La justice retoque la crèche de Noël de Laurent Wauquiez… et la Région fait appel

sep article

Notre indépendance c

Le tribunal administratif de Lyon a finalement retoqué et jugé illégale la crèche de Noël de 14m2 installée dans les locaux du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes en décembre 2016.

 

 

« L’installation d’une crèche de Noël dans l’Hôtel de Région mécon­naît le prin­cipe de neu­tra­lité en l’absence de carac­tère cultu­rel, artis­tique ou fes­tif ». Ainsi s’ex­prime le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Lyon sur la crèche de Noël ins­tal­lée dans les locaux du Conseil régio­nal Auvergne-Rhône-Alpes en décembre 2016, la jugeant de facto illé­gale.

 

Laurent Wauquiez avait défendu bec et ongles cette crèche de 14 m2, esti­mée à 3 000 euros, sans se sou­cier des accu­sa­tions d’at­teinte à la laï­cité. Le 17 décembre 2016, le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif avait par ailleurs refusé de trai­ter une demande de dés­ins­tal­la­tion, jugeant qu’il n’y avait pas d’ur­gence. C’est donc dix mois après la période de Noël qu’il rend sa déci­sion sur le fond.

 

 

Le tribunal conteste tout caractère « culturel, artistique ou festif »

 

 

Pour les juges, la crèche de Laurent Wauquiez ne pré­sen­tait pas de « carac­tère cultu­rel, artis­tique ou fes­tif » per­met­tant, selon les condi­tions défi­nies par le Conseil d’État, pareille ins­tal­la­tion dans un éta­blis­se­ment public. En revanche, le même jour, la cour admi­nis­tra­tive d’ap­pel de Nantes auto­ri­sait la crèche de Noël du Département de la Vendée, invo­quant un « usage local ».

 

Pose martiale de Laurent Wauquiez devant le « message de joie » de sa crèche de Noël. © Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes

Pose mar­tiale de Laurent Wauquiez devant le « mes­sage de joie » de sa crèche de Noël. © Philippe Cros – Centre France – tous droits réser­vés

 

Le Tribunal admi­nis­tra­tif de Lyon n’a pas non plus été sen­sible à l’ar­gu­men­taire de Laurent Wauquiez, qui pré­sen­tait sa crèche comme un « hom­mage à la tra­di­tion de l’art des san­ton­niers » de la Drôme pro­ven­çale. « La fabri­ca­tion de san­tons par des arti­sans locaux ne suf­fit pas à démon­trer le carac­tère artis­tique », assène-t-il.

 

 

La Région annonce faire appel de la décision

 

 

Sans sur­prise, la déci­sion judi­ciaire n’est pas du goût de la Région. « La vision por­tée par ce juge­ment, c’est la néga­tion de nos racines. Ce renon­ce­ment à nos tra­di­tions est contraire à l’i­dée fran­çaise de la laï­cité », estime-t-elle dans un com­mu­ni­qué. S’empressant d’a­jou­ter que « ce ne sont pas les crèches de Noël qui portent atteinte aujourd’­hui à la laï­cité en France ».

 

Jugeant que le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif porte une « inter­pré­ta­tion erro­née de la juris­pru­dence du Conseil d’État », le Conseil régio­nal annonce faire appel de sa déci­sion, bien décidé à dénon­cer « une mécon­nais­sance pro­fonde entre ce qui relève du cultuel et du cultu­rel ». Et à défendre une crèche por­teuse, selon lui, d’un « mes­sage de joie », et des­si­nant « ces liens cultu­rels et fami­liaux qui nous ras­semblent ».

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1990 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
    • PT

      11/11/2017
      12:22

      Bonjour,
      Merci pour votre mes­sage. Toutes nos excuses pour cet impair. Il faut croire que le cré­dit photo en fili­grane n’é­tait pas assez voyant ! 😉
      Le cré­dit a été rec­ti­fié, mais nous sommes bien sûr tout à fait dis­po­sés à sup­pri­mer la pho­to­gra­phie en ques­tion, sur simple demande.
      Bonne jour­née,

      sep article