UNE Lucille Lheureux Lucille Lheureux. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Lucille Lheureux : « Le nou­veau mobi­lier d’af­fi­chage urbain sera déployé pour l’hi­ver 2018 – 2019 »

Lucille Lheureux : « Le nou­veau mobi­lier d’af­fi­chage urbain sera déployé pour l’hi­ver 2018 – 2019 »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

ENTRETIEN - On s'en souvient, la Ville de Grenoble a banni en 2014 le mobilier urbain Decaux et ses publicités commerciales. Une décision retentissante qui avait été abondamment commentée… Mais voilà que le 17 novembre dernier la Ville de Grenoble a exposé trois concepts de mobiliers urbains d’information lors de la journée « Design la ville ». Comment ont été choisis les designers en compétition ? Quels sont les enjeux, coûts et usages de ce nouveau mobilier ? Y a-t-il eu co-construction avec les habitants ? Réponses de Lucille Lheureux, adjointe aux espaces publics et à la nature en ville.

 

 

Place Gre'net - Pourriez-vous nous retracer les différentes étapes qui ont jalonné votre réflexion autour du mobilier urbain d'information depuis la fin du contrat avec JC Decaux ?

 

Lucille Lheureux. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Lucille Lheureux. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Lucille Lheureux : La fin du contrat avec JC Decaux, c'était en décembre 2014. Ensuite, il y a eu les six premiers mois d'enlèvement des panneaux… Puis nous avons installé des totems provisoires pour qu'il n'y ait pas de coupure et que notamment les afficheurs culturels aient toujours des dispositifs pour présenter leurs programmations…

 

En septembre 2015, on a entamé un travail d'un an avec les étudiants de l'Institut de géographie alpine (IGA) pour faire le diagnostic des besoins en affichage sur le territoire. Ils ont à la fois parcouru la ville pour identifier les lieux potentiels d'installation et noté tout ce qu'on trouve comme informations dans notre ville. Ils ont par exemple repéré les endroits où il y avait de l'affichage sauvage, de quel type, les graffs, etc.

 

Journée "Design La Ville" sur le mobilier d'information urbaine, vendredi 24 novembre 2017 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Journée "Design La Ville" sur le mobilier d'information urbaine, vendredi 17 novembre 2017 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Par ailleurs, ils ont rencontré les différents acteurs associatifs, culturels et sportifs pour savoir quels étaient les besoins.

 

A l'issue de ce travail, il y a eu un croisement de leurs résultats avec les enjeux de la Ville, c’est-à-dire les enjeux techniques : quels mobiliers on peut mettre en place, quels moyens on peut y attribuer…

 

 

De septembre 2016 jusqu'à l'hiver 2017, on a travaillé avec les services de la Ville pour affiner la proposition de l'IGA et on est arrivé à l’idée d’un système de six supports d'affichage : le totem, l’arbre à palabre, le triporteur, la fresque murale, les panneaux d’affichage libre et l'habillage des véhicules de la Ville.

 

Au début de l'année 2017, est arrivé le temps de la réalisation d'un cahier des charges en vue d’un appel à candidature en direction de designers pour un marché de conception. Lequel a été publié à l'été 2017. Le rendu des offres a eu lieu en novembre et les trois concepts ont été présentés à l’hôtel de Ville lors de la journée « design la Ville » , vendredi 17 novembre.

 

 

La future gamme du mobilier d'affichage urbain voulue par la Ville se compose de « totems », d'« arbres à palabre », de « triporteurs », de « fresques murales », de « panneaux d’affichage libre »… À quels usages respectifs destinez-vous ces différents mobiliers ?

 

Les totems [installés provisoirement, ndlr] sont maintenus. Les futurs totems auront une forme de cet ordre-là. Leurs usages ? Ils sont destinés à être sur des lieux de passage et à présenter des affiches de grands formats, de l'information destinée aux flux. Quand on passe devant un totem, on a une information très simple et lisible, mais pas très fouillée.

 

Ce qu’on a appelé « arbre à palabre » est cet endroit où l’on retrouve de l’information dans un même lieu, qui permet aussi d'attendre, de s’asseoir, etc. Ces arbres à palabre sont visibles de loin et l’on sait qu’on va y trouver de l'information. Il faut en revanche s’approcher pour bénéficier d’une information complète. On est sur la liberté de réception.

 

Le triporteur, point d'information ambulant. © Office du tourisme de Grenoble

Le triporteur, point d'information ambulant. © Office de tourisme de Grenoble

On pourra très bien y trouver des horaires précis, éventuellement un prospectus laissé sur place pour que les gens partent avec. Voilà. On est sur une autre manière de faire. C'est le public qui vient chercher l'information.

