le mou­ve­ment doit reprendre à la ren­trée sur le cam­pus, le débat sur les modes d’ac­tion et de repré­sen­ta­ti­vité semble des­tiné à perdurer.

Florent Mathieu

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Alan Confesson a inauguré le nouvelle borne d'eau potable installée place Championnet. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Budget par­ti­ci­pa­tif : la Ville de Grenoble inau­gure une nou­velle borne-fon­taine d’eau potable place Championnet

FOCUS - La Ville de Grenoble a inauguré, lundi 22 juillet 2024, une nouvelle borne-fontaine d'eau potable, place Championnet. L'aboutissement du projet La Grenobloise, lauréat Lire plus

Isère : plus de 13 000 lettres non dis­tri­buées retrou­vées chez un fac­teur qui écour­tait ses tour­nées depuis un an

FLASH INFO - Plus de 13 000 lettres ont été découvertes, le 10 juillet 2024, dans le garage d'un facteur, à L'Isle-d'Abeau (Isère). Celui-ci les Lire plus

Le patou : une aide devenue indispensable pour les bergers.
Vercors : une ran­don­neuse atta­quée par plu­sieurs patous et secou­rue par hélicoptère

FLASH INFO - Une femme de 35 ans a été attaquée par plusieurs patous - les chiens protégeant les troupeaux en alpage - alors qu'elle Lire plus

Emplois possiblement fictifs à la Région: l'opposition tire à boulets rouges sur Laurent Wauquiez
Dîner des som­mets : la liste des invi­tés dif­fu­sée, l’op­po­si­tion s’in­ter­roge sur une « fuite orga­ni­sée » par Laurent Wauquiez

FOCUS - Lyon Mag a révélé, lundi 22 juillet 2024, la liste des 91 invités au “dîner des sommets” organisé par Laurent Wauquiez en juin Lire plus

Deux jeunes Grenoblois lancent le Cercle Paul-Mistral, nou­velle asso­cia­tion visant à refon­der une pen­sée de gauche

EN BREF - Un doctorant à l'Université Grenoble Alpes (UGA) et un étudiant à Sciences Po Grenoble ont annoncé, à la mi-juillet 2024, le lancement Lire plus

Un habitant d'Échirolles dénonce une copropriété "transformée en point de deal" cours Jean-Jaurès
Échirolles : un homme poi­gnardé et une femme per­cu­tée volon­tai­re­ment par un four­gon à 24 heures d’intervalle

FLASH INFO - Un homme de 51 ans a été blessé à coups de couteau, à Échirolles, samedi 20 juillet 2024 au soir. La suspecte, Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !