Loups hybrides : l’État accepte de confronter ses analyses génétiques à d’autres mesures

sep article



Un groupe d’éleveurs emmené par le maire de Chichiliane en Isère conteste les analyses génétiques officielles menées sur le loup. Celles-ci vont donc être confrontées aux mesures effectuées par un laboratoire allemand missionné par ces éleveurs, lesquelles avaient conclu à la prédominance du loup hybride en France. Le nouveau plan quinquennal doit entrer en vigueur d’ici la mi-février.

 

 

Un col­lec­tif d’é­le­veurs emmené par le maire de Chichiliane en Isère réclame depuis un mois que la trans­pa­rence soit faite autour des ana­lyses géné­tiques du loup en France. Que les mesures offi­cielles du labo­ra­toire mis­sionné par l’Office natio­nal de la chasse et de la faune sau­vage (ONCFS) soient com­pa­rées à celles menées par un autre labo­ra­toire, alle­mand, dili­genté par ces même éle­veurs.

 

Une étude remet en cause le taux de loups hybrides, mi-chien mi-loup, en France. A quelques jours du début des négociations du futur plan Loup.

© Gourdol-Max-ONCFS

La balle est désor­mais dans leur camp. Dans un cour­rier parti ce lundi 22 jan­vier, l’ONCFS accepte en effet une confron­ta­tion scien­ti­fique.

 

Alors que le nou­veau plan quin­quen­nal Loup doit entrer en vigueur d’ici la mi-février, que les ministres concer­nés – l’Agriculture d’un côté, la Transition éco­lo­gique de l’autre – ont des points de vue dia­mé­tra­le­ment oppo­sés, la bataille fait rage dans le camp des éle­veurs.

 

En novembre der­nier, ils avaient rendu publics les résul­tats d’a­na­lyses effec­tuées par un labo­ra­toire alle­mand. Sur la maigre base de vingt échan­tillons com­plets, le labo­ra­toire ForGen n’a­vait trouvé aucun loup pur, seule­ment des hybrides de lignée non ita­lienne. De quoi remettre en ques­tion les quo­tas de loups à abattre ? Seul le loup pur Canis lupus est en effet pro­tégé par la Convention de Berne. C’est en tout cas ce sur quoi tablent ces éle­veurs.

 

 

Pour l’ONCFS, le taux de loups hybrides est inférieur à 10 %

 

Le labo­ra­toire offi­ciel, mis­sionné par les pou­voirs publics, ne dit pas du tout la même chose. Dans des échan­tillons ana­ly­sés l’été der­nier, Antagène trouve un taux d’a­ni­maux hybrides de… 7,7 %. Et l’ONCFS est pour le moins réservé quant à la méthode employée et les résul­tats affi­chés par le labo­ra­toire alle­mand. L’office pointe des « lacunes impor­tantes » dans les étapes du pré­lè­ve­ment et de mani­pu­la­tion des échan­tillons, les mar­queurs recher­chés ou écar­tés comme la lec­ture et l’in­ter­pré­ta­tion des résul­tats.

 

Les patou, meilleurs moyens pour protéger les troupeaux des loups. Mais… Photo J-L Borelli - Ferus

Éleveurs et élus réclament aussi plus de moyens pour pro­té­ger les trou­peaux © J‑L Borelli – Ferus

« D’autres élé­ments pré­sen­tés dans l’é­tude ne sont pas de nature scien­ti­fique ou tech­nique mais poli­tique, visant à remettre en cause de façon glo­bale les actions de l’État sur le dos­sier du loup », sou­ligne l’ONCFS.

 

« Le col­lec­tif se place de façon évi­dente dans une pos­ture, fusse-t-elle par ailleurs légi­time au débat, de contes­ta­tion et de reven­di­ca­tion. »

 

Dans l’at­tente de la confron­ta­tion, l’ONCFS est for­mel. « Nous pou­vons affir­mer que les résul­tats pré­sen­tés ne sont pas de nature à remettre en ques­tion les résul­tats publiés récem­ment par l’ONCFS. »

 

Pendant ce temps, la pres­sion anti-loup de relâche pas. Ce 23 jan­vier, plu­sieurs dépu­tés de mon­tagne devaient être reçus à Matignon. Ceux-ci s’in­quiètent en effet de l’aug­men­ta­tion de la popu­la­tion de loups en France (360 esti­més à ce jour) et du nou­veau plan qui fixe­rait à cinq cents le nombre à atteindre d’ici 2023 pour que l’es­pèce reste viable.

 

Aux pre­miers rangs, la dépu­tée isé­roise Marie-Noëlle Battistel (Nouvelle gauche) et les élus savoyards Emilie Bonnivard et Vincent Rolland (Les Républicains), qui réclament de faire sor­tir le loup de la clas­si­fi­ca­tion de la conven­tion de Berne sur les espèces pro­té­gées. Le pro­chain plan quin­quen­nal fixe­rait le nombre de loups à abattre à 10 %, voire 12 % moyen­nant déro­ga­tion, de la popu­la­tion.

 

 

PC

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
4432 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Il va pas etre déçu le maire de chi­chi­lianne, si l’e­tat confronte les résul­tats, c’est qu’il est sur de ses ana­lyse, par contre celles du labo alle­mand ont été faites avec des loups russes !! la dutch kali­tat, ça marche pas tou­jours, les test d’hy­bri­da­tion faites par ce labo sont archis fausses.

    sep article
  2. Ils se goûtent de nous ils savent très bien que beau­coup de loups ont été lâchés clan­des­ti­ne­ment notam­ment dans les Pyrénées ou dans d’autres régions, ils sont pas arri­vés en stop !!!

    sep article
  3. Fin 2016 l’oNCFS affir­mait : « A ce titre, l’ensemble des typages indi­vi­duels réa­li­sés (5000 ana­lyses adn) n’a révélé jusqu’à aujourd’hui aucun cas aty­pique pou­vant indi­quer la pré­sence d’une hybri­da­tion active et récur­rente entre les deux espèces. » Source : Info Loup N°13 de décembre 2016 page 9
    L’oncfs pré­cise aussi que seuls des loups issus de la souche Italienne sont pré­sents en France.
    Puis devant l’é­vi­dence que le pot au rose allait être décou­vert, l’ONCFS annonce, 1% puis 7% d’hy­brides.
    Ce qui devrait nous inter­pel­ler est que offi­ciel­le­ment en Italie il y a 40% d’hy­brides.
    Nos loups etant sup­posé venir d’Italie, nous féli­ci­tons le ser­vice d’immigration qui n’a laissé passé que les loups de souches pure.
    De plus les ana­lyses montrent des loups qui ne viennent pas tous d’Italie !
    https://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2018/01/loup-les-soupcons-de-la-fable-du-loup.html

    sep article