Grenoble : les étudiants réunis en assemblée générale ont voté pour étendre les blocages

sep article

Notre indépendance c

FOCUS – Après plus d’une semaine de protestations, le mouvement contre la loi d’Orientation et de réussite des étudiants se poursuit sur le domaine universitaire de Saint-Martin‑d’Hères. Alors que la présidence de l’Université Grenoble-Alpes fait procéder à des déblocages « de manière pacifique et raisonnée », les manifestants n’entendent pas renoncer à leurs revendications. Réunis en assemblée générale ce jeudi, ils ont voté pour étendre leur action dès ce vendredi au bâtiment de Sciences Po et au Département licence sciences et technologies.

 

 

« On conti­nuera à se battre tant que la loi ne sera pas reti­rée. » Les étu­diants de l’Université Grenoble-Alpes (UGA) mobi­li­sés depuis près de dix jours contre la réforme des moda­li­tés d’accès à la fac, n’entendent pas lâcher prise. Et cela, mal­gré la déci­sion de l’é­quipe poli­tique et admi­nis­tra­tive de l’UGA de « pour­suivre les déblo­cages sur tout le cam­pus uni­ver­si­taire de manière paci­fique et rai­son­née ».

 

Le centre de langues vivantes est occupé par les mili­tants de l’UGA depuis mardi der­nier. © Giovanna Crippa

« Les ser­vices tech­niques, non accom­pa­gnés par les forces de l’ordre ou de sécu­rité » errent en effet sur le domaine uni­ver­si­taire afin d’ou­vrir les portes des édi­fices bar­rés, a indi­qué le pré­sident Patrick Lévy dans un cour­rier envoyé à l’en­semble du per­son­nel, ce mer­credi matin.

 

Une action qui, avec l’ac­cord des mani­fes­tants, a per­mis à la direc­tion des res­sources humaines d’ac­cé­der aux locaux de l’an­cienne uni­ver­sité Stendhal afin de pro­cé­der à « son tra­vail de sai­sie des payes ».

 

Un signal timide de reprise de dia­logue ? Pas si sûr… Loin de vou­loir faire marche arrière, les mani­fes­tants n’en­tendent pas céder le ter­rain « conquis ». En l’oc­cur­rence, au-delà des édi­fices de Stendhal, l’UFR Arsh, le bâti­ment Simone Veil ou encore le centre de langues vivantes, occupé depuis mardi der­nier.

 

 

Une assemblée démocratique ?

 

Suite à ces actions, les mani­fes­tants ont convo­qué une nou­velle assem­blée géné­rale, ce jeudi 12 avril. À l’ordre du jour ? Une consul­ta­tion col­lec­tive visant à défi­nir les pro­chaines étapes de la mobi­li­sa­tion, tout en en rap­pe­lant les objec­tifs. Rendez-vous était donc donné à midi devant les accès bar­rés du bâti­ment Stendhal. Un appel auquel ont répondu plu­sieurs cen­taines de per­sonnes (plus de mille, selon les orga­ni­sa­teurs), étu­diants gré­vistes et détrac­teurs de la contes­ta­tion confon­dus.

 

Après plus d’une semaine de protestations, les étudiants de l'UGA ont voté pour étendre les blocages sur le domaine universitaire de Saint-Martin-d’Hères.

Plusieurs cen­taines d’é­tu­diants ont pris part à l’as­sem­blée géné­rale de ce jeudi 12 avril. C’est la troi­sième depuis le début de la mobi­li­sa­tion contre la loi Vidal. © Giovanna Crippa

 

Respect de la démo­cra­tie oblige, les porte-paroles des deux fac­tions adver­saires ont ainsi pu prendre la parole. Alors que les blo­cages se mul­ti­plient sur le domaine uni­ver­si­taire, un nombre crois­sant d’étudiants sem­ble­rait en effet s’opposer à « la forme vio­lente » qu’a prise la pro­tes­ta­tion, relate Tom Denat, pré­sident de l’association Interasso et élu au conseil d’administration de l’UGA.

 

« Les per­sonnes qui ont voté contre lors de la der­nière assem­blée géné­rale n’ont fina­le­ment pas pu s’exprimer parce qu’elles ont été cou­vertes d’insultes et de menaces », dénonce-t-il. Et celui-ci d’interroger : « De plus en plus de bâti­ments sont tou­chés par les blo­cus. Est-il légi­time d’imposer cette déci­sion à l’ensemble des étu­diants ? »

 

D’où le choix de cer­tains d’entre eux de lan­cer des mis­sions noc­turnes de déblo­cage. « Des ini­tia­tives spon­ta­nées » menées par « des étu­diants qui sou­haitent tout sim­ple­ment libé­rer leur propre bâti­ment », affirme Tom Denat, en écar­tant toute reven­di­ca­tion poli­tique. Par ailleurs, une péti­tion, en ligne depuis quelques semaines, deman­dant la fin des blo­cages dépasse les neuf cents signa­tures.

 

 

Les blocages se poursuivent… et se multiplient

 

« Depuis sep­tembre, on demande au gou­ver­ne­ment de reti­rer son plan étu­diant, sauf que celui-ci ne nous entend pas. C’est pour cela qu’on a choisi de se mobi­li­ser mas­si­ve­ment en adhé­rant au mou­ve­ment de contes­ta­tion natio­nal » rap­pellent de leur côté les syn­di­cats Unef et Solidaires étu­diant-es Grenoble. Leur reven­di­ca­tion : exi­ger plus de finan­ce­ments en direc­tion des uni­ver­si­tés pour que ces der­nières puissent accroître leur capa­cité d’accueil. Et cela, sans avoir à recou­rir à des « cri­tères de sélec­tion aléa­toires ».

 

Dans une lettre ouverte à Patrick Lévy, les étu­diants et le per­son­nel de l’UGA mobi­li­sés ont éga­le­ment demandé « d’augmenter la don­née d’appels sur l’interface ParcoursSup pour qu’elle égale le nombre de demandes dépo­sées, per­met­tant ainsi de répondre “oui” à tous les titu­laires du bac­ca­lau­réat qui en font la demande, comme cela s’est fait dans d’autres uni­ver­si­tés ».

 

Après plus d’une semaine de protestations, les étudiants de l'UGA ont voté pour étendre les blocages sur le domaine universitaire de Saint-Martin-d’Hères.

Une large majo­rité d’é­tu­diants (739 pour, 255 contre) a voté pour la recon­duc­tion et l’é­lar­gis­se­ment des blo­cages. © Giovanna Crippa

Autant de causes qui, à juger des résul­tats des votes, ont reçu un large sou­tien de la part des par­ti­ci­pants à l’assemblée. À l’issue de plus de quatre heures de débats, une large majo­rité de mani­fes­tants a en effet voté pour pro­lon­ger les blo­cages des sites déjà “conquis”, tout en pour­sui­vant l’occupation du centre de langues vivantes.

 

Autre déli­bé­ra­tion : l’élargissement des blo­cages au bâti­ment de Sciences Po ainsi qu’au Département licence sciences et tech­no­lo­gies (DLST), ce ven­dredi 13 avril au petit matin. Redoutant cette « intru­sion », les direc­teurs des deux com­po­santes ont vite fermé les édi­fices en ques­tion… quitte à inter­rompre les cours.

 

 

Le personnel enseignant monte au créneau

 

Parallèlement à la consul­ta­tion étu­diante, une autre assem­blée géné­rale avait lieu sur le cam­pus. Environs quatre cents membres du per­son­nel ensei­gnant des UFR de Sciences humaines et sociales se sont réunis pour pro­tes­ter contre la loi ORE et la mise en place de la pla­te­forme Parcours-sup.

 

assemblée du personnel UGA

Assemblée du per­son­nel UGA © Giovanna Crippa – placegrenet.fr

L’occasion, pour ces der­niers, de (ré)affirmer leur sou­tien au mou­ve­ment étu­diant… mais aussi de dénon­cer un manque de trans­pa­rence de la part de la direc­tion.

 

« Depuis le début des mani­fes­ta­tions, l’ad­mi­nis­tra­tion nous incite à dépla­cer les cours sur d’autres bâti­ments. C’est une pro­cé­dure qui lui per­met de contour­ner les blo­cages », explique Isabelle Krzykowski, pro­fes­seur de lit­té­ra­ture com­pa­rée à l’UGA et membre du syn­di­cat Snesup-FSU. Les étu­diants gré­vistes, pour­suit-elle, sont ainsi « péna­li­sés car ils ne suivent pas les cours ».  Et de conclure : « On nous oblige à deve­nir des bri­seurs des grèves ! »

 

 

Giovanna Crippa, cor­res­pon­dante à Saint-Martin-d’Hères

 

 

commentez lire les commentaires
3370 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. « Les étu­diants réunis en AG » ; donc des étu­diants ( com­bien ? com­ment ? ) ont voté le blo­cage des FAC de Grenoble, Combien sur les 15000 – 20 000 étu­diants ont dit oui ? 100 ? 300 ?

    Sympa la démo­cra­tie chez eux, à peine sorti du lycée déjà ultra poli­ti­sés ça fait un bon vivier pour la gauche les FAC

    sep article
  2. sep article
    • PT

      13/04/2018
      8:13

      Ah là, par contre, « les » ne désigne pas les étu­diants en géné­ral mais ceux « réunis en AG » ou « gré­vistes ». Pas de géné­ra­li­sa­tion, donc 😉

      sep article