Le cercle « Grenoble nous rassemble » s’étoffe et planche sur les grands équipements et infrastructures

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

FOCUS – Le cercle de réflexion Grenoble nous rassemble mené par Matthieu Chamussy, conseiller municipal Les Républicains, a présenté ce samedi 28 avril ses propositions en matière de grands équipements et d’infrastructures. Le troisième volet d’un cycle de restitutions visant à « alimenter le débat public » avec des sensibilités « républicaines et modérées » soucieuses de rompre avec les postures partisanes. Une manière, aussi, de préparer le terrain dans la perspective – le groupe ne s’en cache pas – des élections municipales de 2020.

 

 

Les melbres du cerle de réflexion lors de la présentation des propositions sur les grandes infrastructures et équipements. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Membres du cercle de réflexion © Joël Kermabon – Place Gre’net

Après ses pre­mières pro­po­si­tions sur la démo­cra­tie locale et les dépla­ce­ments puis la vie quo­ti­dienne et les espaces publics, le cercle de réflexion Grenoble nous ras­semble a pré­senté, ce samedi 28 avril ses pro­po­si­tions concer­nant les grands équi­pe­ments et infra­struc­tures de Grenoble.

 

Fondé en février 2017, ce groupe, qui dénonce la « rudesse du contexte poli­tique gre­no­blois », vise à « ali­men­ter posi­ti­ve­ment le débat public ». L’objectif ? « Que les Grenoblois puissent mesu­rer qu’il y a aussi des gens qui réflé­chissent sur des idées, des pro­jets et qui dressent des pers­pec­tives pour la ville », explique Matthieu Chamussy. L’élu de droite en est convaincu : « Dans ce rude cli­mat poli­tique, si en plus nos conci­toyens avaient le sen­ti­ment qu’il n’y a pas de pers­pec­tives, on ris­que­rait la déses­pé­rance. »

 

 

Un cercle de réflexion qui s’élargit progressivement

 

Au fil des ate­liers, des ren­contres et des res­ti­tu­tions, le cercle s’est pro­gres­si­ve­ment étoffé de per­son­na­li­tés pro­ve­nant de dif­fé­rents hori­zons poli­tiques. Au noyau ini­tial – que consti­tuaient Matthieu Chamussy, Sylvie Drulhon, ancienne adjointe de l’é­quipe Destot, et Guy Waltispserger ancien pré­sident du Comité de liai­son des unions de quar­tier (Cluq) – se sont ral­liés, en février der­nier, Christian Bec (Les Républicains) et Marie-Claire Nepi (Modem), elle aussi ancienne adjointe sous l’ère Destot.

 

Les membres de Grenoble nous rassemble au grand complet. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les membres de Grenoble nous ras­semble au grand com­plet. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

À l’oc­ca­sion de cette nou­velle res­ti­tu­tion, « une étape impor­tante » sou­ligne Matthieu Chamussy, deux autres per­son­na­li­tés ont encore inté­gré le cercle. Sylvie Pellat-Finet, qui siège aux côtés de Matthieu Chamussy sur les bancs de l’op­po­si­tion muni­ci­pale, se féli­cite ainsi de « pou­voir contri­buer à l’é­cri­ture d’un pro­jet pour Grenoble ». Se décla­rant « pas­sion­née d’é­co­no­mie au sens large », cette der­nière affirme n’a­voir pas beau­coup hésité avant de ral­lier le cercle de réflexion. « Grenobloise de souche », elle confie avoir « beau­coup de mal à voir se dégra­der la ville ».

 

 

« Je n’emmène pas avec moi La République en marche » précise Pascal Garcia

 

Mais le ral­lie­ment sur­prise est bien celui de Pascal Garcia, de sen­si­bi­lité centre-gauche, adhé­rent de… La République en marche (LREM) et ancien membre de l’é­quipe Destot. Celui-ci se déclare séduit par « le tra­vail concret de réflexion dans un esprit de ras­sem­ble­ment dans le res­pect des dif­fé­rentes sen­si­bi­li­tés » pro­posé par Matthieu Chamussy.

 

de Gauche à droite : Sylvie Pellat-Finet, Mattheiu Chamussy, Pascal Garcia et Sylvie Drulhon. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite, Sylvie Pellat-Finet, Matthieu Chamussy, Pascal Garcia et Sylvie Drulhon. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Une démarche « qui res­semble à ce qui se passe au niveau natio­nal, dans l’es­prit du temps, estime Pascal Garcia, pour moins de poli­tique poli­ti­cienne, moins d’idéologie sté­rile, moins de pos­tures et plus de prag­ma­tisme et d’ef­fi­ca­cité dans les pro­po­si­tions ». Celui-ci, flai­rant sans doute l’é­ven­tua­lité d’une embus­cade, démine le ter­rain :

 

« Je viens dans ce ras­sem­ble­ment mais à titre per­son­nel […] Je ne suis man­daté par per­sonne, je n’emmène pas avec moi La République en marche ! », se défend pru­dem­ment Pascal Garcia.

 

 

Donner un nouvel élan à Grenoble

 

Quid de cette nou­velle res­ti­tu­tion, fruit de cinq ate­liers por­tant sur les grands équi­pe­ments et infra­struc­tures gre­no­blois ? Tout d’a­bord, un constat. De nom­breuses “friches” cultu­relles ou patri­mo­niales demeurent inex­ploi­tées, explique le cercle de réflexion. Défaut d’en­tre­tien des équi­pe­ments, inves­tis­se­ments insuf­fi­sants, pro­gram­ma­tion de grands évé­ne­ments res­tant à dyna­mi­ser…

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
2755 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Bonjour
    Toute cette équipe devrait venir ramas­ser des canettes avec l’as­so­cia­tion « YES WE CANETTE ».…
    Ils seront plus utiles.
    HEUREUSEMENT que le ridi­cule ne tue pas.….

    BENYOUB.A

    sep article
  2. sep article