Les deux élus de Grenoble et le président du syndicat mixte des transports en commun réclament plus de moyens financiers et réglementaires.

Pollution de l’air : le maire de Grenoble et le pré­sident de la Métropole appellent à un « sur­saut de l’État »

Pollution de l’air : le maire de Grenoble et le pré­sident de la Métropole appellent à un « sur­saut de l’État »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FIL INFO – Alors que la Commission euro­péenne vient d’an­non­cer sa déci­sion de défer­rer la France devant la Cour de jus­tice de l’Union euro­péenne, du fait de son inca­pa­cité à lut­ter contre la pol­lu­tion de l’air, le maire de Grenoble, le pré­sident de la Métro et le pré­sident du syn­di­cat mixte des trans­ports en com­mun en appellent à un sur­saut de l’État. Et réclament une nou­velle fois plus de moyens finan­ciers et réglementaires.

De gauche à droite : Éric Piolle, Yann Mongaburu et Christophe Ferrari. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Éric Piolle, Yann Mongaburu et Christophe Ferrari. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le maire de Grenoble, le pré­sident de la Métropole et le pré­sident du syn­di­cat mixte des trans­ports en com­mun de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise se réjoui­raient presque de la déci­sion de la Commission euro­péenne de défer­rer la France devant la Cour de jus­tice de l’Union européenne.

En cause, l’in­ca­pa­cité de l’Hexagone à lut­ter contre la pol­lu­tion de l’air, et notam­ment les dépas­se­ments chro­niques des seuils régle­men­taires du dioxyde d’a­zote, ce pol­luant essen­tiel­le­ment issu du tra­fic routier.

Dans un com­mu­ni­qué com­mun, Eric Piolle (EELV), Christophe Ferrari (ex-PS) et Yann Mongaburu (EELV) appellent ainsi à un « sur­saut de l’État », après la déci­sion de Bruxelles de mettre poten­tiel­le­ment la France à l’a­mende, suite à des années d’a­ver­tis­se­ments et de mises en demeure sans lendemain.

Grenoble réclame pus de moyens régle­men­taires et financiers

« Nous sommes prêts à ren­for­cer la tran­si­tion, à accé­lé­rer la mise en œuvre des pro­jets enga­gés et de nou­velles règles du jeu, à accom­pa­gner tou­jours plus les chan­ge­ments de com­por­te­ments, sou­lignent-ils de concert. Nous nous tenons prêts à faire plus et sommes volon­taires si l’État nous en donne les moyens finan­ciers et réglementaires. »

Le marquage au sol signalant la zone à trafic limité. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le mar­quage au sol signa­lant la zone à tra­fic limité. © Joël Kermabon – Place Gre’net

L’État a‑t-il traîné des pieds ? La mise en œuvre des pas­tilles Crit’air avait été pour le moins chao­tique, en proie aux ter­gi­ver­sa­tions de la ministre de l’é­poque, Ségolène Royal. Depuis, le dis­po­si­tif se géné­ra­lise dans une tren­taine de villes en France.

Et tant pis si la cir­cu­la­tion dif­fé­ren­ciée n’a pas encore fait ses preuves quant à ses effets sur la qua­lité de l’air, faute notam­ment de moyens de contrôle

Plus récem­ment, c’est le dis­po­si­tif de zone à cir­cu­la­tion res­treinte, mis en place pour les véhi­cules de mar­chan­dises, qui se heurte à la régle­men­ta­tion actuelle. Les auto­routes et voies rapides sous la res­pon­sa­bi­lité de l’État, dont l’A480, dérogent en effet au dis­po­si­tif. Quant aux moyens de contrôle, impos­sible de mettre en place quoi que ce soit sans tou­cher à la… régle­men­ta­tion. Faut-il pour autant tout mettre sur le dos de l’État ? À Grenoble, la ZCR n’a par ailleurs été mise en place que sur une por­tion res­treinte du ter­ri­toire, “oubliant” la rive droite du Drac, au grand dam des élus des com­munes ignorées…

