Qualité de l’air intérieur : la future école Simone Lagrange érigée en modèle à Grenoble

sep article
48 € par an pour louer un vélo : et si c

FOCUS – Alors que la qualité de l’air en France, notamment à Grenoble, est plus que jamais d’actualité, la Ville organisait ce jeudi 25 janvier sa journée de la qualité de l’air intérieur en partenariat avec le Réseau français des villes santé (RFVS) de l’OMS. Une journée qui a débuté par la visite du « site exemplaire » de l’école Simone Lagrange dans le quartier de la Presqu’île, dont l’ouverture est prévue pour la rentrée 2018.

 

 

« Quand les enfants viennent à l’école, il ne faut pas qu’ils repartent plus malades », martèle Fabien Malbet, adjoint aux Écoles de la Ville de Grenoble. Cela semble tomber sous le sens. Pourtant, l’air que nous respirons contient un nombre important de substances chimiques particulièrement nocives pour les enfants. Or ces derniers passent 90 % de leur temps dans un environnement clos, alors que l’air intérieur est deux à trois fois plus pollué que l’air extérieur… lui-même déjà particulièrement pollué à Grenoble.

 

Dans le cadre de la journée de la qualité de l'air intérieur la Ville de Grenoble a dévoilé son école "exemplaire" Simone Lagrange sur la Presqu'île.

L’école Simone Lagrange a ouvert ses portes aux différentes communes de l’agglomération en présence de l’architecte du projet, Enri Chabal, de l’adjointe à la santé, Mondane Jactat et de Fabien Malbet, adjoint aux Écoles. © Juliette Oriot.

À l’occasion de sa journée de la qualité de l’air intérieur, la Ville de Grenoble organisait ainsi une visite de la future école Simone Lagrange, premier établissement à remplir les nouvelles normes prévues par le Plan municipal pour la qualité de l’air intérieur.

 

L’établissement, situé à la croisée des quartiers Jean Macé et Presqu’île, accueillera des enfants répartis en quatorze classes (cinq maternelles et neuf élémentaires) mais aussi un centre de loisirs.

 

Pour assurer la santé de tous ces jeunes enfants au sein du bâtiment, la Ville a décidé de jouer sur deux leviers : des débits importants de ventilation et une faible émissivité des matériaux. Tous les produits utilisés, aussi bien sur les murs qu’au sol et au plafond, sont de classe A+, la meilleure note selon la réglementation.

 

Maternelle Simone Lagrange ©Juliette Oriot

L’école maternelle Simone Lagrange. © Juliette Oriot

Les 950 m3 de bois non cirés utilisés dans la construction du bâtiment permettent quant à eux d’éviter l’émission de composés organiques volatils (COV) dont le taux a été testé sur le mobilier.

 

Pour assurer la qualité de l’air et son renouvellement continu, un système spécifique de ventilation a par ailleurs été mis en place. Alors que la réglementation nationale impose un débit minimum de 15 m3/h/enfant, les responsables du projet ont décidé d’anticiper le futur règlement de la qualité de l’air intérieur prévu en 2023, et d’augmenter le débit à 30 m3/h/élève.

 

 

Des changements d’usage essentiels au maintien d’un air de qualité

 

La qualité de l’air des environnements intérieurs résulte certes de la qualité de la construction des bâtiments et des matériaux utilisés mais aussi de l’usage que l’on fait de l’établissement. « Le gros enjeu que doit relever la collectivité est celui de l’entretien pour ne pas dégrader l’objectif de départ », souligne ainsi Bruce Roy, chef du service maîtrise d’ouvrage.

Ce préau et ses puits de lumières permet de limiter le vis-à-vis avec l'axe de communication avoisinant l'école. ©Juliette Oriot

Ce préau permet de limiter le vis-à-vis avec l’axe de communication avoisinant l’école. © Juliette Oriot

 

Une attention toute particulière sera donc portée à l’entretien régulier du système de ventilation, en particulier les filtres et les ventilateurs.

 

Un suivi post-réception est également d’ores et déjà prévu au cours de l’année, et ce à trois reprises.

 

Des efforts qui demandent l’implication aussi bien du personnel que de l’équipe enseignante. Afin d’appréhender les nouvelles fonctionnalités du bâtiment comme le réglage automatiquement du chauffage, la pédagogie reste ainsi la pierre angulaire du projet.

