La préfecture de l'Isère salue une forte baisse du nombre de demandeurs d'emploi au second trimestre 2021

Pôle emploi dresse un bilan 2017 « posi­tif » en Auvergne Rhône-Alpes

Pôle emploi dresse un bilan 2017 « posi­tif » en Auvergne Rhône-Alpes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Pôle emploi a dressé le bilan de son année 2017 et de ses nou­velles pers­pec­tives pour 2018 en Auvergne Rhône-Alpes. Le direc­teur régio­nal Pascal Blain se réjouit d’un « bilan posi­tif » et de « chiffres encou­ra­geants », liés à la baisse du taux de chô­mage à l’é­chelle régio­nale et dépar­te­men­tale. Ces efforts doivent tou­te­fois être sou­te­nus en 2018 pour lut­ter notam­ment contre la pré­ca­ri­sa­tion de l’emploi et les offres non pourvues.

« C’est un bilan posi­tif, les résul­tats sont encou­ra­geants », a assuré Pascal Blain, le direc­teur régio­nal, en visio­con­fé­rence à Meylan ce jeudi 25 jan­vier, à l’oc­ca­sion du bilan de l’an­née 2017 de ce ser­vice public.

Avec une popu­la­tion jeune, la région Auvergne Rhône-Alpes – deuxième les plans de la démo­gra­phie et de la créa­tion de richesses – a éga­le­ment un fort poten­tiel en matière d’emplois. Par ailleurs, 28 % de sa popu­la­tion est diplô­mée de l’en­sei­gne­ment supé­rieur. Malgré ces atouts, cer­tains sec­teurs peinent tou­jours à recru­ter, tout par­ti­cu­liè­re­ment dans le BTP, la res­tau­ra­tion et l’aide à la per­sonne. D’autres sec­teurs connaissent les mêmes dif­fi­cul­tés en rai­son d’un manque de com­pé­tences, tels que le numé­rique ou la santé.

« Nous vou­lons amé­lio­rer la situa­tion des plus fra­giles économiquement »

Pour dyna­mi­ser l’embauche, Pôle emploi s’est fixé des objec­tifs prio­ri­taires pour 2018. « On espère que la reprise éco­no­mique va gagner en vigueur. Nous vou­lons amé­lio­rer la situa­tion des plus fra­giles éco­no­mi­que­ment », explique le direc­teur. À savoir, les jeunes, les seniors, les tra­vailleurs en situa­tion de han­di­cap ou encore les per­sonnes issues de milieux défavorisés.

De nou­veaux outils numé­riques à Pôle Emploi – image d’illus­tra­tion © JFaure ‑Pôle Emploi

L’établissement compte aussi « insis­ter sur le digi­tal » et se féli­cite déjà de l’ar­ri­vée de ses nou­veaux outils numé­riques qui faci­litent la recherche d’emploi. D’ailleurs, en Isère, près de 7 per­sonnes sur 10 seraient satis­faites des ser­vices de Pôle emploi, soit 69,9 % des ins­crits, assure Bénédicte Brugiere-Kada, la direc­trice territorile.

« Évidemment, ce chiffre pour­rait encore s’a­mé­lio­rer, mais c’est encou­ra­geant », consent Pascal Blain, qui compte encore ren­for­cer les per­for­mances de Pôle emploi. Ces pro­grès passent par des efforts de com­mu­ni­ca­tion, afin que les entre­prises et les deman­deurs d’emplois aient davan­tage connais­sance des ser­vices pro­po­sés. Ils néces­sitent aussi « d’a­mé­lio­rer l’i­mage par­fois fausse et néga­tive de Pôle emploi », pour­suit-il.

Retour à l’emploi, mais la pré­ca­rité subsiste

Premier constat encou­ra­geant : le taux de chô­mage a baissé de 0,8 point pour les per­sonnes de caté­go­rie A – c’est-à-dire sans emploi au cours de l’an­née – en Auvergne Rhône-Alpes. Grâce aux 508 000 offres relayées par Pôle emploi, près de 408 000 per­sonnes ont pu trou­ver un emploi en 2017.

En Isère, les chiffres avoi­sinent ceux de la région, avec une baisse du chô­mage de 0,6 % en 2017. Le dépar­te­ment compte plus de 80 000 retours à l’emploi, sur un total de 97 700 deman­deurs, caté­go­ries A, B et C confon­dues (ces deux der­nières comp­ta­bi­li­sant les deman­deurs d’emploi exer­çant une acti­vité pro­fes­sion­nelle réduite).