En vue à Grenoble : l’in­ter­dic­tion du die­sel d’ici 2025

Alors « manque de volonté chro­nique », comme le fus­tige le maire de Grenoble ? « Attendre une condam­na­tion pour agir serait cri­mi­nel, enfonce le pré­sident de la Métro. Il est désor­mais plus que temps que l’État rejoigne les ter­ri­toires dans leur com­bat quo­ti­dien pour un air pur. » 

En vue à Grenoble, l’é­lar­gis­se­ment de la zone basses émis­sions à tous les véhi­cules et l’in­ter­dic­tion du die­sel à l’ho­ri­zon 2025. L’agglomération rêve éga­le­ment d’un RER à la gre­no­bloise, pro­jet de la com­pé­tence de l’État, de la Région et de la SNCF. Avec quelques espoirs ?

En juin pro­chain, le gou­ver­ne­ment devrait pré­sen­ter les mesures anti-pol­lu­tion de la loi sur les mobi­li­tés. Certaines pré­voient d’ac­com­pa­gner finan­ciè­re­ment le déploie­ment des zones à faibles émis­sions dans les ter­ri­toires les plus pollués.

PC

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Les restrictions de circulation se durcissent dans l'agglomération. Premiers concernés, les véhicules de livraison. Mais Grenoble pousse à la roue.
L’agglomération gre­no­bloise veut accé­lé­rer les res­tric­tions de cir­cu­la­tion mais zappe une par­tie du territoire

FOCUS - Au 1er janvier 2019, la circulation sera interdite aux véhicules de livraison les plus polluants sur dix communes de l'agglomération autour de Grenoble Lire plus

Les actions pour lutter contre la pollution de l'air à Grenoble sont jugées en bonne voie mais pas pas toujours suffisantes.
Pollution de l’air : la France défé­rée devant la Cour de jus­tice, Grenoble dans le viseur

FOCUS - Dans le collimateur de la Commission européenne depuis une dizaine d'années pour non-respect des seuils de la qualité de l'air, la France est Lire plus

Les restrictions de circulation se durcissent dans l'agglomération. Premiers concernés, les véhicules de livraison. Mais Grenoble pousse à la roue.
Périmètre trop res­treint, contrôles impos­sibles… les dif­fi­ciles pre­miers pas de la zone à cir­cu­la­tion restreinte

FOCUS - La zone basses émissions de l'agglomération grenobloise sera en 2019 l'une des zones à circulation restreinte les plus larges de France. Mais circonscrite Lire plus

Les restrictions de circulation se durcissent dans l'agglomération. Premiers concernés, les véhicules de livraison. Mais Grenoble pousse à la roue.
Grenoble pousse le die­sel sur une voie de garage et res­treint ses accès… mais l’État freine encore

DÉCRYPTAGE - Depuis 2017, Grenoble interdit l'accès à son centre aux véhicules de livraison de marchandises les plus polluants. En 2019, ce périmètre sera étendu Lire plus

Le public a un mois pour donner son avis sur l'élargissement de la zone à circulation restreinte autour de Grenoble. Visés : les véhicules de livraison.
Coup de pouce de la Métro aux véhi­cules de livrai­son moins pol­luants… de son territoire

Pour bouter le diesel hors du centre-ville de Grenoble, la Métro a mis en place début 2017 une zone à circulation restreinte interdisant la circulation Lire plus

En plus de l'allongement de la durée des concessions, les sociétés autoroutières ont obtenu une hausse des tarifs. Et non le gel...
La pas­tille Crit’air (enfin) offi­ciel­le­ment obli­ga­toire le 1er juillet

La pastille Crit'air sera obligatoire à compter du 1er juillet. Cette vignette catégorise les véhicules du moins au plus polluant en fonction de leur motorisation mais Lire plus

Flash Info

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

|

09/05

12h05

|

|

06/05

20h04

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Abonnement| Un comité de sou­tien mené par Franck Longo pour la réélec­tion d’Émilie Chalas dans la 3e cir­cons­crip­tion de l’Isère

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin