Appel Forêt -
Artiste Luc Quinton dans son atelier. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

« À colle et à cri » : l’artiste grenoblois Luc Quinton expose ses collages au Karkadé

« À colle et à cri » : l’artiste grenoblois Luc Quinton expose ses collages au Karkadé

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Le restaurant cabaret égyptien Le Karkadé accueille l’exposition de l’artiste Luc Quinton « À colle et à cri » du 20 janvier au 28 février 2018. L’occasion pour ce dernier de faire « un retour dans le temps » sur vingt ans de création et de faire (ré)découvrir au public ses collages poétiques et politiques. Rencontre.

 

 

Artiste Luc Quinton dans son atelier. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Des tôles rouillées, des mor­ceaux de bois, des images pré­dé­cou­pées, des livres de Jacques Prévert alignés…

L’atelier d’ar­tiste de Luc Quinton res­semble à un coffre rem­pli de tré­sors tel une caverne d’Ali Baba !

Et la rue Génissieu, où se trouve son ate­lier, prend des airs de vieilles ruelles de Montmartre.

 

Luc Quinton, ciseaux dans les mains, pré­pare des élé­ments pour une nou­velle œuvre, pen­dant que son chat Pito – l’ar­tiste est un grand adepte de jeux de mots ! – tra­verse déli­ca­te­ment la pièce rem­plie de collages.

 

 

Vingt ans de création « à colle et à cri »

 

Ces col­lages, Luc Quinton, artiste et citoyen engagé, en expose plu­sieurs au res­tau­rant caba­ret égyp­tien Le Karkadé jus­qu’au 28 février 2018. Une expo­si­tion qui fera l’ob­jet d’un ver­nis­sage « fes­tif et sur­prise » mardi 23 jan­vier avec la par­ti­ci­pa­tion d’autres artistes, comme la poète Katia Bouchoueva ou la cho­rale La Solorma, pour « des moments de par­tage et de ren­contres ».

 

Cette expo­si­tion serait-elle un résumé de vingt ans de par­cours artis­tique ? Plutôt « un retour dans le temps sur le tra­vail réa­lisé » et sur l’é­vo­lu­tion de sa pra­tique. Créées sim­ple­ment avec des ciseaux, de la colle et du papier à ses débuts, ses réa­li­sa­tions ont pro­gres­si­ve­ment pris du relief. À pré­sent, l’ar­tiste tra­vaille notam­ment avec des maté­riaux de récupération.

 

Artiste Luc Quinton dans son atelier. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

« Je reste très manuel, pré­cise Luc Quinton. Ma pra­tique est tou­jours liée à la paire de ciseaux, au bâton de colle et au scal­pel. » Quid des outils numé­riques que s’ap­pro­prient de plus en plus les artistes ? « L’informatique ne m’attire pas par­ti­cu­liè­re­ment car, à mon avis, cela enlève de la poé­sie dans la pra­tique », estime-t-il.

 

 

« Ma façon de faire de la politique a été le collage »

 

Droits de l’Homme, faim dans le monde, migrants, femmes bat­tues… Les sujets choi­sis par Luc Quinton, qui se défi­nit en tant que « plas­ti­cien – col­leur d’his­toires », rejoignent ses enga­ge­ments citoyens et poli­tiques. Mais pas seulement.

 

« Le col­lage m’a per­mis d’avancer, de me faire gran­dir, confie-t-il. Par exemple, si je n’a­vais pas réa­lisé des col­lages sur les droits de l’Homme, peut-être aujourd’hui cela me pèse­rait-il. Et peut être ma vie serait-elle moins déten­due et moins agréable qu’elle ne l’est. Le fait d’avoir dit des choses par le col­lage m’a aidé à gran­dir et à être un citoyen qui prend part à la vie de la société. »

 

 

Artiste Luc Quinton dans son atelier. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Luc Quinton dans son ate­lier. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Ce citoyen engagé et mili­tant avant tout trouve dans le col­lage les outils néces­saires pour « faire de la poli­tique sans faire de dis­cours » : « J’avais une période où j’étais mili­tant, je col­lais des affiches, dis­tri­buais des tracts, allais à des mee­tings. Petit à petit, de manière pro­gres­sive ma façon de faire de la poli­tique a été le collage. »

 

 

« Mettre le doigt là où ça fait mal »

 

Artiste engagé ? « Juste un artiste », cor­rige-t-il. « Pour moi, être un artiste c’est avoir les moyens, la richesse et le pou­voir de dire les choses. Je pense que les artistes sont des porte-parole, des gens qui viennent déran­ger, bous­cu­ler… Ils sont de fait engagés. »

 