Ces chiffres sont encou­ra­geants, bien que ce suc­cès soit à rela­ti­vi­ser. En Isère, 82 % des embauches sont des contrats de moins d’un mois, contre 5 % de contrats longue durée. « C’est une ten­dance régio­nale mais aussi natio­nale de la pré­ca­ri­sa­tion de l’emploi », explique Pascal Blain. « Mais il ne faut pas avoir peur des contrats courts. Aujourd’hui, on doit sou­vent pas­ser par ce type de contrat pour être ensuite recruté en CDI », explique à son tour la direc­trice Isère.

La pré­ca­rité de l’emploi touche tou­te­fois prin­ci­pa­le­ment les caté­go­ries socio-pro­fes­sion­nelles les plus fra­giles. Et 10 % des deman­deurs à Pôle emploi sont des tra­vailleurs han­di­ca­pés. Les efforts doivent donc se pour­suivre en matière d’accessibilité.

L’établissement enre­gistre par ailleurs 46 350 entrées en for­ma­tion en Auvergne Rhône-Alpes. Une réus­site puisque 58 % des béné­fi­ciaires auraient accédé à un emploi dans les six mois sui­vant la for­ma­tion, assure le direc­teur régional.

Des offres d’emploi qui res­tent à pour­voir, faute de candidats

Alors qu’une impor­tante part de la popu­la­tion demeure au chô­mage, 1 092 offres ont été reti­rées en Isère en rai­son d’un manque de can­di­dats. « Dans cer­tains sec­teurs manuels, comme la sou­dure ou la chau­dron­ne­rie, par exemple, les offres sont bien plus nom­breuses que les demandes », pré­cise ainsi la direc­trice Isère. Pôle emploi compte d’ailleurs se mobi­li­ser en faveur de ces offres non pour­vues, à l’ho­ri­zon 2018.

Image d’illus­tra­tion Pôle Emploi © JFaure ‑Pôle Emploi

Il existe éga­le­ment une mécon­nais­sance et un manque de com­mu­ni­ca­tion entre employeurs et deman­deurs d’emploi. « Parfois, les entre­prises renoncent à publier leurs offres sur Pôle Emploi par mécon­nais­sance ou par décou­ra­ge­ment. Pourtant, on encou­rage vive­ment les employeurs à faire appel à nos ser­vices », pour­suit la direc­trice. Les entre­prises peuvent ainsi dépo­ser leurs annonces direc­te­ment le site Pôle emploi, qui véri­fie leur léga­lité et s’as­sure de leur carac­tère non discriminatoire.

Une for­ma­tion « savoir-être »

Selon les obser­va­tions de Pôle emploi, les employeurs s’in­té­ressent de plus en plus au “savoir-être” du deman­deur d’emploi : sa per­son­na­lité, ses com­pé­tences per­son­nelles et son apti­tude à s’in­té­grer dans l’en­tre­prise. En rai­son de la déva­lo­ri­sa­tion des diplômes sur le mar­ché du tra­vail – appelé para­doxe d’Anderson – ce nou­veau cri­tère de sélec­tion prime par­fois sur le niveau d’études.

La JCE de Grenoble lance son CV citoyen.

CV citoyen promu par le jeune chambre éco­no­mique de Grenoble.

D’où fina­le­ment l’im­por­tance de miser sur le savoir-faire lié à l’ex­pé­rience et sur les qua­li­tés per­son­nelles pour décro­cher un emploi. « Certains tra­vailleurs ont du mal à iden­ti­fier et à valo­ri­ser leurs com­pé­tences. Beaucoup se sous-estiment et ne par­viennent pas à mettre en avant leurs qua­li­tés sur un CV ou lors d’un entre­tien d’embauche », observe Bénédicte Brugiere-Kada.

C’est pour­quoi Pôle emploi cherche à creu­ser davan­tage cet aspect. Le direc­teur régio­nal a ainsi annoncé fin décembre 2017 l’ar­ri­vée d’une for­ma­tion “savoir-être”. L’idée ? Apprendre à valo­ri­ser et à faire res­sor­tir du lot sa can­di­da­ture avant et après l’embauche. « Il est par­fois dif­fi­cile de com­prendre les codes en entre­prise, la bonne atti­tude à adop­ter avec un employeur, les codes ves­ti­men­taires à tenir, com­ment s’in­té­grer etc. Pourtant, ce sont des fac­teurs déci­sifs », ajoute la directrice.