 

Quant à la fresque, c'est pareil.  On a une œuvre artistique qui illustre l'acteur culturel. À l'intérieur, une petite place est réservée à l’affiche publicitaire qui concerne un spectacle, la nouvelle saison…

 

En sortant de chez soi, on sait qu’il y a tel ou tel mur qu’on connaît… On peut se dire « Ah tiens ! C'est par là que je vais passer pour connaître le prochain spectacle à la MC2 », par exemple. Il y a aussi le dispositif du tripoteur qui, lui, va amener de l'information aux gens, laquelle pourra être sonore, papier, peu importe. Simplement, le triporteur sert à la fois de support à l’information, tout en se déplaçant avec elle pour aller vers un public cible.

 

 

Quelle a été la commande formulée auprès des designers en compétition ?

 

Les designers ont eu pour consigne de nous faire une proposition en matière de mobilier, ce qui veut dire qu’ils ont notamment fait une proposition pour le totem et l'arbre à palabre. C’est surtout sur ces deux éléments qu’on avait besoin d'avoir un geste de design. Et ils avaient aussi pour objectif que cette identité visuelle pour ces deux mobiliers soit déclinable, que l'ensemble de ces dispositifs soit cohérent.

 

 

Quel type de marché avez-vous passé avec les designers ? Y a-t-il un jury qui a pré-sélectionné ces trois concepts ?

 

Nous avons passé un marché de conception. Il n'y a pas de passage en commission d’appel d’offre dans ce cas. Il n’y a pas de jury car on est sur un tout petit montant. Le coût de la prestation pour le design du mobilier est de 42 000 euros, porté sur l'exercice 2017.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 66 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Séverine Cattiaux

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Absise recherche des solu­tions de rafraî­chis­se­ment inno­vantes pour assu­rer un confort d’été dans ses logements

FOCUS - L'Association des bailleurs sociaux de l'Isère (Absise) va s'associer à plusieurs startups alpines pour proposer dans ses logements de nouvelles solutions de rafraîchissement. Lire plus

Vue sur le Rabot à la Bastille. © Ville de Grenoble
La Ville de Grenoble sou­haite faire de la Bastille le « lieu totem » de la capi­tale verte euro­péenne 2022

  FOCUS - La Ville de Grenoble souhaite faire du site de la Bastille le « lieu totem » de la capitale verte européenne 2022 Lire plus

Inscriptions ouvertes aux startups jusqu'au 31 août pour le concours “Pitch in the Alps”
Inscriptions ouvertes aux star­tups jus­qu’au 31 août pour le concours “Pitch in the Alps”

FLASH INFO — « Promouvoir les pépites locales ». Tel est l'objectif du concours « Pitch in the Alps », organisé jeudi 17 septembre par Digital League Lire plus

Le groupe TOTEM à La Bobine ©Pascale Cholette
Le duo gre­no­blois Totem lance son livre-disque « Le Pas du gué­pard » à La Bobine

  FIL INFO — Vendredi 25 octobre, la Bobine accueille Totem, groupe de musique électro-organique aux textes poétiques qui présentera son album Le Pas du Lire plus

En 2020, la Métropole de Grenoble entend limiter l'affichage publicitaire à un format de 4m2 maxi. Et limiter l'emprise du numérique.
Bientôt la fin des pan­neaux publi­ci­taires de plus de 4 mètres car­rés dans la Métropole de Grenoble

EN BREF - Finies les enseignes de 12 m2 (les  fameuses 4 X 3) mais aussi de 8 m2 dans l'agglomération grenobloise ? La Métropole Lire plus

UNE EXPO BETE d'AFFICHE ANIMAUX CENTRE DU GRAPHISME 20.04.04
“Bêtes d’af­fiches, une saga publi­ci­taire” : l’expo ludique et cri­tique du Centre du gra­phisme sur les ani­maux dans la pub

FOCUS - Du 3 mai au 30 août, l'exposition « Bêtes d'affiches, une saga publicitaire » s'installe au Centre du graphisme d'Échirolles. À la fois ludique et Lire plus

Flash Info

|

02/07

15h57

|

|

01/07

12h07

|

|

01/07

11h33

|

|

01/07

11h04

|

|

01/07

10h14

|

|

30/06

16h28

|

|

30/06

15h43

|

|

30/06

14h25

|

|

30/06

11h19

|

|

30/06

10h44

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 36 : « Les dif­fi­cul­tés à exer­cer le métier de jour­na­liste dans cer­tains quartiers »

Culture| La Caverne, une nou­velle librai­rie indé­pen­dante qui veut faire vivre le livre à Grenoble

Abonnement| Élisa Martin, pas­sio­na­ria gre­no­bloise LFI, fait son entrée à l’Assemblée natio­nale après avoir ren­versé Émilie Chalas

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin