Jean-Pierre Barbier : « Pas question d’utiliser cet événement comme prétexte pour ne pas reconstruire »

sep article

Notre indépendance c

TROIS QUESTIONS À – Les élèves du collège Lucie-Aubrac à la Villeneuve, détruit en partie par un incendie criminel dans la nuit du 10 au 11 juin, l’ont appris jeudi dernier : ils feront leur rentrée de septembre dans l’ancien collège des Saules, à Eybens. Une fois les nécessaires travaux de réhabilitation effectués cet été, l’établissement accueillera les 370 collégiens durant deux ou trois ans. Impossible pour l’heure de se projeter à plus long terme, aucune décision n’ayant été prise quant à l’éventuelle reconstruction du collège. Jean-Pierre Barbier (Les Républicains), président du Département et principal décisionnaire dans ce domaine, fait le point sur ce dossier aussi sensible que complexe.

 

 

 

Place Gre’net – On dit que le Département était plutôt favorable au collège Édouard-Vaillant, à Saint-Martin-d’Hères. Le choix de l’ancien collège des Saules, plébiscité par les parents d’élèves et les professeurs, a‑t-il été motivé par la pression de ces derniers ?

 

 

Jean-Pierre Barbier – Dès le début du dos­sier, j’ai dit et répété que je serais insen­sible à toute pres­sion et que je déci­de­rais uni­que­ment en fonc­tion de l’in­té­rêt géné­ral. Le Département avait envi­sagé trois solu­tions. Tout d’a­bord, le col­lège Édouard-Vaillant, option la plus simple et la plus rapide car le col­lège était déjà là. Inconvénients : davan­tage de trans­ports pour les élèves et une loca­li­sa­tion hors de la zone Rep+ (Réseau d’é­du­ca­tion prio­ri­taire) et loin de la Villeneuve.

 

Jean-Pierre Barbier, président du Département de l'Isère. © Yuliya Ruzhechka - www.placegrenet.fr

Jean-Pierre Barbier, pré­sident du Département de l’Isère. © Yuliya Ruzhechka – www.placegrenet.fr

Ensuite, l’an­cien col­lège des Saules, qui était effec­ti­ve­ment le choix pri­vi­lé­gié par la majo­rité des parents d’é­lèves, habi­tants du quar­tier et per­son­nel édu­ca­tif, essen­tiel­le­ment pour des rai­sons de proxi­mité géo­gra­phique. Enfin, des pré­fa­bri­qués à l’Espe (ex-IUFM) ou aux Saules. Clairement, je n’ai jamais été plus favo­rable à une solu­tion en par­ti­cu­lier.

 

J’ai juste répondu aux parents que j’en­ten­dais leur demande. Finalement, il s’est avéré que la réha­bi­li­ta­tion des Saules était pos­sible – aupa­ra­vant, on ne connais­sait pas l’é­tat du col­lège – car il n’a­vait pas trop bougé et n’a­vait pas trop souf­fert. Techniquement, c’é­tait fai­sable. On a donc opté pour cette solu­tion. Mais j’ai joué la trans­pa­rence, jus­qu’au der­nier moment, je ne savais pas : j’ai ren­con­tré les parents d’é­lèves le jeudi 29 [juin] au soir et on m’a­vait trans­mis les élé­ments pour la réha­bi­li­ta­tion des Saules le jeudi matin.

 

 

Place Gre’net – L’ancien collège des Saules devra subir d’importants travaux de rénovation cet été, afin d’accueillir les élèves dans les meilleures conditions. Quels sont les délais et les travaux prévus ? Y a‑t-il un risque de retard qui pourrait décaler la rentrée de septembre ?

 

 

Jean-Pierre Barbier – Concernant le calen­drier, on est sur une pro­cé­dure d’ur­gence, auto­ri­sée pour ce type de pro­blèmes. Trois entre­prises géné­rales ont été consul­tées : elles ont visité les locaux en début de semaine et nous feront leur pro­po­si­tion en fin de semaine. Ensuite, on choi­sira l’en­tre­prise la semaine pro­chaine. Le début des tra­vaux est pro­grammé pour la deuxième quin­zaine de juillet, pour une fin esti­mée à la fin août.

 

Le collège Lucie Aubrac a été dévasté par un incendie criminel le 11 juin dernier. © Manuel Pavard - www.placegrenet.fr

Le col­lège Lucie-Aubrac a été dévasté par un incen­die cri­mi­nel le 11 juin der­nier. © Manuel Pavard – www.placegrenet.fr

Un retard est-il pos­sible ? Les ser­vices nous disent que c’est jouable pour la fin d’août mais on ne maî­trise pas tout. Idem pour le coût, estimé à envi­ron un mil­lion d’eu­ros : s’il y a des impon­dé­rables, on ne peut pas les connaître.

C’est un chan­tier d’en­ver­gure, le plus gros des tra­vaux étant le recâ­blage élec­trique et le câblage infor­ma­tique, afin que les col­lé­giens puissent finir leur pro­jet « col­lège numé­rique ».

 

 

Place Gre’net – Avez-vous une idée plus précise de l’avenir du collège Lucie-Aubrac et êtes-vous personnellement favorable à la reconstruction d’un collège à la Villeneuve ou au moins au sud de Grenoble ? La question de la carte scolaire fait en effet débat : vu les sous-effectifs dans la partie sud de l’agglomération, certains pensent que le Département pourrait être tenté de « dispatcher » les collégiens dans d’autres secteurs…

 

 

Jean-Pierre Barbier – Sur l’a­ve­nir du col­lège Lucie-Aubrac, je n’ai aucune cer­ti­tude, n’ayant pas encore reçu les rap­ports d’ex­per­tise. Je ferai une concer­ta­tion avec les habi­tants du quar­tier et les parents d’é­lèves en sep­tembre, en accord avec eux, sans me pré­oc­cu­per des pres­sions.

 

Très attachés au collège, les élèves lui ont rendu hommage en accrochant messages et dessins aux grilles de l'établissement. © Manuel Pavard - www.placegrenet.fr

Très atta­chés au col­lège, les élèves lui ont rendu hom­mage en accro­chant mes­sages et des­sins aux grilles de l’é­ta­blis­se­ment. © Manuel Pavard – www.placegrenet.fr

Tout le monde a des idées et je ne suis favo­rable à rien. En tout cas, il existe d’autres moyens de régler les pro­blèmes de la carte sco­laire. Attendons de voir ce que veulent les gens. Il faut éga­le­ment rap­pe­ler que nous sommes un îlot au milieu d’autres col­lec­ti­vi­tés : la déci­sion sera prise en concer­ta­tion avec les asso­cia­tions mais aussi avec la Ville de Grenoble et la Métropole.

 

Aujourd’hui, le quar­tier Villeneuve-Arlequin repré­sente entre 15 et 20 000 per­sonnes. C’est un quar­tier en dif­fi­culté, où le col­lège est un ser­vice public impor­tant. Je vais donc être très clair : il n’est pas ques­tion d’u­ti­li­ser cet évé­ne­ment comme pré­texte pour ne pas recons­truire !

 

Jean-Pierre Barbier, président du Département de l'Isère. © Yuliya Ruzhechka - www.placegrenet.fr

Jean-Pierre Barbier, pré­sident du Département de l’Isère. © Yuliya Ruzhechka – www.placegrenet.fr

Cet été, nous orga­ni­se­rons une réunion tous les quinze jours, tan­dis qu’un numéro de télé­phone et une page Facebook infor­me­ront la popu­la­tion du déroulé des tra­vaux.

Puis, à la ren­trée de sep­tembre, nous lan­ce­rons la consul­ta­tion des habi­tants. Nous allons ima­gi­ner un ques­tion­naire avec toutes les ques­tions pos­sibles, sans tabou.

 

Propos recueillis par Manuel Pavard

 

commentez lire les commentaires
3038 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Inquiète de l’a­van­ce­ment des tra­vaux du col­lège Lucie Aubrac, je vous remer­cie de nous infor­mer.

    sep article
    • PT

      25/07/2017
      16:55

      Voici pour l’heure ce qu’a indi­qué le Département : « Dans le cou­rant du mois de sep­tembre, aura lieu une concer­ta­tion plus large sur la ques­tion de la recons­truc­tion du col­lège Lucie Aubrac. La concer­ta­tion se fera, d’une part, à tra­vers un ques­tion­naire envoyé à l’ensemble des habi­tants du quar­tier et, d’autre part, par dif­fé­rentes réunions ayant lieu à la Villeneuve ou à proxi­mité. »
      Source : article Les col­lé­giens de Lucie Aubrac feront leur ren­trée dans l’an­cien col­lège des Saules | Place Gre’net

      sep article