Contes, musique et émotions pour les 15 ans du cabaret égyptien Le Karkadé

sep article



REPORTAGE PHOTO – « Éclectique et chaleureux ». Tels sont les maîtres mots qui définissent le restaurant-cabaret égyptien Le Karkadé, qui a fêté ses 15 ans en musique ces 3 et 4 mars. Tenu par Mahmoud Bayoumy, personnage haut en couleurs, ce lieu tout autant poétique que politique est devenu “la deuxième maison” de nombreux artistes, musiciens, poètes et amateurs d’art. Ambiance.

 

 

 

« J’ai l’impression que Mahmoud sort des Mille et une nuits. C’est un conteur », raconte avec le sou­rire Hanane, chan­teuse habi­tuée du Karkadé, situé rue Servan, dans le cœur his­to­rique de Grenoble. Mahmoud Bayoumy, créa­teur et gérant de ce res­tau­rant-caba­ret égyp­tien, se fau­file entre les tables pour saluer ses invi­tés. Il échange quelques mots avec chaque per­sonne venue ce samedi soir fêter les 15 ans du lieu qu’il a créé à son arri­vée à Grenoble : Karkadé, du nom d’une bois­son pré­pa­rée à par­tir de fleurs d’hi­bis­cus à fleurs rouges.

 

Restaurant-cabaret égyptien "Karkadé" fête ses 15 ans. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Le res­tau­rant-caba­ret égyp­tien Le Karkadé fête ses 15 ans. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Aujourd’hui, Le Karkadé est un lieu cultu­rel, « un lieu de bras­sage, de ren­contres et d’a­mi­tié » pour ses habi­tués ainsi que pour les nou­veaux arri­vants. « C’est ma deuxième mai­son », confient même de nom­breux invi­tés. Ce n’est pas seule­ment pour les repas-concerts et l’a­mour de l’art qu’ils viennent ici, mais pour revoir Mahmoud, qui s’emploie à créer une atmo­sphère convi­viale et à don­ner à cha­cun le sen­ti­ment d’être le bien­venu.

 

 

 

« Pourquoi pas faire un lieu avec de la musique, des spectacles et de la cuisine ? »

 

 

Parti d’Égypte en 1974, Mahmoud s’est d’a­bord ins­tallé à Paris. Associé dans une entre­prise du bâti­ment, il a amené en France sa pas­sion pour l’art, la poé­sie et la musique. « J’ai tou­jours eu un contact avec des asso­cia­tions. J’avais beau­coup d’amis musi­ciens, on orga­ni­sait beau­coup de soi­rées de poé­sie, de musique, de chant…

 

Restaurant-cabaret égyptien "Karkadé" fête ses 15 ans. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Mahmoud, gérant du res­tau­rant-caba­ret égyp­tien Le Karkadé. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Avec la famille [sa femme Anne-Marie et leurs cinq filles, ndlr], on avait un grand appar­te­ment à Paris et on invi­tait sou­vent beau­coup de monde à la mai­son. J’ai tou­jours cui­siné. À Grenoble, je me suis donc dit : pour­quoi pas faire un lieu avec de la musique, des spec­tacles et de la cui­sine ? »

 

 

En 1997, il s’ins­talle donc à Grenoble avec sa famille. Mais, pen­dant les cinq pre­mières années, il fait encore des allers-retours à Paris, avant de quit­ter défi­ni­ti­ve­ment son ancien tra­vail et d’ou­vrir un lieu de res­tau­ra­tion et de ren­contres cultu­relles dans la capi­tale des Alpes.

 

Restaurant-cabaret égyptien "Karkadé" fête ses 15 ans. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Concert inti­miste pour les 15 ans du res­tau­rant-caba­ret égyp­tien « Le Karkadé ». © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Pour Mahmoud, « poé­tique et poli­tique » vont tou­jours ensemble. Le res­tau­ra­teur s’intéresse ainsi de près à la vie poli­tique fran­çaise et inter­na­tio­nale et conti­nue de suivre la situa­tion en Égypte, son pays natal. « Ce qui se passe là-bas est très lié avec ce qui se passe dans le monde qui, aujourd’­hui, va très mal. En Égypte, il y a eu une grande révo­lu­tion en 2011 […] Mais tant que le monde occi­den­tal riche ne chan­gera pas, il n’y aura pas de chan­ge­ments en Afrique ou dans des pays pauvres. C’est très lié. Je pense que le chan­ge­ment doit se pas­ser avant chez les riches, parce qu’ils contrôlent ce qui se passe chez les pauvres. » Quel type de chan­ge­ment fau­dra-t-il faire ? « Avoir un peu de social et d’humain ! »

 

 

« Le Karkadé est une porte du Moyen-Orient à Grenoble »

 

 

Jérôme Soldeville, conseiller muni­ci­pal de la ville de Grenoble, a connu Le Karkadé par ses rela­tions poli­tiques, il y a une dizaine d’années. Depuis, il a à son tour fait décou­vrir ce lieu cos­mo­po­lite à de nom­breux élus et même à Eric Piolle, le maire de Grenoble.

 

Restaurant-cabaret égyptien "Karkadé" fête ses 15 ans. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Jérôme Soldeville, conseiller muni­ci­pal habi­tué des lieux.

« Après l’élection de 2014, on est venus ici », confie-t-il. Pour Jérôme Soldeville, « Le Karkadé est une porte du Moyen-Orient à Grenoble, la ren­contre entre le Moyen-Orient et l’Occident. Le lien d’a­mi­tié favo­risé par ce lieu est l’illustration de l’ou­ver­ture vers le monde que l’immigration peut appor­ter à une ville ».

 

Autre habi­tué des lieux, Mohammed arrivé à Grenoble il y a deux mois envi­ron. Ce jeune Syrien a entendu par­ler du Karkadé lors de son séjour en Égypte.

 

Amateur de musique et de culture fran­çaise, ce musi­cien de 27 ans est venu à Grenoble pour chan­ger de vie et se lan­cer dans une car­rière musi­cale.

 

Depuis sa pre­mière semaine en France, il vient au Karkadé plu­sieurs fois par semaine et par­ti­cipe au “jam-ses­sions” (séances d’im­pro­vi­sa­tion). « Pour moi, Le Karkadé c’est comme ma mai­son ! », se réjouit-il.

 

Restaurant-cabaret égyptien "Karkadé" fête ses 15 ans. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Pour Luc, Le Karkadé c’est « l’amitié, la ren­contre et le par­tage ». © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Pour l’ar­tiste Luc Quinton aussi, Le Karkadé est une « deuxième mai­son » : « C’était une ren­contre et un coup de foudre avec Mahmoud. J’en avais entendu par­ler et je suis venu le décou­vrir lors d’une fête de quar­tier. Mahmoud est quelqu’un de très cha­leu­reux, c’est un vrai poète et ama­teur de poé­sie et d’art. Le Karkadé, c’est un état d’esprit ! C’est un lieu où tout le monde se ren­contre, où il y a un mélange. »

 

Après la soi­rée fes­tive et convi­viale, des invi­tés se quittent en lan­çant : « Rendez-vous au 30e anni­ver­saire ! », tout en sachant qu’ils se rever­ront sans doute dès la semaine pro­chaine autour d’une table lors d’un nou­veau concert, un verre de kar­kadé à la main.

 

 

Retour en images sur la soi­rée du 4 mars.

 

 

 

 

 

Yuliya Ruzhechka

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
5913 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.