Troisième grand oral d’Eric Piolle : le mandat avance, les cartons rouges tombent

sep article



FOCUS – Votation citoyenne, budgets participatifs… La démocratie participative à la sauce grenobloise convainc-t-elle encore ? Les explications de son maire Eric Piolle n’ont en tout cas pas vraiment satisfait son auditoire lors de la troisième édition du grand oral organisé par Sciences Po Grenoble au théâtre de la ville.

 

 

L’exercice, louable – bien que limité –, devient périlleux. Pour son troi­sième grand oral face aux Grenoblois, c’est peu dire qu’Eric Piolle n’a pas com­plè­te­ment convaincu son audi­toire. Celui ins­tallé à la table du jury, cinq uni­ver­si­taires gre­no­blois*, experts des ques­tions poli­tiques, éco­no­miques ou juri­diques. Celui, plus nom­breux – un demi-mil­lier de spec­ta­teurs – assis dans les fau­teuils du théâtre de Grenoble.

 

Grand oral d'Eric Piolle organisé par Sciences Po Grenoble : à mi-mandat, l'exercice devient plus périlleux.

Grand oral d’Eric Piolle orga­nisé par Sciences Po Grenoble : à mi-man­dat, l’exer­cice devient plus périlleux. © Patricia Cerinsek

 

Les pre­miers étaient char­gés de vali­der ou non les réponses four­nies par le maire aux ques­tions posées par des étu­diants**, moyen­nant car­ton vert ou rouge et argu­men­ta­tion à la clé. Les seconds, sans droit à la parole, pou­vaient seule­ment agi­ter sem­blables car­tons.

 

 

« Il y a méprise », selon Eric Piolle

 

La dif­fi­culté n’est pas tant venue des sujets des com­merces de proxi­mité ou du mar­ché de l’Estacade. Là, le débat, quoique dis­cuté, allait même ron­ron­nant. Mais le débat a été beau­coup plus rude lorsqu’on été évo­quées la pié­to­ni­sa­tion du centre-ville, – sujet brû­lant s’il en est –, l’inter­pel­la­tion et la vota­tion citoyenne et, der­rière, les biblio­thèques. Un sujet presque tout aussi brû­lant…

 

Sans comp­ter le sujet de la démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive et du choix de gou­ver­nance du maire écolo de Grenoble. La voie qu’il entend suivre est-elle bien com­prise ? Au vu de cette troi­sième grande messe, visi­ble­ment non. Les car­tons rouges ont d’ailleurs fleuri sur ces ques­tions, et notam­ment sur celle du dis­po­si­tif d’interpellation et de vota­tion citoyenne***. « Il y a méprise », a d’ailleurs répondu Eric Piolle.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
4774 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Sur la pol­lu­tion (dom­mage que vous n’en par­liez pas), je trouve inac­cep­table qu” Eric Piolle ait dit que les courbes de pol­lu­tion d’Air Rhône Alpes étaient des fake news ! Ce n’est pas une rumeur, c’est vrai, quel­qu’un que je connais qui y était me l’a confirmé. Je com­prends qu’il soit dif­fi­cile pour un soit disant éco­lo­giste d’ad­mettre qu’il fait aug­men­ter la pol­lu­tion mais les vrais res­pon­sables recon­naissent leurs erreurs et les cor­rigent. Un maire a devoir d’exem­pla­rité. Il n’a ni le droit de faire du néga­tion­nisme, ni de pré­fé­rer les men­songes que ses amis mettent sur Twitter et qui finissent par le trum­per.

    sep article
    • PC

      18/11/2017
      23:10

      Nous n’a­vons pas fait un compte-rendu exhaus­tif de la soi­rée mais fait le choix de trai­ter des sujets en lien plus ou moins directs avec la démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive. C’est pour cela que des sujets comme le mar­ché de l’Estacade ou le com­merce de proxi­mité n’ap­pa­raissent pas. De même que celui sur la piétonisation/pollution de l’air/fake news (qui avait fait l’ob­jet de plu­sieurs trai­te­ments les jours pré­cé­dents sur Place Gre’net) qui va faire l’ob­jet d’un article à part entière.

      sep article
    • Je n’ex­prime pas de gried envers Place Gre’Net, mais comme vous je suis pour le moins sur­prise l’u­ti­li­sa­tion de don­nées fausses pour défendre un bilan. Le Maire qui défend la trans­pa­rence, se trans­forme en magi­cien pour faire dis­pa­raitre des chiffres réel qui l’embarassent…j’ai effec­ti­ve­ment lu que plu­sieurs médais pro­po­saient de faire du « déco­dage », en tout cas la confiance dégrin­gole.

      sep article
  2. Effectivement, cette année Le Maire aura écopé d’un nombre très sen­si­ble­ment en aug­men­ta­tion de nombre de car­tons rouges.

    La décep­tion se lit, Piolle conserve une belle audience natio­nale, mais loca­le­ment, atten­tion il a perdu des sou­tiens, l’exer­cice du pou­voir ébranle des cer­ti­tudes ini­tiales.

    La par­ti­ci­pa­tion citoyenne est par­fois cri­ti­quée car comme vue comme un ins­tru­ment de légi­ti­mité de cer­tains pro­jets contre­ver­sés, le sujet de la refonte des espaces pié­tons, de même par une tranche des com­mer­çants et rive­rains, la contrainte de dépla­ce­ment des bou­chons vers la rocade pose des ques­tions sur la non volonté d’é­lar­gir l’A480, et l’é­pi­neux dos­sier de la sécu­rité peut cou­ter cher à notre Maire.

    Je fais par­tie de celles qui doutent aujourd’­hui, car occu­per la scène natio­nale c’est bien, mais les résul­tats concrets d’une poli­tique de la ville dans son ensemble tardent à arri­ver, de même cer­tains dos­siers sont cli­vants comme celui des biblio­thèques.

    Les écoles pro­mises dont Berriat tou­jours pas là, les loge­ments neufs qui ne viennent pas, la refonte du pro­jet de la Bastille tou­jours aussi peu concer­tée (à croire même qu’il n’y aura rien de fait sur le man­dat !), la valeur du fon­cier qui dévisse, la des­serte « meilleure en TER pro­mise en lieu du TGV » n’a pas même donné de dis­cus­sions claires et ouvertes avec la Région, le prix tickets de tram qui aug­mentent, et les bou­chons inter­mi­nables main­te­nant tant dans la ville à cause des pro­jets pié­tion­niers que sur nos rocades, ça fait mal­heu­reu­se­ment beau­coup.

    Ainsi loca­le­ment Piolle a perdu de son image, et les car­tons rouges se sont effec­ti­ve­ment impo­sés dans cet oral, comme beau­coup plus nom­breux que les verts, sur nombre de dos­siers.
    Le temps de l’ins­tal­la­tion est loin, il serait temps d’é­cou­ter pour avan­cer et non plus décons­truire.

    sep article
  3. sep article
  4. Ping : « GRAND ORAL » et POLLUTION: « NON, M.PIOLLE LES COURBES NE SONT PAS FAUSSES… » (E.Akoun prof de droit)) – Grenoble Le Changement !