 

Cette école pionnière en la matière est amenée à servir d’exemple aux prochains aménagements. Le conseil municipal prévoit déjà un budget de 8 millions d’euros pour restaurer trois établissements de l’agglomération grenobloise.

 

Juliette Oriot

 

 

Des agents polluants particulièrement néfastes pour l’enfant

 

La qualité de l’air que nous respirons au quotidien dépend de la concentration de substances et d’agents polluants dans l’environnement qui peuvent être de nature biologique ou anthropique. On y retrouve des composés organiques volatils (COV) type benzène, tétrachloréthylène, formaldéhyde ; du dioxyde d’azote (CO2) ou des particules fines.

 

Air interieur.

Aérer régulièrement permet d’améliorer très significativement la qualité de l’air intérieur. DR

La teneur de ces agents dans l’air résulte donc aussi bien de la qualité de l’air extérieur que des modes de vie (tabagisme, entretien…), des matériaux de constructions (peintures, colles…), sans oublier la présence de bio-contaminants (allergènes, moisissures…).

 

Leur forte volatilité et propagation dans l’atmosphère peut engendrer des effets indésirables sur les êtres vivants, notamment chez les personnes vulnérables comme les enfants. Ainsi la ville de Grenoble a mené un auto-diagnostic sur 31 crèches et 43 écoles. Le teneur en formaldéhyde était respectivement de 90 % et 67 % inférieure à la valeur guide réglementaire (30µg/m3). Un résultat qui a mené à la prise en compte de la qualité de l’air intérieur dans la réalisation de nouveaux bâtiments.

 

À noter également que, depuis le 1er janvier 2018, le ministère de la Santé impose une surveillance obligatoire de la qualité de l’air intérieur dans les établissements d’accueil collectif d’enfants de moins de 6 ans, les écoles maternelles et élémentaires.

 

 

D’autres performances environnementales à l’école Simone Lagrange

 

Un aménagement géothermique 

 

La géothermie avec pompe à chaleur est un des systèmes de chauffages les plus économiques et écologiques. L’école à la croisée entre le Drac et l’Isère profite d’une nappe phréatique à température constante (15° C). Une pompe à chaleur « pompe » ainsi la chaleur présente dans la nappe et la restitue en la démultipliant, afin de chauffer ou de rafraîchir les bâtiments. De quoi éviter une trop grosse consommation énergétique, tout en utilisant une source d’énergie renouvelable de manière non polluante.

 

Lumière et économie d’énergie

 

Les nouveaux dortoirs des maternelles de l'école Simone Lagrange, designés par l'architecte Enri Chabal. ©JUliette Oriot

Les nouveaux dortoirs des maternelles de l’école Simone Lagrange, imaginés par l’architecte Enri Chabal. © Juliette Oriot

Dans la plupart des espaces, des puits de lumières ont été aménagés dans les salles, amenant luminosité et chaleur. Les dortoirs des maternelles sont quant à eux éclairés par le biais de ballons gonflables/lumières à basse consommation d’énergie.

 

Une construction certifiée « Bois des Alpes »

 

Le bâtiment est constitué à 250 m3 de bois venant de ressources locales,  fourni par des scieurs certifiés Bois du Dauphiné, de la Scierie Blanc et de la Scierie Eymard.

 

 

commentez lire les commentaires
2086 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Pendant ce temps là, Piolle, et sa municipalité qui siègent à ma Metro ainsi que le président du SMTC, avec leurs alliés politiques métropolitains et de la Métro, font augmenter les embouteillages et donc la pollution avec CVCM.

    sep article
    • C’est le cocktail périurbanisation/afflux de voitures qui provoque des embouteillages. Toutes les grandes villes connaissent ce phénomène. Grâce à CVCM, les bus express circulent plus rapidement entre Voiron et Crolles. Il revient à ceux qui le peuvent de les utiliser.

      sep article
  2. Si l’air extérieur est mauvais, comme c’est le cas depuis l’imposition de CVCM, comment avoir un bon air intérieur à moins de grosse filtration – et non pas seulement de ventilation – très consommatrice d’énergie et donc absolument pas écologique?

    On est dans l’argutie la plus totale: pourquoi ne pas faire des classes façon sales blanches?

    Sans compter que ce genre de bâtiment est particulièrement coûteux à entretien

    sep article