Anaïs Mariotti

Pôle emploi veut davan­tage col­la­bo­rer avec les lycées et les universités

La région compte envi­ron 15 000 décro­cheurs sco­laires par an, selon Pascal Blain. Ce qui pose de grandes dif­fi­cul­tés, le niveau Bac étant main­te­nant exigé dans la quasi-majo­rité des secteurs.

« Il y a quelques années, il était plus facile d’exer­cer un métier manuel sans avoir le Bac. Désormais, on demande sou­vent des com­pé­tences en vente, en com­merce ou en mar­ke­ting », observe la direc­trice territoriale.

Pôle emploi se donne ainsi pour mis­sion de tra­vailler davan­tage avec les lycées et les uni­ver­si­tés pour sen­si­bi­li­ser les plus jeunes au mar­ché du tra­vail. « C’est un axe de déve­lop­pe­ment que nous sou­hai­tons appro­fon­dir pour 2018 », pour­suit la direc­trice. Toutefois, l’en­jeu se situe aussi et sur­tout au niveau natio­nal et euro­péen pour rele­ver les nom­breux défis liés à la jeu­nesse et à la précarité.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

AMa

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Éric Piolle, maire de Grenoble, Marie-Françoise Rostaing, présidente de Point d'eau, Olivier Véran, ministre de la Santé et des Solidarités et Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole on,t inauguré l'accueil de jour ce vendredi 4 mars 2022. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Accueil de jour pour sans-abri à Grenoble : les nou­veaux locaux de Point d’eau inau­gu­rés en grande pompe

FOCUS - Les nouveaux locaux de l'accueil de jour Point d'eau, ouverts au public depuis le 13 décembre 2021, ont été inaugurés ce vendredi 4 Lire plus

Rassemblement des travailleurs de l'animation place de Verdun le 15 décembre 2021.
Grenoble : les pro­fes­sion­nels de l’a­ni­ma­tion mobi­li­sés pour de meilleures condi­tions de travail

FOCUS - Le secteur de l’animation a mené une mobilisation nationale, inédite dans ce secteur, mardi 14 et mercredi 15 décembre 2021. À Grenoble, un Lire plus

Lancement du programme « UGA, campus solidaires et citoyens » au siège du Crédit Agricole à Grenoble le 23 novembre
« UGA, cam­pus soli­daires et citoyens » : le pro­gramme de sou­tien qui veut faire face à la pré­ca­rité étudiante

EN BREF - L’Université et le Crous Grenoble-Alpes, ainsi que la Fondation UGA viennent de lancer un nouveau programme d'aide. Baptisé "UGA, campus solidaires et Lire plus

Couverture du livre Jérémy et la maison malade lors de la présentation du livre à la presse le 15 novembre.
Jérémy et la mai­son malade, un livre jeu­nesse sur la pré­ca­rité éner­gé­tique conçu par des étu­diants de Grenoble INP

EN BREF - Jérémy et la maison malade est un livre jeunesse rédigé par des étudiants de l’INP de Grenoble, avec le soutien de la Lire plus

Pour célébrer les 35 ans d'ouverture de ses "missions France", Médecins du Monde a convié le street artiste Aitho à réaliser une fresque sur le boulevard Joseph Vallier, à Grenoble, ce samedi 16 octobre 2021. © Médecins du Monde
Grenoble : Médecins du Monde fête ses 35 ans de mis­sions en France avec une fresque murale et un jeu-concours

FOCUS - Pour célébrer les trente-cinq ans de ses missions en France, Médecins du Monde a lancé "l'Opération Colombes", en collaboration avec des street artistes, Lire plus

Grève et manifestation à Grenoble pour "l’augmentation des salaires et des pensions" jeudi 17 mars
Entre 1400 et 3000 mani­fes­tants à Grenoble pour l’emploi et les salaires et contre les réformes des retraites et de l’as­su­rance chômage

REPORTAGE - De 1400 (selon la police) à 3000 (selon les organisateurs) manifestants ont défilé, ce mardi 5 octobre 2021, dans les rues de Grenoble Lire plus

Flash Info

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

|

09/05

12h05

|

|

06/05

20h04

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Abonnement| Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin