Interdiction de Dieudonné à Grenoble pour risque de troubles à l’ordre public : le FN s’insurge

sep article



EN BREF – Éric Piolle, a annoncé prendre un arrêté pour interdire à l’humoriste Dieudonné de se produire à Grenoble. Ses motifs ? « Incompatibilité » de valeurs, et « respect de l’ordre public ». Le maire de Grenoble se réfère ainsi aux échauffourées ayant accompagné un meeting du Front national en mai dernier. Une comparaison qui passe mal au FN…

 

 

Le négationniste Robert Faurisson porte la Kippa et moque les enfants de déportés Juifs dans ce sketch en compagnie de Dieudonné. (capture YouTube)

Le néga­tion­niste Robert Faurisson porte la kippa et moque les enfants de dépor­tés Juifs dans ce sketch de Dieudonné. (cap­ture YouTube)

« En tant que maire de la Ville de Grenoble, ma res­pon­sa­bi­lité est de pro­té­ger toutes les Grenobloises et tous les Grenoblois. » Tels sont les mots d’Éric Piolle pour expli­quer sa déci­sion de prendre un arrêté inter­di­sant la tenue d’un spec­tacle de Dieudonné sur le ter­ri­toire de la Ville.

 

Une déci­sion qui pourra tou­te­fois être contes­tée par le prin­ci­pal inté­ressé. En 2009, c’est en effet un arrêté pré­fec­to­ral lui inter­di­sant de se pro­duire en Isère que Dieudonné avait porté devant la jus­tice.

 

Le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble lui avait alors donné rai­son, et avait sus­pendu l’ar­rêté, en invo­quant une « atteinte grave et illé­gale à une liberté fon­da­men­tale ».

 

 

La venue de Dieudonné « incompatible » avec les valeurs de Grenoble ?

 

 

Annoncée par le Dauphiné libéré, la nou­velle venue de l’hu­mo­riste polé­mique, le 28 octobre pro­chain, est en tout cas, de l’a­vis d’Eric Piolle « incom­pa­tible » avec « les valeurs fon­da­men­tales de Grenoble, ville ouverte sur le monde et Compagnon de la Libération ».

 

Dieudonné mul­ti­plie depuis plu­sieurs années les pro­vo­ca­tions anti­sé­mites, sans cacher notam­ment sa proxi­mité avec Robert Faurisson, figure du néga­tion­nisme.

 

Un « tumulte soudain » lors du meeting du Front National le 20 mai 2017. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Un « tumulte sou­dain » lors du mee­ting du FN le 20 mai 2017. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Valeurs tou­jours, Éric Piolle évoque encore la « sen­si­bi­lité par­ti­cu­lière » de Grenoble. Avant de rap­pe­ler le « tumulte sou­dain qui s’était rapi­de­ment étendu à tra­vers tout le centre-ville » le 20 mai 2017* lorsque des oppo­sants à la tenue d’un mee­ting du Front natio­nal s’é­taient confron­tés aux forces de l’ordre. « En tant que maire, mon rôle est de garan­tir le res­pect de l’ordre public », conclut-il.

 

 

« Comparaison malhabile » et « certaine forme de lâcheté », juge le FN

 

 

Une posi­tion loin de conve­nir… au FN. « Proprement scan­da­leux ! », lance le secré­taire dépar­te­men­tal du Front natio­nal en Isère. « Comparer une struc­ture poli­tique et un évé­ne­ment poli­tique en pleine cam­pagne élec­to­rale à un spec­tacle de Dieudonné, c’est extrê­me­ment mal placé. Nous sommes quand même un rouage de la démo­cra­tie ! », plaide ainsi Thibaut Monnier.

 

Thibaut Monnier, secrétaire départemental du Front national de l’Isère. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Thibaut Monnier, secré­taire dépar­te­men­tal du FN de l’Isère. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Le Front natio­nal ne manque pas au pas­sage d’é­gra­ti­gner le maire de Grenoble, accusé « d’a­ban­don­ner en amont les res­pon­sa­bi­li­tés qui lui incombent, avant même qu’un spec­tacle ait lieu, au motif de l’ordre public ».

 

Pour Thibaut Monnier, Éric Piolle fait tout sim­ple­ment preuve d’une « cer­taine forme de lâcheté ».

 

Concernant l’in­ter­dic­tion du spec­tacle à pro­pre­ment par­ler, le repré­sen­tant isé­rois du FN s’in­ter­roge, sans vou­loir « ren­trer dans le fond ».

 

« Si l’ar­tiste est auto­risé et peut se pro­duire dans d’autres villes, je ne vois pas pour­quoi à Grenoble on l’in­ter­di­rait. J’ai tou­jours un peu de mal avec les inter­dic­tions : on est dans un pays de liber­tés ! », juge-t-il.

 

Et Thibaut Monnier de dénon­cer encore ce qu’il estime une inéga­lité de trai­te­ment. « On n’empêche jamais l’ex­trême gauche de se réunir, de faire des raouts. Il y a un “deux poids deux mesures” qui est insup­por­table, et je trouve cela très dom­ma­geable pour la démo­cra­tie et la liberté de cha­cun », conclut le secré­taire dépar­te­men­tal du Front natio­nal.

 

 

Florent Mathieu

 

 

  • * Et non en juin, comme le men­tionne la Ville dans son com­mu­ni­qué.

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
5044 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.