Le Département lance Isère bénévolat, plateforme d’annonce pour les bénévoles

sep article

FOCUS – Le Conseil départemental de l’Isère, en lien avec France bénévolat Grenoble Isère, lance une plateforme d’annonces d’un genre nouveau. Isère bénévolat s’adresse en effet aux associations désirant déposer des offres d’actions bénévoles, que les candidats peuvent parcourir en sélectionnant les domaines qui les intéressent.

 

 

« Le bénévolat, c’est une démarche qui ne rapporte rien mais qui apporte énormément », estime la présidente de France bénévolat Grenoble Isère Marie-Noëlle Pinel. L’association s’est alliée au Conseil départemental de l’Isère pour lancer un site d’un genre nouveau, Isère bénévolat, plateforme d’annonces destinée aux personnes souhaitant mener une action bénévole dans le département.

 

Marie-Noëlle Pinel et Luc Verona, présidente et vice-président de France Bénévolat Grenoble Isère -© Florent Mathieu - Place Gre'net

Marie-Noëlle Pinel et Luc Verona, présidente et vice-président de France Bénévolat Grenoble Isère -© Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Pourquoi un tel site ? « On rencontre souvent des gens qui veulent s’investir et ne savent pas comment faire, et des associations qui recherchent des bénévoles », explique Jean-Pierre Barbier, président du Département. L’objectif est bien d’aider les candidats bénévoles à trouver des actions dans des secteurs qui les intéressent. Et de remédier à un manque de petites mains dans certains domaines ou certaines zones géographiques, espère encore le président.

 

 

« Une chance pour les jeunes »

 

Pas question pour autant de parler de « crise du bénévolat », prévient Marie-Noëlle Pinel. « Ce qui a changé, c’est la population : les moins de 35 ans font une percée dans le bénévolat et sont de plus en plus présents, alors que les seniors augmentent plus doucement ». Aujourd’hui, 14 millions de Français sont inscrits dans une action bénévole auprès d’une association. Avec une perception bien éloignée de la “charité” d’antan : « Les dames patronnesses, c’est une génération terminée ! »

 

Page d'accueil du site Isère Bénévolat © Isère Bénévolat

Page d’accueil du site Isère Bénévolat © Isère Bénévolat

 

Et France bénévolat de mettre particulièrement l’accent sur les jeunes, pour qui le bénévolat peut être une manière d’exploiter leurs compétences et de se valoriser au sein d’une structure, en particulier lorsque les recherches d’emploi au sortir des études s’avèrent longues et infructueuses. « Pour les jeunes, c’est une porte ouverte à l’expérience, et pour les associations c’est une chance », résume Marie-Noëlle Pinel.

 

Si d’aucuns pourraient penser que le recours au bénévolat des jeunes révèle leurs difficultés à s’insérer sur le marché de l’emploi, la président de France bénévolat préfère insister sur le caractère intégrateur de la démarche. « Quelques mois plus tard, ils sont dans le monde du travail, parce que ça leur redonne une dynamique, un réseau social, et la petite étincelle qui leur manquait ! », assure-t-elle.

 

 

Des associations de moins en moins aidées financièrement ?

 

Le site permet aux candidats bénévoles de choisir les champs d’action qui les intéressent parmi quinze catégories, et d’avoir accès aux annonces déposées par les associations. Actuellement, 97 structures se sont signalées sur le site. Avec une prédominance pour le social (34 annonces), la jeunesse (seize annonces) et la culture (quinze annonces). Maillons faibles, les domaines de la défense des animaux, de l’environnement ou de l’entrepreneuriat économique affichent encore une page vide.

 

Certaines annonces peuvent aussi traduire une réalité économique difficile. On se souvient ainsi que Roms action a récemment lancé un appel aux bénévoles, afin de pouvoir mener certaines de ses actions suite au désengagement financier de collectivités, notamment du Département. Une perte de subventions qui a conduit l’association à licencier ses salariés.

 

La scolarisation des enfants faisaient partie des missions de Roms Action, contrainte de licencier ses salariés et de se resserrer sur le bénévolat. © Roms Action

La scolarisation des enfants faisait partie des missions de Roms Action, contrainte de licencier ses salariés et de développer le bénévolat. © Roms Action

 

Jean-Pierre Barbier rappelle à ce propos que le Département soutient sur son territoire 2 300 associations, qui se partagent 19 millions d’euros. Et que la question des Roms ne relève pas de ses compétences. « Nous avons des associations partenaires dans le domaine du social. Nous travaillons par conventions et leur confions nos publics à accompagner. Une association qui ne relève pas de notre compétence, pour le coup, nous n’y allons pas ! »

 

 

La valeur positive du bénévolat

 

Et le président du Conseil départemental de plaider pour une répartition des soutiens entre collectivités. « Chacune, dans son domaine, à un public. Et si chacune, dans son domaine, assumait ses compétences, ça irait peut-être mieux ! », juge-t-il. Tout en reconnaissant que les baisses de dotation de l’État pèsent sur les financements des associations, au profit du recours au bénévolat. Un phénomène auquel s’ajoute la baisse du nombre de contrats aidés.

 

Jean-Pierre Barbier © Florent Mathieu - Place Gre'net

Jean-Pierre Barbier © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« L’objet du site n’est pas là. Et ce n’est pas ce qui a motivé sa création », précise toutefois Jean-Pierre Barbier, qui veut surtout mettre en avant la dimension positive de l’initiative. Tout comme Marie-Noëlle Pinel, pour qui le bénévolat peut donner du sens au quotidien. « On ne choisit pas toujours son travail, mais le bénévolat, on le choisit. Les mêmes personnes qui ont des douzaines d’amis sur Facebook ont envie de concret, de savoir ce qu’ils font. Et ça, c’est important ! » conclut-elle.

 

 

Florent Mathieu

 

 

commentez lire les commentaires
1601 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Finalement, M. Barbier est assez amusant … Il fait réduire les subventions de son conseil départemental à la FRAPNA de 75% et il s’étonne que les écolos ne se soient pas précipités pour passer des annonces de bénévolat, alors qu’ils ont été obligés de licencier ? 😉

    sep article