Grand oral de Sciences Po Grenoble : Éric Piolle sur le gril

sep article

REPORTAGE VIDÉO – Sciences Po Grenoble organisait, ce mardi 3 mai, son deuxième « grand oral » du maire de Grenoble, Éric Piolle. Durant deux heures, six universitaires lui ont posé des questions concernant plus spécifiquement « des éléments de débat public peu couverts dans les médias ». L’idée sous-jacente ? Mettre le doigt sur les difficultés ou les manquements observés au cours du mandat de l’édile ces deux dernières années.

 

 

 

« Vous avez rap­pelé l’his­to­rique mais la réponse se fait attendre ! La ques­tion que vous posait le pro­fes­seur était bien posée, alors qu’est-ce que vous pro­po­sez comme option ? », relance Richard Monvoisin, l’un des six membres du jury qui enseigne la Pensée cri­tique à l’Université de Grenoble. Éric Piolle accuse à peine le coup, mal­gré quelques rires dans l’as­sis­tance, et cor­rige illico le tir en réponse à cette pre­mière ques­tion. La pre­mière des six de ce deuxième grand oral orga­nisé au théâtre muni­ci­pal par Sciences Po Grenoble, en par­te­na­riat avec l’Université Grenoble-Alpes.

 

Éric Piolle, maire de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Éric Piolle, maire de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Eric Piolle est alors inter­rogé par Ollivier Taramasco, pro­fes­seur en ges­tion au Centre d’é­tudes et de recherches appli­quées à la ges­tion (Cerag), sur les emprunts toxiques sous­crits par la ville de Grenoble et la Métropole. Quelles alter­na­tives choi­si­rait-il ? Attaquer les banques en jus­tice ou bien uti­li­ser le fonds de sou­tien aux emprunts à risque mis en place par l’État ?

 

 

 

Un nouveau format pour ce grand oral

 

 

Grande nou­veauté appor­tée au for­mat du grand oral cette année : les relances de la part du jury. De fait, Sciences Po a revu sa copie après les cri­tiques de la pre­mière édi­tion por­tant notam­ment sur la lon­gueur de l’exer­cice et l’im­pos­si­bi­lité d’in­ter­rompre le maire. Ce qui lui lais­sait tou­jours le der­nier mot.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« L’idée, c’est d’a­voir beau­coup moins de ques­tions. L’année der­nière, il y en avait onze et nous avions un peu assommé le public sur la fin. Cette année, il n’y en que six », explique Raul Magni-Berton, ensei­gnant-cher­cheur à Sciences Po Grenoble et modé­ra­teur de la soi­rée.

 

Autre inno­va­tion, la pré­sence d’un « inter-jury ». Composé de membres issus de la recherche uni­ver­si­taire, ce der­nier avait la pos­si­bi­lité d’in­ter­rompre le maire pour lui deman­der des pré­ci­sions ou le relan­cer. Une pos­si­bi­lité qu’é­tran­ge­ment n’a­vait pas l’in­ter­ve­nant qui posait sa ques­tion.

 

 

 

Un joker utilisé sur les trois possibles

 

 

En cas de panne, trois « jokers » per­met­taient au maire de deman­der à un membre de son équipe de répondre à sa place. Eric Piolle n’en a fina­le­ment fait usage qu’une fois, lors de la ques­tion sur le loge­ment et la pré­ca­rité, où Alain Denoyelle, conseiller muni­ci­pal délé­gué à l’ac­tion sociale, a pris le relais.

 

Le public s'exprime. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le public s’ex­prime. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Après chaque ques­tion, jury et public dis­tri­buaient bons et mau­vais points sous la forme de car­tons verts et rouges.

Avec deux ques­tions à chaque fois pour le public : “La réponse du maire est-elle convain­cante ?” et “Êtes-vous d’ac­cord avec cette même réponse ?” « Une nuance qui a son impor­tance »  selon Raul Magni-Berton, qui a pré­cisé à l’as­sis­tance, hilare : « On peut ne pas être convaincu par la réponse mais néan­moins être d’ac­cord… ou inver­se­ment ».

 

Quid des six ques­tions posées par les six experts uni­ver­si­taires ? Outre qu’elles recou­vraient un champ très large, elles étaient très anglées, pré­cises et, comme on pou­vait s’y attendre de la part des têtes pen­santes de Science Po, très étayées, fruits d’a­na­lyses sou­vent tech­niques.

 

Les thé­ma­tiques abor­dées ? Le loge­ment et la pré­ca­rité, le patri­moine, l’eau potable, l’in­no­va­tion, la police et la sécu­rité et les emprunts toxiques. Une par­ti­cu­la­rité cepen­dant, Sciences Po Grenoble a tenu à faire en sorte qu’elles concernent plus spé­ci­fi­que­ment « des élé­ments de débat public peu cou­verts dans les médias ». Une manière de pro­mou­voir l’utilité de l’Université « dans son rôle de dif­fu­sion des connais­sances et d’a­na­lyse des enjeux poli­tiques, éco­no­miques, sociaux ou juri­diques », explique l’ins­ti­tut.