Artiste Luc Quinton dans son atelier. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Bien que ses col­lages évoquent des sujets d’ac­tua­lité, Luc Quinton ne veut pas « don­ner des leçons », mais « mettre le doigt là où ça fait mal ». « Dans des col­lages que j’ai pu faire sur les sujets comme la guerre, il y a des images qu’on voit tous les jours à la télé, dans les maga­zines. On finit même par ne plus les voir. Je joue donc un peu la pro­vo­ca­tion en asso­ciant des images ou des élé­ments qui a priori n’ont aucune rai­son de se ren­con­trer. C’est un moyen de dire “Regardez, il se passe ça dans le monde et ça me fait mal.” Et j’ai besoin de le dire. »

 

Artiste Luc Quinton dans son atelier. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Confronté à une « réa­lité de plus en plus vio­lente », l’ar­tiste a fini par avoir du mal « à dire l’hor­reur à tra­vers des col­lages ». D’où son orien­ta­tion pro­gres­sive vers d’autres sujets :

 

« De manière natu­relle et incons­ciente, je suis parti davan­tage sur des col­lages poé­tiques qui ne por­taient pas de mes­sage ou d’ex­pres­sion d’une hor­reur quel­conque. J’ai voulu par­ta­ger des choses plus jolies que la réa­lité de ce monde. »

 

Son nou­veau pro­jet porte sur l’u­ni­vers de Jacques Prévert, poète mais aussi… créa­teur de col­lages. « J’ai l’ha­bi­tude de dire que j’ai appris à lire avec Jacques Prévert. Il est pour moi presque un phare, un repère. Il a mar­qué, d’une cer­taine façon, ma manière de fonc­tion­ner, de créer. Il était capable de dire des choses vraies sur la guerre, sur la manière de trai­ter les enfants avec de la poé­sie. Cela m’a mar­qué et cela oriente ma manière de pro­cé­der, de vou­loir dire les choses dures avec de la poésie. »

 

Yuliya Ruzhechka

 

 

Le collage, un moyen artistique source de liberté et… de contraintes

 

« Le col­lage est une forme d’écriture très par­ti­cu­lière. Quand on écrit un poème ou un roman, il y a des règles que l’on est obligé de res­pec­ter. La struc­tu­ra­tion existe et on doit tenir compte d’un cer­tain nombre d’éléments », explique Luc Quinton. De ce point de vue, le col­lage est pour lui une vraie liberté.

 

Artiste Luc Quinton dans son atelier. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

« J’ai fait un col­lage avec un toua­reg qui tirait un dro­ma­daire… sur la banquise.

 

Le col­lage per­met d’accepter l’inacceptable, l’impossible, l’improbable. Il per­met d’être libre, même si c’est très contrai­gnant car on peut pas­ser des semaines à cher­cher un élé­ment qui cor­res­pond à l’i­mage que l’on veut créer. »

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

YR

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Le musée de Grenoble expose « Grenoble et ses artistes au XIXe siècle »

  FOCUS - Après deux mois et demi de confinement, le Musée de Grenoble peut enfin dévoiler au public l'exposition "Grenoble et ses artistes au Lire plus

Projet Vénus (1)_C_ Alain Buttard
Dépistage du cancer du sein : le Projet Vénus de retour à Grenoble

  FIL INFO - Le projet de prévention "Vénus" en faveur du dépistage du cancer du sein revient à Grenoble pour une cinquième édition. Ce Lire plus

Rose Valland en battle-dress (uniforme) examinant des tableaux, probablement au Collecting Point de Wiesbaden (Allemagne), 1946. Coll. Centre des Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères
« Rose Valland. En quête de l’art spolié », une exposition immersive au Musée dauphinois

  FOCUS - Jusqu’au 27 avril 2020, le Musée dauphinois présente « Rose Valland. En quête de l’art spolié ». Une exposition qui retrace le parcours méconnu, Lire plus

Façade Casamaures Credit Photo Nina Soudre
La Casamaures sélectionnée pour bénéficier du Loto du Patrimoine de la Fondation Stéphane Bern

  FOCUS – Quarante ans après son rachat par une artiste iséroise soucieuse de sauvegarder son patrimoine, la Casamaures va enfin bénéficier d’une aide importante Lire plus

Musées en fête
Animations, spectacles, nocturnes : retour sur le week-end de Musées en fête en Isère

REPORTAGE VIDÉO - La 15e édition de la Nuit européenne des musées s'est déroulée ce samedi. En Isère, le plaisir a été prolongé à l'occasion Lire plus

Magasin des Horizons
Le Magasin des horizons lance sa saison 2019 sous le signe de la terre et du sensible

EN BREF - Nouvelle année et nouvelle programmation pour Le Magasin des horizons. Le centre national d'arts et de cultures place sa saison culturelle sous Lire plus

CPAM

Flash Info

|

22/07

19h24

|

|

16/07

23h31

|

|

16/07

20h42

|

|

16/07

11h33

|

|

15/07

15h50

|

|

14/07

13h45

|

|

13/07

22h27

|

|

13/07

12h52

|

|

12/07

19h18

|

|

09/07

11h15

|

Les plus lus

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin