La gendarmerie prise pour cible à Grenoble : un incendie volontaire de plus dans l’agglomération

sep article

Notre indépendance c

L’origine criminelle de l’incendie qui, dans la nuit du mercredi 20 septembre au jeudi 21, a détruit un entrepôt de la caserne Offner qui abrite le groupement de gendarmerie de l’Isère avenue Léon-Blum à Grenoble, ne fait plus de doute. Ce feu vient s’ajouter à une liste de plus en plus longue d’incendies volontaires qui, depuis quelques mois, affectent des bâtiments publics dans la capitale du Dauphiné.

 

 

Si l’in­cen­die n’a pas fait de vic­times – seul un gen­darme a été légè­re­ment intoxi­qué en ten­tant d’in­ter­ve­nir avant l’ar­ri­vée des secours – une cin­quan­taine de véhi­cules sont par­tis en fumée, comme l’in­dique Le Dauphiné libéré.

 

D’après les pre­miers élé­ments de l’en­quête, le grillage de l’en­ceinte exté­rieure a été découpé et deux départs de feu ont été iden­ti­fiés à des endroits dif­fé­rents. Saisi, le par­quet de Grenoble a ouvert une enquête judi­ciaire.

 

 

Les incendies volontaires se multiplient

 

 

Les pompiers sécurisent la toiture du théâtre Prémol dévasté par l'incendie. Septembre 2017, nouvel incendie : cinquante véhicules de la gendarmerie ont été détruits à Grenoble dans l'incendie dont l'origine volontaire ne fait plus de doutes. - © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Pompiers en train de sécu­ri­ser la toi­ture du théâtre Prémol dévasté par l’in­cen­die. © Joël Kermabon – placegrenet.fr

Ces der­nières années, les incen­dies d’o­ri­gine volon­taire sur des bâti­ments et biens publics se mul­ti­plient dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. Tour à tour, le local du club de foot­ball de l’Aja Villeneuve puis le théâtre Prémol en avril 2015, une salle poly­va­lente du quar­tier Mistral en jan­vier 2017, le par­king d’Enedis en mai 2017 puis le col­lège Lucie Aubrac à la Villeneuve en juin der­nier, ont été pris pour cible.

 

PC

 

commentez lire les commentaires
3045 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. « EN ATTENDANT LA REVOLUTION »

    fau­dra un jour peut être faire qq chose pour que l’on puisse vivre ensemble en paix à Grenoble

    Et si on met­tait les mafieux des quar­tiers et les liber­taires / anar ensemble et que le reste des per­sonnes conti­nuent à vivre comme on peut avec nos désac­cords et nos joies mais dans une tran­quillité .

    sep article