 

 

 

« Je trouve qu’il y a beaucoup de verbiage »

 

 

L’élu a été inter­pellé à plu­sieurs reprises par le jury sur cer­taines « cir­con­vo­lu­tions » rhé­to­riques – dixit l’un de ses membres – emprun­tées par ses réponses. Mais aussi sur le manque de pré­ci­sion de cer­tains de ses argu­ments. De fait, l’élu s’est pris quelques car­tons… rouges. En par­ti­cu­lier sur la ques­tion concer­nant le loge­ment et la pré­ca­rité. Et ce, autant par le jury que par le public.

 

Le jury distribue bons et mauvais points. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le jury dis­tri­bue bons et mau­vais points. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Au nombre des reproches du jury sur cette réponse du tan­dem Éric Piolle – Alain Denoyelle (son joker) : « Je trouve qu’il y a beau­coup de ver­biage », « Vous avez répondu à une ques­tion qui ne vous était pas posée »…

 

Raul Magni-Berton, en bon modé­ra­teur, a calmé le jeu : « C’était une ques­tion dif­fi­cile et la réponse était dif­fi­cile. »

 

Une opi­nion confir­mée par un autre membre du jury, Gioacchino Viggiani, pro­fes­seur en méca­nique au labo­ra­toire Sols, Solides, Structures – Risques (3SRs). Le pro­fes­seur a ainsi déclaré avoir appré­cié la fran­chise du maire quand ce der­nier a affirmé : « C’est un sujet où la muni­ci­pa­lité est objec­ti­ve­ment en dif­fi­culté. »

 

 

 

« Nous n’avons pas vraiment eu le temps de préparer grand chose ! »

 

 

Au final, les car­tons verts ont, cette fois encore, eu le des­sus, Éric Piolle n’ayant pas réel­le­ment été mis en dif­fi­culté par ses inter­ro­ga­teurs. Ce n’é­tait d’ailleurs mani­fes­te­ment pas leur but et le fait qu’il soit pos­sible de relan­cer le maire a net­te­ment contri­bué à flui­di­fier et enri­chir les échanges.

 

Les ques­tions lui avaient-elles été com­mu­ni­quées à l’a­vance ? Éric Piolle répond par la néga­tive. « Nous avons juste reçu la veille un mot men­tion­nant les grandes lignes qui seraient abor­dées : patri­moine, loge­ment sécu­rité… Nous n’a­vons pas vrai­ment eu le temps de pré­pa­rer grand chose ! », assure-t-il.

 

À l’is­sue de ces deux heures de grand oral, Éric Piolle nous livre quelques impres­sions.

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

D’autres grands oraux à suivre

 

 

« C’est une belle réus­site ! », se féli­cite Jean-Charles Froment, le direc­teur de Sciences Po Grenoble, qui ne manque pas d’i­dées pour la pro­chaine édi­tion. « Nous allons voir, au cha­pitre des ques­tions qui ont été posées, com­ment l’é­lar­gir [le grand oral, ndlr] et encore plus mobi­li­ser la com­mu­nauté uni­ver­si­taire », ajoute-t-il. « C’est dans la régu­la­rité, sur le temps long qu’il faut agir. Ce qui nous per­met­tra, d’au­tant plus, de suivre l’é­vo­lu­tion des pro­pos du maire et de pou­voir aussi le ques­tion­ner sur cette évo­lu­tion-là », conclut Jean-Charles Froment.

 

Premier bilan, à chaud, de la soi­rée.

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

Joël Kermabon

 

 

N.B. : L’intégralité du grand oral 2016 sera pro­chai­ne­ment dis­po­nible en vidéo sur la chaine Youtube de Science Po Grenoble.

 

NUIT DEBOUT : L’INVITÉ SURPRISE

 

Nuit Debout s'invite en prologue de la soirée. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Nuit debout s’in­vite en pro­logue de la soi­rée. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Nuit debout – ou plu­tôt devrait-on dire les Poètes debout – s’est invité au grand oral de Sciences Po.

Le petit groupe a en effet tenu à lire un poème rédigé col­lec­ti­ve­ment devant l’as­sis­tance, en pro­logue de la soi­rée. Avant d’in­vi­ter le public à rejoindre l’as­sem­blée popu­laire de Nuit debout tous les soirs à 18 heures, puis de s’é­clip­ser sous les applau­dis­se­ments nour­ris du public.

 

 

 

 

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
5325 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Exercice dif­fi­cile tant pour le Maire que pour le jury, pro­ba­ble­ment à élar­gir vers le Président de la Métro.
    Oui il y a du ver­barge, mais com­ment en serait il autre­ment d’un élu ?
    E.Piolle a relevé le défi, c’est cou­ra­geux, le nombre de car­tons verts a baissé depuis l’an der­nier, avec un public certes acquis à sa cause, mais qui s’im­pa­tiente ! Sur le loge­ment il n’a pas été bon du tout, je dirais de même sur la sécu­rité.
    Or, ce sont jus­te­ment des thèmes lar­ge­ment repris par l’op­po­si­tion et par les habi­tants, les autres sujets auraient été trai­tés sur le fond pro­ba­ble­ment de manière équi­valent par n’im­porte quel élu…

    sep article