Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Troisième grand oral d’Eric Piolle : le mandat avance, les cartons rouges tombent

sep article

FOCUS – Votation citoyenne, budgets participatifs… La démocratie participative à la sauce grenobloise convainc-t-elle encore ? Les explications de son maire Eric Piolle n’ont en tout cas pas vraiment satisfait son auditoire lors de la troisième édition du grand oral organisé par Sciences Po Grenoble au théâtre de la ville.

 

 

L’exercice, louable – bien que limité –, devient périlleux. Pour son troisième grand oral face aux Grenoblois, c’est peu dire qu’Eric Piolle n’a pas complètement convaincu son auditoire. Celui installé à la table du jury, cinq universitaires grenoblois*, experts des questions politiques, économiques ou juridiques. Celui, plus nombreux – un demi-millier de spectateurs – assis dans les fauteuils du théâtre de Grenoble.

 

Grand oral d'Eric Piolle organisé par Sciences Po Grenoble : à mi-mandat, l'exercice devient plus périlleux.

Grand oral d’Eric Piolle organisé par Sciences Po Grenoble : à mi-mandat, l’exercice devient plus périlleux. © Patricia Cerinsek

 

Les premiers étaient chargés de valider ou non les réponses fournies par le maire aux questions posées par des étudiants**, moyennant carton vert ou rouge et argumentation à la clé. Les seconds, sans droit à la parole, pouvaient seulement agiter semblables cartons.

 

 

« Il y a méprise », selon Eric Piolle

 

La difficulté n’est pas tant venue des sujets des commerces de proximité ou du marché de l’Estacade. Là, le débat, quoique discuté, allait même ronronnant. Mais le débat a été beaucoup plus rude lorsqu’on été évoquées la piétonisation du centre-ville, – sujet brûlant s’il en est –, l’interpellation et la votation citoyenne et, derrière, les bibliothèques. Un sujet presque tout aussi brûlant…

 

Sans compter le sujet de la démocratie participative et du choix de gouvernance du maire écolo de Grenoble. La voie qu’il entend suivre est-elle bien comprise ? Au vu de cette troisième grande messe, visiblement non. Les cartons rouges ont d’ailleurs fleuri sur ces questions, et notamment sur celle du dispositif d’interpellation et de votation citoyenne***. « Il y a méprise », a d’ailleurs répondu Eric Piolle.

 

[…]

 

La suite de contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
3241 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Sur la pollution (dommage que vous n’en parliez pas), je trouve inacceptable qu’ Eric Piolle ait dit que les courbes de pollution d’Air Rhône Alpes étaient des fake news ! Ce n’est pas une rumeur, c’est vrai, quelqu’un que je connais qui y était me l’a confirmé. Je comprends qu’il soit difficile pour un soit disant écologiste d’admettre qu’il fait augmenter la pollution mais les vrais responsables reconnaissent leurs erreurs et les corrigent. Un maire a devoir d’exemplarité. Il n’a ni le droit de faire du négationnisme, ni de préférer les mensonges que ses amis mettent sur Twitter et qui finissent par le trumper.

    sep article
    • PC

      18/11/2017
      23:10

      Nous n’avons pas fait un compte-rendu exhaustif de la soirée mais fait le choix de traiter des sujets en lien plus ou moins directs avec la démocratie participative. C’est pour cela que des sujets comme le marché de l’Estacade ou le commerce de proximité n’apparaissent pas. De même que celui sur la piétonisation/pollution de l’air/fake news (qui avait fait l’objet de plusieurs traitements les jours précédents sur Place Gre’net) qui va faire l’objet d’un article à part entière.

      sep article
    • Je n’exprime pas de gried envers Place Gre’Net, mais comme vous je suis pour le moins surprise l’utilisation de données fausses pour défendre un bilan. Le Maire qui défend la transparence, se transforme en magicien pour faire disparaitre des chiffres réel qui l’embarassent…j’ai effectivement lu que plusieurs médais proposaient de faire du « décodage », en tout cas la confiance dégringole.

      sep article
  2. Effectivement, cette année Le Maire aura écopé d’un nombre très sensiblement en augmentation de nombre de cartons rouges.

    La déception se lit, Piolle conserve une belle audience nationale, mais localement, attention il a perdu des soutiens, l’exercice du pouvoir ébranle des certitudes initiales.

    La participation citoyenne est parfois critiquée car comme vue comme un instrument de légitimité de certains projets contreversés, le sujet de la refonte des espaces piétons, de même par une tranche des commerçants et riverains, la contrainte de déplacement des bouchons vers la rocade pose des questions sur la non volonté d’élargir l’A480, et l’épineux dossier de la sécurité peut couter cher à notre Maire.

    Je fais partie de celles qui doutent aujourd’hui, car occuper la scène nationale c’est bien, mais les résultats concrets d’une politique de la ville dans son ensemble tardent à arriver, de même certains dossiers sont clivants comme celui des bibliothèques.

    Les écoles promises dont Berriat toujours pas là, les logements neufs qui ne viennent pas, la refonte du projet de la Bastille toujours aussi peu concertée (à croire même qu’il n’y aura rien de fait sur le mandat !), la valeur du foncier qui dévisse, la desserte « meilleure en TER promise en lieu du TGV » n’a pas même donné de discussions claires et ouvertes avec la Région, le prix tickets de tram qui augmentent, et les bouchons interminables maintenant tant dans la ville à cause des projets piétionniers que sur nos rocades, ça fait malheureusement beaucoup.

    Ainsi localement Piolle a perdu de son image, et les cartons rouges se sont effectivement imposés dans cet oral, comme beaucoup plus nombreux que les verts, sur nombre de dossiers.
    Le temps de l’installation est loin, il serait temps d’écouter pour avancer et non plus déconstruire.

    sep article
  3. sep article
  4. Ping : « GRAND ORAL » et POLLUTION: « NON, M.PIOLLE LES COURBES NE SONT PAS FAUSSES… » (E.Akoun prof de droit)) – Grenoble Le Changement !