Bertrand Cantat en concert à Grenoble : Éric Piolle sommé de se positionner

Bertrand Cantat en concert à Grenoble : Éric Piolle sommé de se positionner

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – La venue à Grenoble de Bertrand Cantat pour deux concerts, les 13 et 14 mars, à la Belle élec­trique sus­cite la polé­mique. Tandis qu’une péti­tion réclame l’in­ter­dic­tion des deux spec­tacles, le débat se déplace sur le ter­rain poli­tique et l’op­po­si­tion demande au maire de Grenoble Éric Piolle de se posi­tion­ner clai­re­ment sur la question.

Ce sont des concerts qui font du bruit avant même d’a­voir com­mencé. La venue à Grenoble de Bertrand Cantat, condamné en 2004 pour le meurtre de Marie Trintignant, ne passe pas du tout inaper­çue et sus­cite la polé­mique dans la classe poli­tique comme asso­cia­tive. Les deux concerts doivent se tenir à la Belle élec­trique les mardi 13 et mer­credi 14 mars.

visuel de concert de Bertrand Cantat.

Visuel de concert de Bertrand Cantat.

Sous le nom de « Féministes gre­no­bloises », des mili­tantes ont ainsi lancé une péti­tion deman­dant au maire de Grenoble Éric Piolle de faire inter­dire les concerts. « Nous dénon­çons le choix de pro­gram­mer Bertrand Cantat et ainsi de par­ti­ci­per à la pro­mo­tion de cet artiste, et par là même, de valo­ri­ser un homme connu pour ses actes de vio­lence envers les femmes », clame le texte.

Pour autant, la péti­tion ne ren­contre pas un franc suc­cès : mise en ligne depuis deux semaines, elle avait recueilli, le lundi 5 mars en fin de mati­née, moins de 200 signa­tures. La faute à une dif­fu­sion encore trop confi­den­tielle ? Une péti­tion simi­laire deman­dant l’an­nu­la­tion d’un concert de Bertrand Cantat dans le cadre du fes­ti­val Papillons de nuit (Manche) frôle les… 70 000 signataires.

Des asso­cia­tions divisées ?

Manifestation contre les violences conjugales d'Osez le féminisme 38 © Osez le féminisme 38

Manifestation contre les vio­lences conju­gales d’Osez le fémi­nisme 38 © Osez le fémi­nisme 38

La ques­tion Cantat divise. Ainsi, la Plateforme des droits des femmes de l’Isère, col­lec­tif regrou­pant plu­sieurs asso­cia­tions ou for­ma­tions poli­tiques, n’a pu se mettre d’ac­cord sur une posi­tion offi­cielle. « Nous avons eu des débats assez com­pli­qués, parce que nous sommes tra­ver­sés par les mêmes débats que la société : est-ce qu’il a purgé sa peine ? Est-ce que l’on est pour la liberté artis­tique ? », nous confie Alice, membre de la Plateforme.

Faute de posi­tion una­nime, c’est à titre indi­vi­duel que des représentant(e)s de la Plateforme ont signé la péti­tion. Ce n’est pas le cas de l’as­so­cia­tion Osez le fémi­nisme 38, qui appelle clai­re­ment à y appo­ser son paraphe.

Un ras­sem­ble­ment est censé se tenir le 13 mars devant la Belle élec­trique, à l’oc­ca­sion du pre­mier concert du chan­teur. Là encore, faute d’être por­tée par une orga­ni­sa­tion défi­nie, la pro­mo­tion de ce mou­ve­ment reste encore confi­den­tielle. Contacté par Place Gre’net, Osez le fémi­nisme 38 pré­cise par ailleurs qu’elle ne sera pas pré­sente à ce ras­sem­ble­ment. « Nous consi­dé­rons que cela risque de créer de fortes ten­sions », expliquent les militantes.

Éric Piolle refuse de prendre position

Sur le ter­rain poli­tique, la tenue de ces concerts pose aussi ques­tion. Annoncée depuis déjà plu­sieurs semaines, la tenue de ces concerts avait déjà fait débat lors du conseil muni­ci­pal de Grenoble du 5 février. « La pro­gram­ma­tion de ce concert entache les valeurs de notre ville », n’a­vait pas hésité à lan­cer le conseiller muni­ci­pal Patrice Voir, avant de deman­der à Éric Piolle de s’ex­pri­mer sur la question.

Corinne Bernard, adjointe à la Culture © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Corinne Bernard, adjointe à la Culture © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Côté majo­rité muni­ci­pale, la gêne est pal­pable. Car la Belle élec­trique n’est pas une salle de spec­tacles comme les autres : l’as­so­cia­tion Mixlab, ges­tion­naire du site, est en contrat de délé­ga­tion de ser­vice public avec la Ville de Grenoble. Et per­çoit à ce titre une com­pen­sa­tion de ser­vice public, soit une sub­ven­tion muni­ci­pale en échange de mis­sions pré­vues dans le contrat.

Pour autant, l’ad­jointe gre­no­bloise à la Culture Corinne Bernard se décharge de toute res­pon­sa­bi­lité. « La pro­gram­ma­tion est un acte libre des direc­teurs artis­tiques », rappelle-t-elle.

À ses yeux, les pro­tes­ta­tions doivent donc s’a­dres­ser à l’é­quipe de la Belle élec­trique*… et sur­tout pas la municipalité.

Pressé par Patrice Voir de prendre posi­tion, Éric Piolle s’y refuse pure­ment et sim­ple­ment. « Je ne vais pas prendre posi­tion sur la liberté artis­tique des salles qui ont une ligne et qui font ces choix », a‑t-il ainsi déclaré. Avant de céder la parole à Emmanuel Carroz, adjoint à l’Égalité des droits, qui a mis en avant l’en­ga­ge­ment de la Ville de Grenoble contre les vio­lences faites aux femmes.

L’opposition relance la polémique

De quoi faire taire la polé­mique ? Pas vrai­ment, puisque Matthieu Chamussy a ral­lumé le feu dans une lettre ouverte, adres­sée au maire de Grenoble le ven­dredi 2 mars. Pour le conseiller muni­ci­pal d’op­po­si­tion, se « retran­cher der­rière la liberté d’ex­pres­sion, de créa­tion et de pro­gram­ma­tion » est tout bon­ne­ment « hypo­crite ».

Matthieu Chamussy © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Matthieu Chamussy © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

« Se laver les mains de ce concert, c’est en réa­lité se les salir », écrit encore Matthieu Chamussy avec un cer­tain sens de la for­mule. Pour lui, la dis­tinc­tion entre l’œuvre et l’ar­tiste ne tient pas la route car, per­sifle-t-il, « l’ar­tiste compte bien empo­cher la recette du spec­tacle ». L’opposant à la muni­ci­pa­lité écrit attendre « le mini­mum syn­di­cal » de la part d’Éric Piolle. Autrement dit, l’ex­pres­sion de sa « pro­fonde désap­pro­ba­tion ».

C’est déjà trop pour Emmanuel Carroz. Dans les colonnes du Dauphiné libéré, l’élu prend à nou­veau la parole, quitte à don­ner l’im­pres­sion de noyer le pois­son. « N’oublions pas Marie Trintignant dans ces débats, n’ou­blions pas qu’une femme est morte sous les coups d’un homme », déclare-t-il ainsi. Quand bien même la mort de l’ac­trice sous les coups de Bertrand Cantat est très pré­ci­sé­ment à l’o­ri­gine de la polémique.

Une « figure emblé­ma­tique de la gauche » qui embarrasse ? 

Si Emmanuel Carroz explique qu’à « titre per­son­nel » il n’ira pas au concert de Bertrand Cantat, il n’en appelle pas moins à « voir plus loin » puisque « les concerts auront sans doute lieu ». En sep­tembre 2017, Éric Piolle avait fait preuve de plus de téna­cité face à Dieudonné : au nom d’une « incom­pa­ti­bi­lité » de valeurs et du « res­pect de l’ordre public », le maire de Grenoble avait tenté, sans suc­cès, de faire inter­dire le spec­tacle de l’hu­mo­riste pro­grammé au Summum.

La Belle Électrique © Chloé Ponset - Place Gre'net

La Belle élec­trique © Chloé Ponset – Place Gre’net

« Bertrand Cantat a été une figure cultu­relle emblé­ma­tique de la gauche fran­çaise. C’est sans doute une des rai­sons qui explique pour­quoi la plu­part des orga­ni­sa­tions de gauche ne prennent pas clai­re­ment posi­tion pour dénon­cer les vio­lences qu’il a exer­cées contre des femmes, jusqu’à la mort », écrivent de leur côté les auteures de la péti­tion. Quoi qu’il en soit, le public du chan­teur est tou­jours pré­sent : le concert du 14 mars affiche déjà complet.

Florent Mathieu

  • * La direc­tion de La Belle élec­trique n’a­vait pas donné suite à nos demandes de réac­tions, lors de la publi­ca­tion de l’article.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Près d'un millier de personnes se sont rassemblés lor de cette manifestation contre les violences faites aux femmes. © Tim Buisson – Place Gre’net
Grenoble : près de 1 000 per­sonnes ont mani­festé contre les vio­lences faites aux femmes

  REPORTAGE - Environ un millier de personnes se sont rassemblées à Grenoble pour lutter contre les violences faites aux femmes et aux minorités de Lire plus

Osez le fémi­nisme 38 dénonce la venue d’Emma Becker à Grenoble, auteure accu­sée de « gla­mou­ri­ser » la prostitution

  FIL INFO — La venue à Grenoble d'Emma Becker pour présenter son ouvrage La Maison devant les jurés du Prix du roman des étudiants Lire plus

Alors que la question des responsabilités politiques reste entière dans le naufrage d'Alpexpo, une enquête préliminaire a été ouverte pour favoritisme.
Alpexpo : une enquête pré­li­mi­naire ouverte pour favoritisme

  DÉCRYPTAGE - Après dix ans de gabegie, la justice se saisit du dossier Alpexpo. Une enquête préliminaire a été ouverte pour favoritisme et confiée à Lire plus

Alors que les candidats à la mairie de Grenoble en 2020 sortent officiellement du bois, les socialistes s'embourbent dans une lutte interne.
Municipales à Grenoble : alors que les can­di­dats sortent du bois, le PS s’embourbe dans une lutte interne

  DÉCRYPTAGE - Alors que les candidats à la mairie de Grenoble en 2020 sortent officiellement du bois, les socialistes s'enlisent dans une lutte interne. Lire plus

Les féministes de l'Isère clament leur soutien au mouvement de contestation sociale, jugeant les femmes premières victimes des orientations du gouvernement.
Des fémi­nistes de l’Isère se mobi­lisent aux côtés des oppo­sants à la poli­tique du gouvernement

FIL INFO – Des associations féministes et représentantes de syndicats lancent un message de soutien au grand mouvement de contestation sociale face à la politique Lire plus

Visite du matrimoine grenoblois avec Osez le féminisme 38
À la décou­verte du matri­moine gre­no­blois avec Osez le fémi­nisme 38 et l’Observatoire Isérois de la Parité

FOCUS - Parmi la foule de propositions des Journées du patrimoine, on trouvait, ce dimanche 17 septembre, une découverte du matrimoine grenoblois, imaginée par Osez Lire plus

Flash Info

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

|

23/06

15h35

|

|

23/06

13h00

|

|

23/06

10h34

|

|

22/06

17h25

|

|

22/06

12h17

|

|

22/06

11h24

|

|

22/06

10h16

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Législatives| Carte inter­ac­tive légis­la­tives 2022 : l’en­semble des résul­tats du second tour en isère

Législatives| Résultats des légis­la­tives 2022 en Isère : 4 dépu­tés Ensemble, dont Olivier Véran, 4 élus Nupes, un LR et un RN

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin